close
Puériculture

Être heureux avec femmes et enfants… c’est possible !

lego-head

Après le mariage, le niveau de bien-être des époux chute en flèche. Sans surprise, après un divorce, il remonte tout aussi rapidement. 

Cette conclusion implacable, et romanticide (néologisme : de l’action de tuer le romantisme), nous viens d’une étude réalisée par Maike Luhman, une scientifique d’origine allemande, et qui a étudié plus de 2500 publications sur le bien-être des personnes en fonction des différents évènements de leur vie (mariage, divorce, naissance, embauche, licenciement, deuil etc.).

La conclusion est sans appel, le niveau de bonheur plonge après le mariage, et remonte après un divorce… mais attention, c’est un peu plus compliqué que ça !

En réalité, il suffit de prendre un peu de recul pour comprendre la raison de ces changements d’humeur. Juste avant le mariage, les futurs époux sont dans un tel état d’exaltation et d’excitation que le monde entier baigne alors dans une couleur rose bonbon, tout est beau, tout le monde est gentil… bref c’est le Bonheur avec un grand B (comme dans Bisounours).

Une fois le mariage passé, en deux mois, cette euphorie retombe, laissant place au quotidien. C’est là que le niveau de bonheur redescend… mais en réalité, il revient à son niveau d’avant cette période ultra cul-cul. Ce n’est donc pas la grande dépression, mais un simple retour à la normalité.

Chez certaines personnes, pourtant, après un mariage le niveau de bonheur tombe en dessous de son niveau normal d’avant union. Le divorce est alors inévitable…

Avant ce moment fatidique qu’est une séparation, le niveau de bonheur est tellement bas, qu’une fois de nouveau seul, il fait un bon pour retourner, là encore, assez rapidement à son niveau de départ avant mariage. Mais la différence est telle que les jeunes divorcés se sentent pousser les ailes de la liberté dans le dos !

Qu’en est-il des enfants ?

Là non plus, tout n’est pas rose. Après chaque naissance, le niveau de satisfaction relationnelle entre les deux parents chute en dessous de la normale, et, hélas, n’y retournera jamais. Ce n’est pas tout, le niveau de satisfaction de la vie en général baisse également.

Cela s’explique, entre autres, parce qu’il faut alors diviser le temps libre dont on dispose, et que s’occuper d’un bébé est chronophage et fatiguant.

Heureusement, tout n’est pas noir ! Car tandis que les différents indicateurs tombent significativement vers d’insondables abîmes, lentement, mais surement, le bien-être émotionnel, lui monte.

Ce dernier est la capacité, assez nouvelle, qu’acquièrent tous les nouveaux parents, et qui permet de mettre en perspective la somme des expériences positives et négatives de la vie, pour en tirer un bien-être ou mal-être selon le côté duquel penche la balance.

Pour faire simple, après une naissance, vous êtes capables de faire abstraction des moments moins sympas de la vie, et de valoriser les moments positifs, à conditions que ces derniers soient plus nombreux. Et ce sentiment positif est extrêmement fort, vous permettant de vous sentir plus épanoui et bien dans vos baskets.

Voilà, le secret du bonheur est là ! Pour être certain de vivre une longue vie heureuse, profitez de chaque petit instant de joie et de bonheur (et avec un enfant ils sont très nombreux !) qui croiseront votre route. Petit à petit, la balance pèsera fort du côté positif et vous serez mieux armé pour tous les coups durs qui arriveront. Je sais, on dirait un genre de conseil de psychologie de bas étages que l’on retrouve généralement dans un powerpoint avec pleins d’autres phrases du même genre, et des photos de chatons dans un panier.

Et pourtant, c’est une vérité scientifique… Enfin, pas les chatons dans le panier. Quoi que, c’est tellement mignon !

Bref, elle est pas belle la vie ? 🙂

 

read more
Puériculture

La grossesse… ce long, long, vraiment très long, voyage.

DSC_4522

Techniquement, je ne suis pas la personne la mieux placée pour vous parler de grossesse. Les plus attentifs d’entre vous (et vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre chaque jour) auront remarqué que le titre de ce blog est « Mon papa est un geek », de fait, je suis plus dans la testostérone que l’œstrogène.

