close
Affiche-4×3-Bob-Sinclar-2013
Tags : bob sinclarfemme dans la publicitéfemme nuefemme objetjournalistemon papa est un geekmonpapaestungeek.frpublicitéseinnheisersexismesexisme ordinaire
Nicolas

The author Nicolas

Nicolas est un papa, Nicolas est un geek, Nicolas est un papa geek ! Mais aussi journaliste, et photographe professionnel.

321 Comments

    1. Moi non plus je n’avais pas fait attention. Les publicitaires ont dont réussis leurs coups. Le regard se focalise sur le produit, et l’inconscient sur le reste de l’image. Le cerveau fonctionne comme un bureau ; les informations sont triés en fonction de l’émotionnel. L’affiche va utiliser la femme nue pour que le produit soit classé dans un endroit bien précis du cerveau. De ce que je me souviens de mes cours de marketing psychologique, les hommes vont classé le produit dans le côté agréable et séduction, (comme le dit l’article, si j’ai le casque j’ai des femmes) tandis que les femmes vont plutôt le mettre dans le côté jalousie et possession. Voilà voilà pour l’explication des publicités pourris… 😀

    2. parce qu’on ne peut pas savoir si elle l’est, tout comme on ne peut pas savoir si elle a de gros seins, dommage de « pervertir » une analyse qui aurait pu être concluante si elle n’était pas polluée par des extrapolation 🙂

        1. Bob doit aussi être à oilpé au dessous de la ceinture, parce que je ne vois pas de pantalon…

          Moi ce que je trouve sexiste, c’est de penser que
          fille sexy la bouche ouverte–> salope.

          1. Non mais justement c’est ce qu’on voit qui est à prendre en compte. Dans tout ce qu’on voit de la nana elle est à poil, On s’en fiche de savoir si elle a un pantalon ou pas, puisqu’on ne le voit pas.

            Pour le mec pareil, mais lui il est habillé.

            Si ça s’trouve y a un gamin qui se fait violer en dehors de l’affiche, pourtant on va pas la dénoncer pour pédophilie.

          2. C’est pas l’auteur de l’article qui le pense, c’est le personnage fictif du marketeux-type (et du jacky-cible) mis en scène par l’auteur de l’article.
            Et, sincèrement, un top-less cadré top-part, c’est du nude Period

        2. À une époque où on peut voir à longueur de journée sur MTV des femmes bien plus malmenées que sur cette pub, je crois que vous vous trompez de cible. Franchement, elle est loin d’être choquante, et je le répète, elle est tout à fait dans l’esprit de pubs qu’on pouvait voir il y a 30 ans. Je crois vraiment qu’il y avait beaucoup de pubs bien plus appropriées pour cette article.
          Je ne suis pas du tout choqué de voir une femme dont vous pouvez penser qu’elle est nue si vous le voulez, tout comme d’autres peuvent penser le contraire, ça s’appelle la liberté de penser, donc voir cette femme dans une pub qui se sert du « monde de la nuit » comme support commercial ne me choque pas ; par contre, voir depuis des années des femmes ostensiblement dénudées pour vendre du yaourt ou toutes sortes de produits de première nécessité, là je trouve ça très choquant.
          Mais c’est plus sympa de se payer Bob Sinclar 😉

          1. Voir une femme nue ne devrait pas être choquant. Là n’est pas vraiment le problème. Ce qui est « bizarre », c’est d’associer une femme nue (ou partiellement) bouche ouverte avec une expression du visage pas vraiment proche de celle qu’on a quand on écoute avec un casque…
            Zéro lien entre la femme et le produit, zéro explication du produit, c’est donc clairement le seul argument de vente qui fait appel aux instincts les plus primitifs de l’homme. c’est du sexisme!
            C’est ce qui s’appelle faire un impacte de masse. On touche un maximum de consommateur potentiel pour un produit qui ne pourrait qu’intéresser un public averti.
            C’est malhonnête puisqu’on veut faire croire au consommateur qu’il va acheter plus qu’un casque (inconsciemment), on lui vend aussi du rêve. Vendre de l’immatérielle pour un prix bien réelle et au passage une vision encore plus éloigné de la femme et de ce qu’elle est réellement. C’est de la manipulation par le sexisme. C’est-à-dire pour ceux qui aurait pas encore compris qu’elle ne DOIT PAS être un argument de vente!
            Par exemple :
            Femme nue + pub pour la mammographie = bien! (c’est une pub oui, mais pas à but financier)
            Femme nue + PRODUIT quelconque = je t’échange la nana contre ton fric mais une fois ta carte débitée rappelle toi que ce n’était qu’une photo et le produit que tu viens d’acheter ne fait pas plus que sa fonction première. c’est du sexisme!

          2. « dont vous pouvez penser qu’elle est nue si vous le voulez » .. moi perso, quand j’ai les seins nus et que j’ouvre la bouche face à un homme, je ne suis pas en train de faire mon marché. Oui, la femme est dans une attitude sexuelle. Oui, c’est sexiste. Cette pub autant qu’une autre.

          3. ALERTE MANSPLAINING de la mort qui tue. Y a un site pour reporter les mansplainings les plus honteux? Un concours? Parce que la contribution de LG mérite une place sur le podium ^^

            Sincèrement, je pense que les contributions les plus prétentieuses et fats devraient être mises de coté, la co***rie et la mauvaise foi atteignant un niveau artistique, qu’il serait bon de faire partager, histoire d’avoir une bonne tranche de rigolade à disposition.

            Excellent article au fait.

  1. Hi,

    I hope this message finds you well,

    My name is Neil; I’m the affiliate manager @ BinaryOffers.com
    I saw that you are promoting few interesting offers,
    So I’d like to take this opportunity and invite you to join us.

    We offer an Extremely high commissions and the best service online.

    I’ll be more than happy to start working with you and introduce to you few of our offers
    You can send me an email or add me to your Skype (aff.binaryoffers) so we can discuss

    All the best my friend,
    Neil

    1. Haha, du second degré !!

      Comme le commentaire en dessous toit « tous des salopes », qui par second degré, dit bien qu’on peut traiter les femmes de tout les noms! Comme toutes les femmes qui se font agressé verbalement dans la rue: c’est juste du second degré ! Et puis, les mains aux fesses, les attouchement, du second degré ! Le viol aussi tant qu’on y est??

      Le plus gros problème dans cette pub, c’est la banalisation du sexisme, qui en plus, selon certain « devrait être accepté parce qu’on est trop swag » !

