close
Puériculture

Alors, ça fait quoi d’être parents ?

maëlle-1-heure

Soyons honnêtes, pour les gens qui ne sont pas parents eux-mêmes, la parentalité est une source de questionnements, enrobée d’un épais mystère. On se demande souvent comment sera la vie après, nourris d’angoisses que nous sommes par toutes ces images, transmises par l’inconscient collectif, des couches, des pleurs, de l’extrême fatigue et des embrouilles au sein du couple.

Dans cette quête de vérité, où le futur parent sonde ses aînées pour essayer d’y voir plus clair, certaines phrases reviennent souvent, quel que soi l’interlocuteur. On commence par vous expliquer qu’il y a un avant et un après la naissance, que ce n’est « que du bonheur », que c’est fatiguant etc.

Puis, arrive, comme une espèce de conclusion, une phrase, le plus souvent appuyée d’un regard complice, qui, quelle que soit sa formulation, se résume à « profites en maintenant, reposes toi, dors tant que tu peux…« . Je ne sais pas vous, mais personnellement, cette phrase je l’ai toujours prise comme le conseil d’un homme en prison qui me dirait « Ecoute petit, je vais pas te mentir. La vie ici, c’est l’enfer. On trime comme des chiens, on s’engueule trois fois par jour, j’ai du caca jusque derrière les oreilles… pour tout te dire, je ne sais même plus quand est ce que je me suis lavé pour la dernière fois. Fuis, tant que tu le peux encore ! Va, cours, vole et nous venge ! ».

Du coup, en ce qui me concerne, j’étais partagé entre l’idée que ça allait être cool, et que potentiellement, ça pouvait devenir le 10e cercle de l’enfer.

Le truc, c’est qu’histoire d’apaiser ce questionnement, j’ai lu pas mal de livres destinés aux futurs papas et que là encore, les réponses que j’y ai trouvé n’ont fait que soulever d’autres questions. La première étant : Pourquoi dans les livres, on ne nous parle que des problèmes à venir ? Et puis, c’est quoi ces coliques à la fin ?

Si vous ne le saviez pas encore, les coliques sont l’incarnation du démon. Si vous tapez « coliques bébé » dans google, vous obtenez 722 000 résultats, tous plus anxiogènes les uns que les autres.

Bon, il est temps de rétablir la vérité : Être parent, c’est cool ! Vraiment, c’est génial. Les interactions avec un nourrisson arrivent assez vite, même si au départ elles sont sommaires, vous verrez que rien qu’en prenant votre bébé dans les bras vous lui ferez vraiment du bien… et inversement !

Alors, oui, évidement, il y a des points qui ne sont pas forcément très funs, comme changer les couches pleines de caca jusqu’au bidon, se réveiller la nuit, ne pas toujours comprendre ce dont votre enfant à besoin… mais rapidement, l’instinct parental s’installe et vous aide à comprendre les besoins de votre enfant, à condition de prendre le temps de le regarder attentivement et de se poser les bonnes questions (On y reviendra dans un autre article).

Pour conclure, voici une liste d’idées que j’avais avant de devenir père et auxquelles j’ai aujourd’hui des réponses. Comme je ne suis pas vache, je vous la donne :

Un bébé, ça pleure, ça mange, ça dort et c’est tout : Vrai dans un premier temps assez court, mais assez vite faux. Un bébé s’intéresse rapidement au monde qui l’entoure et aura de plus en plus de moments de calmes entre des phases de pleurs.

Devenir parent, c’est instantané après la naissance : Faux ! Il m’a bien fallu un bon mois et demi pour me faire à l’idée que j’étais devenu papa. J’ai très rapidement intégré l’idée que j’avais un bébé à la maison, mais certaines phrases m’ont paru étranges pendant quelques temps du style « C’est ma fille, je suis son papa ». Aujourd’hui je me suis bien habitué à la situation, mais ça ne se fait pas d’un coup !

Tous les enfants ont des coliques : Pour cette idée reçue, je ne peux me fier qu’à mon expérience, qui pour le coup n’est pas une généralité. Ma fille n’a pas eu de coliques, et c’est tant mieux. D’après ce que j’ai lu, les cas de coliques du nourrisson arriveraient à un bébé sur dix. Mais bon, ça je ne peux pas le confirmer !