Pour autant, je suis intimement persuadé que les hommes ont leur mot à dire à propos de la grossesse. Certes, notre corps ne se déforme pas (sauf couvade), certes nous ne sommes pas malades, certes nous ne devons pas nous couvrir de crème comme on tartine une biscotte pour éviter les vergetures et certes encore ce n’est pas notre corps qui est entièrement mis à mal par l’accouchement et la moitié du service médical de la maternité.

Mais, il n’empêche, que la grossesse, ça se vit à deux. Enfin, à deux et demi.

Et ce que j’ai le plus constaté c’est que cette aventure est particulièrement longue. Nous avons appris que nous étions enceinte dès le 15e jour de grossesse, et ma fille est arrivée le jour J du terme prévu. Ce qui fait qu’entre les deux, il s’est écoulé 8 mois et demi. 

Soit 36 semaines.

Soit 252 jours.

Soit 6048 heures !

Sachant qu‘il m’a fallu 130 heures de jeu pour finir Final Fantasy 7, ça veut tout simplement dire qu’en jouant non-stop pendant la grossesse, j’aurais pu finir le jeu… 46 fois !

Pour les gens qui ne sont pas fans de jeu vidéo, dites vous que c’est comme de télécharger 250 Go de données avec un vieux modem 14k. Enfin, si ça peut vous aider à visualiser. Sinon, dites vous juste que c’est long quoi.

Alors attention, je ne suis pas né de la dernière pluie, ça fait longtemps que je suis au courant : l’être humain à un temps de gestation de 9 mois. Oui, mais entre la théorie, et la pratique il y a souvent un fossé et dans mon cas, ça a été de me rendre compte que cette période est vraiment longue.

Certes, il y a des rendez-vous ponctuels qui rythmes un peu l’aventure, comme les différentes échographies, les visites chez le gynéco, trouver une maison, préparer la chambre de la petite etc.

Mais au bout d’un moment on fini par s’habituer à ce mode de vie, il devient le nouveau référent, le temporaire qui dure… Bref, on sait qu’on attend un enfant, mais ça devient un peu moins concret.

Donc, je vais vous le formuler plus clairement, pour tous les futurs jeunes parents (mais bon essentiellement les papas), cette longue période de préparation avant le match, que représente l’arrivée d’un enfant, est le moment idéal pour se préparer physiquement et psychologiquement.

Si vous hésitez à vous lancer dans l’aventure en vous disant que vous n’êtes pas tout à fait prêt, eh bien, voilà, ces 9 mois sont là pour ça. C’est un incubateur, une serre de maturation, qui vous permet de vous concentrer tout en douceur sur ces profonds changements à venir.

Et, est-ce que ça marche ?

Oui, parce que ça vous donne l’occasion de lire des livres passionnants du style « Futur jeune papa : même pas peur ! » et de peaufiner vos grandes théories éducatives (on en reparlera tiens, c’est un autre vaste sujet), bref de vous tailler votre propre costume de Super-Papa.

Et non. Se projeter pendant des mois dans le rôle de futur père est aussi abstrait que de s’imaginer conduire une voiture plutôt que de passer le permis. Le jour J, on se rend compte combien la différence est grande.

Ma fille à deux mois (à la louche, je ne vous compte pas les semaines en rab) et j’ai encore du mal à prononcer la phrase « Tu es ma fille, je suis ton père » sans que ça ne sonne bizarre dans la bouche.

Mais malgré ce bouleversement, si je n’avais pas eu mes 9 mois de préparation mentale et d’acceptation du rôle, je pense que l’adaptation réelle aurait été vraiment plus compliquée !

Donc pour résumer, il ne faut pas être trop pressé d’avoir un enfant parce que la grossesse c’est vachement long… et c’est tant mieux comme ça !

Enfin, il y a un conseil qu’on nous à donné tout du long de la grossesse par tout un tas de personnes différentes, mais qui lui aussi n’avait qu’une valeur théorique : Profitez en avant l’accouchement, après votre vie sera changée à tout jamais !

C’est vrai… et c’est faux. Mais nous en reparlerons dans un prochain épisode de Mon papa est un geek et il vous raconte un peu sa vie, c’est aussi ça le concept du blog.

Si vous avez aimez cet article, ou ce blog, partagez-le avec vos amis. Parlez en autour de vous, à votre grand-mère, à vos chats, à votre personnage principal de WOW et même vos reroll. Bref, faites moi de la pub !

Et sinon, rejoignez-moi sur Twitter @papaestungeek. Je compte sur vous !

 

read more
1 7 8 9
Page 9 of 9