      La culture du viol, c’est bien une réalité :

      http://www.crepegeorgette.com/2013/03/20/comprendre-la-culture-du-viol/

      et ça n’arrive malheureusement pas qu’aux autres, et ça n’est surement pas la faute des femmes ! Au vu des chiffres, ça reste un réel problème de société! Et pour changer ça, il faut se bouger le cul pour commencer par « dénoncer » la base : tout comme pour luter contre le racisme, il est bon de se montrer intraitable sur les « formule trop second degré » du quotidien : « Alors , le singe , toi y en a manger cacao? »

      Ahahaha, qu’est ce qu’on rigole alors chez slaek412

      1. On peut aller loin comme ça : à Auschwitz il suffisait de détourner le regard.

        Quand il y a un mal à corriger, il ne faut pas manquer une seule bonne occasion de le corriger.

          1. « Godwin point ! bravo ! » ; ça c’est un argument. Si on remplace Auschwitz par la torture à Guantanamo, il est content?
            Il ne « suffit pas de détourner le regard », cet argument est purement du déni et de la paresse intellectuelle. Même si on ne regarde pas la pub, on la voit, elle est partout : dans la rue, le métro, internet, la presse… Elle pollue l’imaginaire. Elle crée des normes, des codes esthétiques. On n’y peut rien.

          2. Etant donné que Godwin a définit ce « point de non retour » en référence aux extremistes de tout poils qui fermait la discussion par n’importe quel moyens (le recours à la comparaison extrême en étant une comme une autre), tu viens non seulement de te ridiculiser en ne comprenant rien à ce qu’à voulu prouver Godwin, mais tu viens d’en faire un beau (avec un argument ad nominem de derrière les fagots)! Bravo !

            Next !

          3. Sauf que là son argument est pertinent.

            Comme tu l’as dit, le point Godwin ne sert qu’à dénoncer ceux qui abusent des références extrêmes pour fermer une conversation.

            Le problème est qu’à présent nombre de personnes utilisent ce fameux « point Godwin » pour à leur tour invalider un argument sans en proposer à leur tour, leur permettant une paresse digne du « si tu ne gagne pas la bataille d’arguments, corrige son orthographe. » Et donc de fermer abusivement une conversation sans réfléchir.

            Et là, l’utilisation du point Godwin était juste minable.
            La référence à Auschwitz était pertinente, étant donné la proposition précédente « fermer les yeux » qui est tout sauf cohérente au vu d’une publicité qui est affichée dans la rue et lieux publics. (oui, pour « fermer les yeux » sur une pub, il faut d’abord l’apercevoir, la reconnaitre pour savoir sur quoi fermer les yeux. Donc la voir. Ou marcher les yeux fermés dès qu’on sort de chez soi mais là pas besoin de vous expliquer en quoi c’est contre-productif. )

        1. C’est vous qui allez loin, je ne vois pas le rapport
          Si vous comparez un combat anti pub avec Auschwitz, c’est que vous méconnaissez l’histoire.
          Je trouve cela limite comme argument, mais malheureusement la WWII sert trop souvent à ceux qui en dispose peu pour essayer de démontrer qu’ils ont raison.
          Je dis juste que vous mener comme un combat contre cela, et qu’l y a ben plus important. J’espère que vous corriger tous les autres maux de la même manière

          1. Si chacun à sa manière s’occupe des combats selon vous « moins important », petit à petit le monde n’en sortira-t-il pas grandi ? Allez donc vous occuper des grands combats (et par exemple, que seraient-ils ?), et laissez-nous gérer les petites choses du quotidien.
            C’est exactement la même chose que pendant le débat pour le mariage pour tous : le camps de ceux qui disaient « on s’en fou il y a plus urgent » et les autres qui essayaient malgré tout de faire quelque chose. (sans rentrer dans la polémique pour/contre).
            Avoir de plus grands objectifs, des fois, ça confine à l’immobilisme pour le reste. C’est dommage. 🙂

        2. Tellement d’accord !
          C’est pas antiviril de voir la misogynie là ou y a la misogynie …
          Y en a partout, c’est comme ça, mais pour autant on doit pas détourner les yeux pour être dans le déni. C’est comme ça pour tout. C’est pas parce qu’il y a plein de merdes en tout genre dans ce monde qu’il faut ignorer celle là.
          Ce genre de message s’imprime dans la tete des gens pas aidés intellectuellement et ce sont eux que ça touche, que ça conforte dans la misogynie ordinaire. Et c’est grave pour le peuple.

      2. Si à la place de la femme on aurait mis un/une pré-pubère dans la même position, tu aurais aussi dit qu’il « suffit » de détourner le regard ? ou tu aurais trouvé ça gênant ?

        On aurait remplacer l’homme par un enfant, rien ne choc (car l’image de l’individu mâle n’est pas gênante). par contre le même « remplacement » avec l’individu femelle on se rend bien compte qu’il y à quelque chose de pas normal.

        1. « Si »..
          Justement, je fais la part des choses ! Ce qui ne semble pas votre cas. Il s’agit justement d’une femme, pas d’un môme.
          J’ai lu tous les posts, pas un ici qui critique à tout va le marketeux sans âme ne critique cette femme qui s’est fait payer pour avoir ce rôle de « salope » et participer à sa manière donc à ce sexisme que vous critiquez tant ?!!
          Ca n’étonne que moi ? Car si on veut aller au fond des choses, parlons d’elle aussi. Ha vous direz certainement qu’elle n’y peut rien, la société et les publicistes l’on rendu ainsi, ou d’autres conneries du genre.
          Ou alors en fait elle s’en fout complètement, elle a pris on chèque, et certains bonshommes ici sont plus royalistes que le rois, vu le nombre de nanas qui se mettent à poils pour une pub à la con (de tout genre). A la limite je comprends mieux les réaction féminine
          Perso, je me fous de cette pub, comme je ne crie pas haine contre les pubs « adopte un mec » (j’espère vous y voir poster tout votre dégout sur des forums similaires qui traiterait le sujet). Je trouve juste certaines réactions exagérées.