Quand on est parent, on doit sacrifier sa vie d’avant : Pas forcément ! Moyennant une bonne entente entre les deux parents, et une bonne organisation, il est parfaitement possible de continuer à avoir une vie sociale, de se prévoir une vie chacun de son côté de temps en temps, de conserver des activités etc. Il faut en avoir le courage, parce que ça demande pas mal d’énergie, mais c’est tout à fait réalisable ! Au contraire, je dirais même que c’est nécessaire de conserver le plus possible une vie sociale en dehors du cocon familial qui permet une bouffée d’oxygène salvatrice.

Quand on est parent, on peut s’asseoir sur sa vie de couple : Pareil qu’au dessus, moyennant une bonne organisation, vous pouvez lâcher votre enfant à ses grands-parents ou ses oncles et tantes qui (on l’espère) se feront un plaisir de le garder quelques heures le temps que les parents se retrouvent autour d’un verre, pour un resto etc. Idem, c’est vraiment important de pouvoir le faire !

Parler à un bébé, ça ne sert à rien, il ne comprend rien : Contrairement à ce qu’on peut lire dans les livres, je suis persuadé que quand on parle à un petit bébé, il ne comprend effectivement rien. Mais ça n’enlève rien au fait que c’est très important de le faire ! Avant tout pour nous, parents. Parler à l’enfant c’est prendre le temps de le découvrir, de le considérer et de lui donner de l’attention. C’est donc hyper bénéfique pour l’acceptation de ce nouveau venu dans notre vie, et de notre tout nouveau rôle de parent. Ça permet aussi de mettre en place une routine de conversation qui, progressivement, va le conduire vers l’apprentissage du langage. Si l’enfant ne comprend pas les mots, je pense qu’il ressent les émotions très simples comme l’amour, et l’attention que vous lui portez. Et puis en plus, tous ces sons qui sortent de votre bouche, ça l’amuse grave !

Les sourires et les rires sont longs à venir : Là encore, je n’ai que mon expérience personnelle, mais de mémoire le premier sourire de ma fille est apparu vers 1 mois et demi. Et là, mon coeur à fondu. C’est vraiment trop mignon !

À la lecture de cet article, j’espère que vous aurez pris conscience que devenir parent, c’est avoir certaines contraintes qui, une fois qu’on les a acceptées, permettent de se concentrer sur les aspects positifs qui sont, heureusement, très nombreux !

 

read more
Ma vie de geek

Quand Apple vous veut comme client à vie !

109677-moutain-lion

La semaine dernière, Apple a annoncé à une poignée de journalistes les nouveautés qui allaient être présentes dans la prochaine version de son système d’exploitation historique, Mac Os X. Ce qu’il en ressort, c’est que la firme semble vouloir renforcer les liens entre ordinateurs et iPhone/iPad, et je ne suis pas sûr que ce soit une excellente nouvelle.

Bon, ce n’est là que mon avis personnel et je ne voudrais pas déchaîner la passion fervente des fans d’Apple. Donc, je m’explique.

Geeks dans l’âme depuis quatre générations, c’est mon père qui m’a fait découvrir le monde d’Apple il y a bien longtemps de ça, avec un Apple Macintosh Classic, cette espèce de grosse GameBoy et ancêtre de l’iMac.

Depuis, j’ai toujours eu un Mac, même si pour des raisons professionnelles j’ai également un PC. Et j’ai donc eu l’occasion de voir les évolutions de Mac OS à travers le temps.

Il y a quelques années, je m’étais posé la question suivante : Comment les systèmes d’exploitations vont-ils encore pouvoir évoluer ? En termes d’ergonomie, de fonctionnalité, d’interface, j’avais le sentiment qu’on était déjà sur un fonctionnement très performant et je ne savais pas trop quelles nouveautés pourraient venir enrichir l’ensemble. 

J’ai aujourd’hui la réponse !

Apple, en plus de vous vendre une machine et un système d’exploitation, cherche désormais à vous convaincre d’adhérer à ses services, avec en tête de liste iCloud.