          Et j’en ai un peu marre qu’on nous disent comment penser, et comment ne pas penser. Je vois déjà certaines réaction vouloir dire que justement les pubs influent ma manière de penser. Cerveau vous de vos cerveaux justement, détourner le regard et informer vos réellement sur ce que vous souhaitez faire et vous verrez qu’in fine il suffit justement, dans le cas présent, de détourner le regard et de s’occuper de combat ben plus importants (si vous voulez une liste, je vous répondrai)
          Maintenant, pour ma part, ce ne sont pas des affiches dans la rue qui me façonnent et heureusement que je ne suis pas le seul sinon certaines choses n’auraient jamais évolué (l’histoire nous démontre l’inverse) et si pour vous c’est le cas, c’est que vous avez une bien piètre opinion de vous même.
          Je vous assure que vous valez mieux !

          1. pas de soucis pour les fautes, on en fait tous.

            Bien que je suis d’accord avec toi sur le principe XavR – « elle a pris son cheque, etc etc.. c’est le monde qui est comme ça, ces histéro- qui s’enervent pour une « nana sur une pub » … bref,

            Mon point venait de ta réflexion :
            Ta phrase « il suffit de détourner le regard » montre bien que c’est une pub qui peut être choquante. (peut être pas pour tout le monde, peut être pas pour toi.. mais il n’en reste pas moins que tu vois bien plusieurs personnes réagissent)

            (oh une femme à poil dans le métro, bah, suffit de détourner le regard, y a rien de choquant… « papa papa, la femme sur l’affiche elle peut pas s’acheter des habits ? » … euh si chéri, juste que euh.. en fait c’est plus joli comme ça 😉 ..)

            Après, ça marche ou pas, cette pub fait parler d’elle…

          2. « papa papa, la femme sur l’affiche elle peut pas s’acheter des habits ? »
            Moui. Les gosses se baladent à poil sans problème. M’étonnerait qu’un gosse soit particulièrement choqué par cette pub, car les gosses n’ont pas nos notions de sexualité et de l’influence de celle-ci sur la condition des uns et des autres.
            Pour eux, quelqu’un de nu n’est pas aussi choquant que pour nous, car n’est pas associé au sexe, c’est juste quelqu’un de nu.

            J’ai un peu de mal avec l’idée que parce qu’une femme est nue et montre du désir, alors elle n’est que cela. Ce n’est pas parce qu’elle est nue sur l’affiche qu’elle n’est jamais habillée, qu’est-ce qui ferait croire au gosse qu’elle n’a pas de quoi s’habiller?
            Notons aussi que, adultes pervers que nous sommes, nous la voyons totalement nue, mais un gamin ne verra que des épaules nues.

          3. « Justement, je fais la part des choses ! Ce qui ne semble pas votre cas. Il s’agit justement d’une femme, pas d’un môme. »

            ==> Dégrader l’image des femmes est acceptable, mais pas celle des enfants, faut pas déconner, ils sont mignons les enfants et ils méritent le respect. Les femmes, ben, les femmes, c’est différent.

            « Perso, je me fous de cette pub, comme je ne crie pas haine contre les pubs « adopte un mec » (j’espère vous y voir poster tout votre dégout sur des forums similaires qui traiterait le sujet). Je trouve juste certaines réactions exagérées. »

            ==> Osez le féminisme a protesté contre le principe réifiant de adopte un mec, et puis des « réactions exagérées » c’est très subjectifs, ce n’est que ton avis, moi je trouve TES réactions très exagérées hein, ça fait pas vraiment avancé le débat coco ^^

            « Et j’en ai un peu marre qu’on nous disent comment penser, et comment ne pas penser »

            ==> En même temps personne t’oblige à penser pareil, on expose juste un avis (argumenté, sur un blog personnel) qui n’implique pas forcément de commentaire, j’ai envie de te dire, détourne le regard…

             » (…)détourner le regard et informer vos réellement sur ce que vous souhaitez faire et vous verrez qu’in fine il suffit justement, dans le cas présent, de détourner le regard et de s’occuper de combat ben plus importants (si vous voulez une liste, je vous répondrai) »

            ==> Toi par contre t’as l’ai assez fort pour dire aux autres non seulement comment penser, mais aussi pour leur dicter ce qu’ils devraient faire. Concernant les combats « ben plus importants », tu n’as qu’à t’y coller mon petit chéri, le féminisme c’est important, on pourrait même arguer que vu que ça concerne la moitié de l’humanité, c’est le combat le plus important de tous. Mais avec ta formule les combats « plus important » t’as gagner un point au BINGO FÉMINISTE, félicitations.

          4. XavR est surpuissant, il n’est pas façonné par la pub, ni par les médias, ni par ses lectures, ni par son entourage, ni par la société, ni par sa famillle, ni par son éducation, ni par l’école, ni par rien. XavR est né avec un cerveau parfait, il s’est isolé dans une boîte toute sa vie pour se construire la vision parfaite du monde et quand il en est sorti, il avait SA vision du monde, radicalement différente de la plupart ses contemporains et concitoyens, dans la société et la culture à laquelle il s’est intégré. J’ajouterais même que XavR n’a pas d’inconscient, il est beaucoup trop parfait pour ça.

            Et le coup du « Y a pire ailleurs, occupez-vous des combats importants. », c’est un grand classique que tous les emmerdeurs balancent quand on leur expose des choses qui les gênent. Notamment quand on remet en cause leur domination (d’héterosexuel sur les homos, de blanc sur les noirs, de mâle sur les femmes, d’humain sur les animaux, etc.). Les mêmes emmerdeurs qui eux ne s’occupent d’aucun combat, d’aucune cause, mais uniquement de leur petit nombril (qui passe avant tout le reste, avant TOUS les autres problèmes), quand d’autres s’attaquent à plusieurs causes simultanées. Et encore heureux, parce que s’il fallait que tout le monde ne s’occupe que du SEUL problème prioritaire sur la liste infinie et hiérarchisée des millions de problèmes dans le monde, on n’avancera jamais, et l’humanité n’aurait jamais évoluée en rien…

          5. Les misandres perver-s-e-s sont surpuissant-e-s, ils/elles sont totalement dans l’analyse féministes et jamais dans la misandrie la plus crasse et la plus purulente qu’ils/elles dissimulent à peine derrière le courageux et indispensable combat féministe. En fait pour ces gens aller voir un psy ou pratiquer un minimum d’introspection honnête était sans doute trop difficile, ils/elles se sont dit qu’ils/elles pourraient plutôt s’adonner au pseudo-militantisme frelaté, et se faire passer pour de vrai-e-s militant-e-s tant qu’ils montraient suffisamment pattes-blanches de temps à autres et la preuve : ca fonctionne ! Ca se tient chaud dans l’entre-sois-militant, ca dissémine moult mensonges, moult perversités, ca pense à la place d’autrui, ca le fait parler(se rêvent-ils-elles ventriloques ?)et l’invente au gré de ses fantasmes haineux, ca le caricature et ironise sur son supposé manque de culpabilité, sur sa prétendue(que lui/elle seul-e voit, comme par hasard !)perfection ! On croît rêver mais avec les perver-s-e-s on n’est jamais à court de mensonges, de sophismes et autres délires de psychotiques enragé-e-s et psychopathes. Ca parle d’amour mais qu’avec des mots de haines, et ca donne des leçons à la terre entière, c’est carrément la poutre et la paille mais en fusion nucléaire de l’unique neurone, en phase de post-combustion permanente… Ca se prends pour des demi-urges et écrit le passé le présent et parfois même l’avenir de quiconque troublerait savamment les délires morbides de nos chèr-e-s psychotiques sous acides. Et en bon perver-s-e-s ca parle sans vergogne aucune de « nombril ». C’est un peu comme le misogyne de base qui parle de misandrie en fait, l’hôpital qui se fout de la charité, mais en tout temps, en tous lieux… Miracle de la haine la plus crasse que voilà.

      1. C’est bien de vouloir agir, mais où avez-vous déposé votre plainte ? Auprès de l’auto-régulation publicitaire. En clair, des pubeux, qui jugent leurs pairs. 9 fois sur 10, le pire qui risque d’arriver à la marque et à l’agence, c’est d’être cités sur un site web que personne ne va voir. Le JDP est précisément là pour que les pubs débiles ne soient pas sanctionnées !
        Croyez-moi, ce qui emmerde le plus les pubeux, dans ce cas-là, c’est que les voix discordantes se voient. Faites du bruit !

  2. L’utilisation du mot salope ne me plait pas trop en fait, même si j’adhère totalement au message et au décryptage.
    Mais ça c’est bof. Rouge à lèvre de salope aussi, tiens en passant.

    1. Pas mieux que Nelly. C’est super de décrypter ce genre de pub, mais l’abus du mot « salope » dans tous les sens aide pas spécialement…

      1. D’accord aussi que la pub est sexiste, mais :
        – pourquoi particulièrement ‘salope’ ? N’est-ce pas le langage et l’inconscient qui est plutôt sexiste. Quel est le masculin de ‘salope’ (et le féminin de beau gosse).
        – le rouge à lèvre, de la même couleur que le verni à ongles et que la seconde couleur du casque.
        – sur les caractéristiques du produit, moi je retiens qu’il restitue un bon son. Parler de réponse en fréquence, de THD+N et de distorsion harmonique ça ne parle pas à beaucoup de monde, et en plus c’est une courbe graphique. Donc les caractéristiques techniques ça ne se mets pas sur une affiche.
        Enfin et surtout, si la marque ne voulait vendre que sur la base des caractéristiques pures, seul un groupe très restreint d’audiophiles achèterait le produit. Pour élargir la clientèle (au jeunes qui suivent la mode) il faut se battre avec d’autres arguments, rendre le produit à la mode. Ce n’est pas juste un casque audio, mais avant tout un produit de mode (on n’achète pas une Citroën DS3, une Fiat 500 ou une Mini sur la base des caractéristiques techniques, mais sur l’image qu’elles dégagent)

          1. C’est triste à dire, mais il faut reconnaitre que oui; On n’a jamais dit que la mode était éthique…

          2. Alors pourquoi la justifier si elle n’est pas éthique ? Le principe c’est justement de dénoncer cette mode qui est loin d’être éthique.

        1. Je ne peux que plussoyer Nelly, Tiffany et Yvonnic. Le fait que tu uses du mot « salope » (« rouge à lèvres de salope », sérieusement ?) à maintes reprises pour parler d’une femme nue, maquillée et manifestant un possible désir sexuel, c’est vraiment très malhabile pour traiter du problème du « sexisme ordinaire ». Le slut shaming étant une des manifestations les plus critiques du slut shaming. Si tu veux écrire des articles de fond ou des critiques rapides sur ce sujet sensible, je te conseille de faire attention aux termes que tu emploies, c’est la moindre des choses…

          1. Ce n’est pas l’auteur qui use du mot « Salope » en personne mais le publicitaire fictif qu’il met en scène en tant que personnage. No slut shaming here.

          2. Ah oui, je suis d’accord avec Bilto, je pense que c’est parce qu’elle se met dans la peau du publicitaire.

      2. En fait, comme dit un peu partout, il faut voir ça comme une mise en scène de la pensée du publicitaire !

        Ce qu’il dénonce ici, c’est justement cette propension au cliché facile ! Non, une femme nue qui a un désir sexuel n’est pas une salope (loin s’en faut)! Non, les accessoires, les mode, les vêtements sexy ou court ne font pas une salope !

        Mais si ces quelques points était compris de tout le monde, ce cliché ne serait pas utilisé dans la publicité ! En fait, je dirais que le public est autant fautif que le publicitaire, mais il est évident que l’image « voulu » de l’affiche, ce n’est pas juste « tient ma copine tout à fait normale vient m’embêter pendant que j’ai un casque sur la tête » mais bien « tient, avec ton casque, tu vas ramasser n’importe quelle fille en chaleur »

        Les mots sont cru, mais ils sont bien choisis pour faire comprendre à quel point ce recours est abjecte !

    2. Je me suis fait la même réflexion, c’est selon moi le seul truc à redire de cet article… c’est quoi au juste un rouge à lèvre de salope? Penser que ça puisse exister c’est antiféministe au possible…

      1. Vous êtes tous à côté : Salope sort de la bouche des marketeux. Il faut lire entre les lignes (et c’est un peu malheureux que j’aie à vous le dire).

        1. Quand bien même, « salope » n’est pas marquée dans la pub mais bien écrit par l’auteur de l’article qui le « dénonce »…

        2. Le problème c’est qu’en continuant dans l’analyse de la pub en disant « salope » c’est comme si ça sortait de sa propre bouche et plus de celle du marketeux. Des guillemets auraient été plus subtils.

        3. Le problème Bilto est pas que tu te tues à le dire, mais que tu te tues à penser que toi seul à raison parce que tu le dis, et que tous les autres ont tord.
          Lire entre les lignes, du marketeux, c’est extrapoler, inventer, imaginer… tu as peut être raison mais peut être tord (surtout qu’ici il n’y a pas beaucoup de ligne)

          1. Le problème XavR, est que tu as *tort puisque si tu relis l’article, le marketeux emploie bel et bien le mot « Salope », et l’auteur récidive en ce terme dans la peau du marketeux.