Cette technologie assez récente est en plein essors actuellement, et elle vous permet de stocker des données sur des disques durs distants via internet. Et c’est une bonne chose, car si jamais votre ordinateur tombe en panne, et qu’il faut formater le disque dur, au moins vous n’aurez rien perdu !

Avec la dernière mise à jour d’iOS, le système d’exploitation de l’iPhone et de l’iPad, iCloud a pris une place plus importante puisque le service est désormais gratuit pour un stockage inférieur à 5 Go. Vous pouvez alors, de façon quasiment automatique, synchroniser vos photos et vidéos, vos contacts, vos mails, vos calendriers etc. Bref, si vous perdez votre téléphone, votre vie est conservée en double sur iCloud. 

Revenons en a Mountain Lion, le prochain Mac OS X. Désormais, par défaut, vous devrez obligatoirement avoir un compte iCloud pour installer le système d’exploitation. Et si vous n’en avez pas, ce n’est pas un souci, on vous en ouvre un dans la foulée ! Hop !

Ainsi, une partie de vos documents ne sera plus réellement sur votre ordinateur, mais directement dans le nuage iCloud, accessibles alors à tout moment depuis votre ordinateur, mais aussi votre iPhone ou votre iPad.

Rapidement, vous aurez saturé votre réserve de 5 Go et vous devrez alors acheter plus de mémoire disponible sur l’iCloud, qui deviendra alors un service payant avec abonnement. 

Et c’est ça, précisément, qui m’inquiète. Que l’on synchronise entièrement un iPhone sur le nuage est une bonne idée, mais un ordinateur ?

Avec 5 Go de stockage gratuits, passe encore car cela veut dire que la quantité de choses que vous pourrez sauvegarder sera limitée, mais d’ici quelque temps, cela augmentera.

L’un des scénarios possibles est même que la taille du disque dur des ordinateurs, ainsi que leur prix, va drastiquement réduire en même temps que la taille du stockage en ligne va augmenter. On vous proposera alors une offre avec un abonnement iCloud illimité gratuit pendant un an pour l’achat du dernier ordinateur. 

Toutes vos données, ou presque, seront sur le nuage et l’on vous dira alors que c’est génial pour vous puisque vous ne pourrez plus jamais rien perdre.

Oui, certes, mais vous ne pourrez plus jamais non plus sortir de ce système. Imaginez un peu, lorsque vous aurez envie soit de changer d’hébergeur de données (passer chez un concurrent d’iCloud), soit tout simplement d’abandonner Apple pour passer sur un autre système d’exploitation… Comment est-ce que vous pourrez récupérer les plusieurs centaines de Go que vous aurez stockés ? Vous ne le ferez certainement pas, et du coup, vous resterez pour toujours adhérent au programme, ajoutant chaque jour un peu plus de données à votre stockage en ligne.

Et puis, avec un accès à vos données personnelles, Apple vous connaîtra mieux que personne et sera en mesure, à la manière de Google aujourd’hui, de scanner le contenu de vos documents pour vous proposer des publicités ultra ciblées. 

Pour l’instant, nous n’y sommes pas encore… mais la voie est ouverte et je ne suis pas certains que le consommateur y soit forcément gagnant.

Et ce n’est là qu’un aspect du problème, puisque Mac OS tend déjà à fusionner avec iOS, et ce depuis la dernière mise à jour. Un fonctionnement plus simpliste, des commandes limitées… ce n’est pas bon. Parce que plus on simplifie un système d’exploitation, moins on laisse de liberté à l’utilisateur. 

Peut-être que je me trompe et que mon analyse est fausse… mais pour l’heure, j’ai vraiment le sentiment qu’Apple (et très certainement que Microsoft prendra rigoureusement le même chemin) est engagé sur cette voie.

Vous avez un avis ? Vous êtes d’accord ? Vous n’êtes pas d’accord ? Vous n’avez rien compris ? Exprimez-vous juste en dessous !

Et comme toujours, si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis, discutez-en entre vous, c’est une excellente occasion de resserrer les liens qui vous unissent. Et puis, profitez en pour me faire de la pub et me follower sur twitter @papaestungeek

 

read more
1 7 8 9
Page 9 of 9