          2. non, ce n’est pas le marketeux qui dit « salope », c’est l’auteur qui fait dire « salope » au marketeux dans son montage…

    3. il faut voir ce que dénonce cet article : le sexisme. dans une logique sexiste, le mot « salope » est tout à fait utilisé : appelons un chat, un chat ! Tout est fait dans cette pub pour que la femme représentée soit montrée en « salope ». L’auteur de l’article use juste de cette logique pour choquer mais il dit la vérité.
      Quant au « rouge à lèvre de salope », il fait référence à une mise en scène de la femme, en particulier sur cette pub. Le problème n’est pas le rouge à lèvre en soi, le problème est l’effet du rouge à lèvre dans une telle situation.
      Pour moi il n’y a rien d’antiféministe, c’est juste qu’il regarde les choses en face (cette pub est très sexiste, et rabaisse la femme à « l’état » de « salope »).

      Bravo pour cet article, d’ailleurs on retrouve également 3 « salopes » (salope = la façon dont les femmes sont utilisées) sur le clip de robin thicke – blurred lines, lui aussi très sexiste. Une petite analyse monpapaesungeek ?

        1. j’abonde dan le sens de Nelly, Tiffany, Yvonnic et Nadia.
          C’est quoi l’etat de salope : être réduite à son seul organe sexuel : dans ce cas rien l’utilisation du mot féminité attribuée aux seules femmes est presque aussi sexiste

          1. Je suis toute d’accord avec Nelly. Les explications de l’auteur sont faiblardes: tu fais une grosse boulette, t’assumes. Arrête de t’enfoncer.

            L’utilisation répétée du mot « salope » a décridibilisé la pauvre « analyse ».

    1. je trouve assez amusant le retournement d’image de l’homme qui devient objet (surtout dans les premières où une « mamy » se portait « adoptante » 😉 mais ça reste au stade de l’amusement. Déjà le nom du site « adopte un mec » me paraît inapproprié, si je devais choisir un mec sur catalogue, ce ne serait pas pour l’adopter 😀

    2. Si le but de ce commentaire est de plaindre les pauvres hommes qui verrait se retourner une situation, c’est raté !

      Les utilistions de l’homme en tant qu’objet et les clichés qu’il véhicule n’ont jamais eu le même effet sociétal que les clichés concernants les femmes :
      -Le concept est relativement nouveau et ne souffre pas d’une image récidivante depuis le fin fond des ages.
      -Il n’y a pas autant de viol d’homme que de viol de femmes
      -Il y a beaucoup moins d’homme battu que de femmes
      -Il y a beaucoup moins de Harcelement sexuel pour les hommes.
      -Les hommes sont toujours mieux payé que les femmes
      -Les hommes ont toujours de meilleurs chances d’arriver à des « hauts postes » que les femmes
      […]

      Changer d’abord ces états de fait, et on reparle de cette utilisation de l’image de l’homme quand vous voulez!

      1. Vous me semblez très en colère, et la colère n’est pas la meilleure conseillère pour la réflexion.

        Êtes-vous en train de dire que l’image sexuée de la femme (la « femme objet ») est la cause directe des viols, violences conjugales, et différences de salaires ?

        Je crois que vous vous trompez de combat, et d’amener le combat sur un terrain où toute représentation sexuée de la femme est considérée comme taboue ne me paraît pas être sain.
        Sans vouloir atteindre un point Godwin, je rappellerais que les pays gouvernés par la Shariah, l’image de la femme sexuée est bannie autant que possible. Cela n’empêche pas ces pays d’avoir un taux de viol plus élevé que dans nos contrés. Certes, il y a bien d’autres facteurs participant à cela, mais là où je veux en venir est qu’une « désexualisation » de la femme n’est pas la solution à tous ces problèmes.

        Comprenez-moi bien, je ne suis pas pour l’utilisation du sexe à tout bout de champ et pour vendre n’importe quoi, mais il me paraît déraisonnable de penser que c’est là, dans le fait qu’une femme puisse être montrée comme sexuée, que se situe la cause de tous les maux qu’ont connu les femmes à travers les âges.

        La femme sera toujours « l’objet du désir » de l’homme. Non dans le sens « objet inanimé », mais dans le sens « ce que le sujet adresse »: le désir de l’homme aura toujours pour objet (objectif) la femme… à l’exception des homosexuels, bien évidemment.
        Les hommes sont attirés par les femmes, « pour le meilleur et pour le pire », si je peux me le permettre. Ce qui est à bannir n’est certainement pas l’attirance sexuelle, mais les actes déraisonnables que vous avez mentionnés.

        1. Bonjour Breyzh,
          Je voudrais amener de l’eau au moulin de votre réflexion.
          Il ne s’agit pas de bannir le fait que l’homme aime la femme et sa sensualité, mais de dénoncer le fait que cela soit utiliser pour faire vendre.
          Le problème c’est la sexualisation SYSTEMATIQUE du corps de la femme, et ce, dans tout les média : films, blockbuster, BD, manga, émissions, pub (papier, télé, internet), etc.
          Comment voulez vous alors :
          – que les homme respecte les femmes (harcèlement de rue et au travail)
          – que les femmes aient confiance en elles
          – que les femmes aient des exemples !!

          Encore une fois, je ne dis pas que les exemples n’existent pas (Angela Merquel, Ang San Su Kii, Hilary Clinton, Ana Politkovskaya) mais quand vous analysez les messages que nous renvoient la société, l’utilisation de la « femme-objet » perverti complètement notre pensée.
          Si ça ne provoque pas les viols et les inégalités directement, cela y participe énormément.

          Un lien vers la bande annonce d’un excellent reportage fait au US sur le sujet :
          http://www.youtube.com/watch?v=S5pM1fW6hNs

          Merci

          1. bob sinclar si on regarde bien il a sur certaine photo une image aussi hyper sexualisée. si la meuf a une attitude putassière, ben lui, qui aussi utilisé pour vendre le produit et reçoit du fric pour ça ( surement plus que la meuf qui n’est pas connue et donc ne salie as vraiment son image puisque elle ans l’anonymat), on se demande qui c’est la super pute de luxe ( inexcusable quand on a autant de pognon comme lui). Le mâle dominateur hyper sexué n’est t’il pas la pure salope de chez salope? a côté de lui, la meuf n’est décrité comme « salope » que par son désir, tandis que lui il passe pour une vraie ordure, et pour moi, ça c’est bien pire.

          2. Bonjour Julie,

            C’est absolument faux. La femme n’est certainement pas « systématiquement » sexuée dans les médias.
            De nombreuses femmes, réelles ou fictives, sont montrées dans les médias pour d’autres raisons que la sexualité : de nombreuses journalistes (Arlette Chabot, Christine Ockrent, Myret Zaki, et j’en passe) et personnages de fiction (de votre homonyme Julie Lescaut à Ripley dans Alien en passant par la maitresse de Titeuf, les femmes chez Miyazaki et les femmes des films de François Ozon, et de nombreuses autres) ne sont pas des bimbo en maillot de bain, que je sache.

            Et à nouveau, je pense que c’est se tromper de combat que de dire que les médias sont responsables de l’état de la société, et non l’inverse.
            Il parait clair que le problème a une racine bien différente, puisque le sexisme est largement antérieur à nos médias modernes. Il ne s’agit donc pas d’une « perversion » de notre pensée naturelle angélique par les médias : les médias sont une conséquence ou une représentation, et non une cause, de la société. Empêcher les médias de tirer profit de l’image de la femme sexuée n’empêchera aucunement le sexisme, comme l’interdiction des propos racistes en public n’empêche pas le racisme.

            Par ailleurs, la société ne donne naturellement de respect ou de confiance ni aux hommes ni aux femmes. Il ne s’agit pas là d’une inégalité. Une injustice, si vous voulez, mais une injustice devant laquelle il existe une certaine équité, selon moi.

            Quant au féminisme castrateur des américain(e)s, très peu pour moi, je préfère le féminisme libérateur à l’européenne.

  3. C’est quand même très drôle ton analyse.
    On peut être d’accord sur certains de tes points et encore c’est pas super bien analyser je trouve. C’est une analyse assez « simplette ». Et tu parle de « sexisme » tout en dénonçant que la couleur rouge pour du rouge à lèvre est une couleur de « salope », qu’une fille nue est une « salope », et que la fille est une « salope »………………. Sans commentaires. En rechange je me pose une question sur qui est le plus sexiste entre ton bulletin et cette affiche.

    1. Les pubs font appels à des codes, des signes très précis. Les points qui sont mentionnés et la façon dont ils sont mentionnés illustrent le sens que les-professionnels-de-l-image attachent à ces signes.

      Oui, du rouge à lèvre comme ça est là pour signifier « rouge à lèvre de salope », oui beaucoup de gens le recevront comme ça parce qu’on y est conditionné, tout comme le reste : le regard, la bouche ouverte, etc.

      Maintenant, c’est maladroit de l’avoir mis comme ça en légende, parce que ça devient ambigu. On sort du cadre de l’image pour légender, du coup le discours devient celui de l’auteur et ça fait tâche.

      La preuve, la teneur des commentaires.

      Dommage, donc.

      1. Faut croire que c’était trop subtil.

        Ou alors nous les intelligents on voit de la subtilité partout et en fait l’auteur est juste un gros connard de sexiste.

    2. Ah pardon, LG a perdu sa place, Sam l’a gagné, lui ne se donne même pas la peine d’argumenter, il se contente d’émettre un jugement lapidaire qu’on doit prendre pour une vérité révélée, vu que ça sort de la bouche d’un homme et que ça concerne une production intellectuelle féminine qui ne peut donc qu’être « simplette » tandis que le commentaire de Sam suinte lui, l’intelligence. Oui, elle suinte par tous les points de suspension, ça remplace la nécessité de produire un raisonnement, en cela Sam l’utilise ici en tant qu’équivalent langagier du pénis………… 😉

  4. Un truc me perturbe quand même. A priori les casques sont achetés par des hommes et des femmes indifféremment non ?
    Autant le coup de la femme à poil pour vendre des shampooings ou des déos pour homme je pige bien (au passage le schéma classique j’ai des pellicules je suis déprimé / j’utilise le shampooing truc / je manque de me faire violer par un troupeau de nanas à poil me fait toujours rigoler).
    Bref, j’ai du mal à imaginé que la femme à poil soit le bon moyen pour vendre un produit technique unisexe, mais bon…

    1. Croisant le casque Beats tous les jours dans le métro (c’est d’une banalité d’ailleurs…), je peux confirmer que je ne vois aucune femme en porter. Ce genre de truc est un peu too much pour des femmes je pense, elles portent des casques plus discrets ou plus élégants.

      1. Bullshit, j’en vois tout les jours dans le métro des femmes avec des Beats by Dré.
        Beaucoup moins que des hommes, mais je peux facilement en compter une 15aine par semaine.
        Et je dirais une 50aine sur des hommes.

        1. Et d’ailleurs, au risque de passer pour un gros sexiste (j’aime bien l’ironie), je pense que y a potentiellement plus d’hommes censés s’y connaître en technique audio que de femmes, donc plus à même de NE PAS acheter ce genre de sous-produit.

          Ce qui rend le truc encore plus étrange.

      2. Brandon je ne sais pas où tu vis mais « croisant le casque beats » les femmes aussi portent des casques et pas que des écouteurs « mignons »! J’en croise tous les jours dans les transports! Et je suis une femme et les casques j’en porte depuis des années!! oui on peut être une femme et apprécier la musique! Ton commentaire pour le coup est très sexiste!!

  5. Cette pub me dépite à chaque fois que je la vois dans le métro, je suis bien d’accord avec toi sur le constat, le corps de la femme est clairement considéré un objet qui sert à vendre.
    Par contre, je regrette l’utilisation du mot « salope » dans ton explication. C’est juste une nana à poil, je ne vois pas en quoi ça en fait une salope. De même que faire une fellation ou porter du rouge à lèvres rouge ne fait pas d’une femme une salope.
    C’est dommage, ça gâche l’intention de départ…

    1. Le « salope » sort de l’esprit des marketeux. Entretenir une littérature élevée et régulière aide à comprendre ce genre de subtilités.

          1. J’appelle juste ça enfoncer des portes ouvertes sans même se donner la peine de travailler son papier sur la forme. Et des livres j’en ai lu beaucoup soyez rassuré, et faire un minimum d’effort pour bien écrire (et sans agressivité ou mépris) fait parti de mon métier.

  6. Pas terrible ton analyse… un peu leger quand même.
    Rouge a levre de salope? merci pour les filles respectables qui mettent le même.
    Gros seins? ah bon tu vois clairement ça ?
    La position de soumission de la femme n’est pas evidente pour moi. Ni le regards de desir sexuel chez elle. Au contraire son regard est assez défiant..

    trés zéllée comme analyse

    1. @Marie;
      je me permets moi aussi de prendre la défense de l’auteur. Qu’est-ce que tu n’as pas compris dans cette satire ?
      Bien entendu l’auteur ne met pas de tels mots sur la femme. Il imagine que c’est ce qu’ont fait les créas. Honnêtement, elle t’évoque quoi cette fille sur cette photo ?
      Perso je la trouve très vulgaire, niaise, arriviste, indigne, femme-objet et soumise : en somme, on peut user d’un mot pour ça c’est « salope ». Est-ce la vision que j’ai de la femme ? non pas du tout, au contraire. Est-ce la vision de la femme que les créas ont voulu faire passer ? Complètement. Parcequ’ils visent un public que ça fait rêver.
      C’est pas le rouge à lèvre le problème, c’est sa mise en scène : si toi tu mets ce rouge à lèvre précis, que tu t’habilles (déjà^^) en mode comme tu veux mais pas vulgaire et que tu vas boire un café, ou même danser, personne ne dira que tu as un rouge à lèvre de salope.
      Par contre, va te mettre à poil et t’exhiber devant des gens (soit en live, soit à travers une photo ou une pub), ça sera le cas… D’ailleurs il n’est pas obligé d’être rouge, il peut être n’importe quoi, il est utilisé pour amplifier une scène.

      Cette femme est clairement soumise à Bob, regarde sa position inférieure, elle s’adonne à lui nue, alors que lui est habillé intégralement.
      Tu trouves son regard défiant, oui je trouve aussi qu’il y a un peu de défiance dans son regard, mais n’est-ce pas plutôt pour le côté « félin » de la scène ? (observe ces ongles, ils sont légèrement plantés dans le torce de Bob). Si ça ce n’est pas sexuel ?

    2. c’est quoi une fille respectable et une salope? ces quoi cette manière de classer « les filles bien, et les salopes de l’autre » comme l’écriture judéochrétienne le fait? une femme elle est juste en fonction de sa consommation sexuelle comme un objet qui perd de la valeur quand elle est usée, quand elle a trop servi????
      salope c’est un vieux terme de l’église qui voit la sexualité féminine comme souillante ( ope fait référence à la sexualité, sal est purement dicté par la sacralisation de la sexualité féminine, de la dénaturation en « chose » de la femme : soit souillée, soit sacrée;

    3. Chère Marie, j’aimerais que tu me définisse exactement ce que tu entends par « les filles respectables », car cela implique qu’il y a des filles qu’on est pas obligé de respecter?
      Et là j’aimerais connaître les critères que tu utilises pour décider de la « respectabilité » des femmes?

      Car je trouve tes reproches « un peu légers », et tes critiques formulées avec un peu trop de zèle 😉

      1. Perso, une belle fille nue qui m’arrache ma veste et me fait des mamours, je ne trouve pas qu’elle soit une salope. C’est plutôt une fille bien. Il en faudrait plus.

  7. Bonne analyse, curieux que les lecteurs/lectrices dans les commentaires ne voient pas l’humour pour l’utilisation du mot « salope ». Et puis, dans la pub, on apprend à utiliser des raccourcis imagés et ce genre de vocable en fait partie : ici, on cherche à caractériser le plus rapidement possible une femme qui n’est que désir et sexualité et qui est dédiée des pieds à la tête à remplir son unique fonction de séduction. Ici, c’est bel et bien une « salope », dans le sens créature affamée, en tout cas c’est l’écho immédiat que renvoie le personnage sur l’affiche dans l’inconscient masculin (et même féminin, je pense).

      1. C’est pas le sujet de l’analyse, bien au contraire ! Je suis le premier à détester le sexisme ordinaire, et pour moi cet article dénonce ça en utilisant de la sorte le mot « salope », l’auteur se projetant dans la tête d’un publicitaire de base, qui va utiliser le sexisme pour vendre un produit. Donc j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi les lectrices s’offusquent ici de lire ce mot là, alors qu’il est justement chargé de tout ce que l’auteur dénonce en analysant cette mauvaise publicité.

        1. suis tout à fait d’accord avec toi : ce vocabulaire est emprunté à ces « fils de pub » et pas l’expression de MPEG qui fait seulement ressortir le message véhiculé par l’affiche 😉

        2. Une bonne publicité est une pub qui fait vendre (avant tout)
          Je ne sais pas si vous avez les chiffres, mais vous la cataloguez de mauvaise, alors qu’elle fait aussi déjà ce qu’on attend d’elle : elle fait parler d’elle !
          Pas si mauvaise donc 🙂

          1. Une publicité qui ne fait pas plus vendre qu’une autre et qui véhicule une mauvaise image de son annonceur est une mauvaise publicité.

          2. oui enfin y a pas que le fric dans la vie et tout n’est pas justifiable sous prétexte que ça rapporte. Sinon on peut tout sacrifier sur l’autel dédié au Dieu Argent.
            Hein, je suis sur que le commerce d’organes ça doit rapporter à max et pourtant ça le ferai pas trop si on commençait à le légaliser et à faire de la pub sur le sujet…
            Donc bon.

    1. Et si on arrêtait de toujours voir les femmes nues comme des ‘salopes’ (très péjoratif) et les mecs nu comme des Don Juan ?
      Les femmes aussi ont le droit au désir, il me semble.
      Donc je regrette l’utilisation du terme ‘salope’ qui n’est pas si anodin à la longue (cela nous conditionne à associer femme nue à ‘salope’).
      Je regrette tout autant l’image de la femme dans la société et l’utilisation qui en est faite dans la pub. Trop de pub utilisent la femme comme objet sexuel et pas assez de pub équilibrent dans l’autre sens comme les pub « d’adopte un mec »

      1. A nouveau, c’est justement le propos de l’analyse faite ici : utiliser le mot « salope », c’est se mettre dans la tête du pubeux qui a conçu l’affiche, et donc critiquer ce machisme ordinaire et la pathétique utilisation de l’image de la femme dans la publicité.
        Donc je ne regrette pas l’utilisation de ce terme, qui a toute sa place dans cette caricature.

      2. C’est pas équilibrer dans l’autre sens, qu’il faudrait. C’est que ça disparaisse tout simplement. Parce que bon, dans un sens ou dans l’autre, c’est à vomir.

      3. Souvent lorsque je vois un homme nu, et que je ne suis pas celle qui l’a invité à/lui a donné la permission de/ se déshabiller, j’ai plutôt tendance à penser « exhibitionniste » que « Dom Juan ». Mais enfin, chacun ses goûts hein…

    2. Pas d’accord. Utiliser le mot salope = humour ? Vous m’excuserez mais c’est très insuffisant comme explication. Personnellement, je trouverais 1000 fois plus drolatique d’utiliser une expression plus recherchée et qui aurait le bonus d’être de l’humour en elle-même, genre « femme à la moralité douteuse » ou quelque chose dans le style, enfin se donner un peu de mal pour bien écrire quoi 😉

        1. Je ne parle pas de la mise en scène sur l’image du brainstorming, je parle de toute la démonstration qui suit derrière, et qui aurait très bien pu prendre de la hauteur pour justement dénigrer et mépriser ce comportement de pubard que je ne nie pas.
          Se mettre à leur niveau pour les dénoncer, je trouve juste ça facile et pas très recherché, ça perd en puissance, c’est tout.

  8. Ils ont repris la même Brune que le clip de R. Thicke qui se fout à 4 pattes pour la pub Boulanger non ?

    C’est tellement beau l’originalité

  9. D’un autre coté sennheiser qui fait du matos avec un bon rapport qualité prix on vu le public se fourrer des beats dans les oreilles, dont tout le monde connais les grandes qualités audio vanté par un mec qui fait de la chanson et pas de la musique.

    Enfin je dis ca, mais moi j achete AKG et harman kardon.

      1. Enfin sennh, c’est l’inventeur du casque actif, marque réputée dans l’aviation, meilleur protection auditive pour le tir, et l’une des meilleurs ergonomie des écouteurs intra, utilisés pour la scène (Labo d’étude, analyse acoustique, physiologie)…. Alors mis à part AKG… Harman Kardon, c’est du surf sur la vague mode des casques audio (exempt ampli).

        1. en vrai je m’en fout de la marque. je suis ingénieure du son. ce qu’il me faut c’est de la qualité. mais si sennh’ essaye de rivaliser avec Beats, on va ce retrouver avec des casques au rendu dénaturé (ce qui n’est pas le cas de mon HD 448 mais est le cas du 449!)

          donc non merci! je ne suis pas du genre a faire confiance a une marque qui joue sur la vague par principe, et me retrouver avec du mauvais.

          j’irais voir chez Shure ou Beyer… il y a plein de marque de casque monito digne de ce nom 😉

          1. Y a de la qualité chez pas mal de marques, même Sony ou Philips. Ce qu’il faut c’est chercher le haut de gamme, et s’y connaître en technique pour s’y retrouver (et tester).

            Mais bon si tu es ingénieuse (hi hi) du son ça devrait aller.

  10. La marque avait déjà fait une campagne de pub quasi-identique avec à la place de la ****** à poil, une asiat’ psychopathe qui griffait le torse imberbe de ce bon vieux bob. Le slogan : la griffe du son.

  11. Que ce soit une pub de merde est une chose, en faire une analyse… aussi peu poussée en est une autre.

    Sans rire, le produit est présent deux fois dans la pub, c’est limite de trop.
    Il y a une concordance des couleurs.

    Voir cette affiche comme un pur produit sexiste qui ne met mm pas en valeur le produit… c’est juste se renfermer dans son besoin de révolution anti-mâle.

    Cordialement,

    1. Ton analyse de l’analyse est pathétique, t’es au courant?
      C’est bien beau de critiquer, encore faut-il pouvoir se le permettre, parce que là, ça fait un peu genre « au mé tu sé pa écrir et t bêtes »

      Tu t’es un peu renfermer sur ton cerveau en mode pensé circulaire…

      Cordialement,

  12. ah ben moi j’interpréterais cette image différemment :
    La nénette semble dire au gars: chéri, samedi après les courses et la tondeuse, on ira voir maman ? Et le regard du type semble dire : vas y cause toujours, de toute façon moi j’m’en tape, dans 2 minutes je me fiche le casque sur les oreilles, et je t’entends plus.

    ça ça parle vraiment. Non ?

    1. c’est vrai qu’il a l’air de la voir comme un boulet la meuf, encore plus méprisant
      le mec est un pro il fait du son, et malheureusement pour lui il est envahi par ce genre de créatures
      en plus d’être sexiste c’est limite humiliant

    1. pour Orangina, il serait plutôt question du droit des bêtes sur l’utilisation de leur image (avec un anthropomorphisme abusif) 😉

  13. Une analyse minable, digne de ce site.

    Ce que les « gens » ne comprennent pas, c’est qu’une pub, correspond à une cible.

    Outre tes fautes d’orthographe humiliantes que tu écris sans hésiter, c’est un peu facile :

    Tu prends une pub de merde, pour les fans de Bob Sinclar et de camping.
    Que demander de plus ? La fille aurait pu être blonde décolorée ça aurait été même mieux.

    C’est juste « dans la cible ». C’est tout.

    C’est une marque de bouffon, pour les bouffons. C’est tout.
    Du coup, « com » de bouffons.

    Ta cible ce sont « les fans du tour de france ? » bah tu communiques sur le tour de france et les campings. Avec une com du même niveau. C’est parfait.

    Par ailleurs, je note qu’en tant que « bloggeur » engagé, tu te permets de qualifier la fille de « salope ».
    Non elle est juste sexy, désirable. Tu préfères l’appeler salope ?
    C’est ton choix.
    Ne viens pas nous parler de sexisme après.

    Pas de sexiste ici. Juste une morue avec son boulet. C’est tout.

    Une pub de beaufs, pour les beaufs. C’est tout.

    Révise ton orthographe et tes analyses avant de poster stp, tu pollues la toile.

  14. Ouais enfin pour moi le sexisme représente le non respect de la femme et l’établissement d’un homme dominant. Alors qu’avec cette pub, on prend le mâle pour une bite ambulante étouffée dans une frustration sexuelle.

    1. Ah, pour vous les sexisme ce n’est que dans un sens?
      Le mechant homme qui domine la pauvre femme c’est ca ?

      Pas mal comme blague.

      1. C’est probablement celui qu’il est le plus important de dénoncer, en tout cas.
        Bon, c’est vrai que mon commentaire est un peu bancal, mais il était un peu tard, et j’avais un peu bu

      2. c’est bien là le pb des féministes « victimistes » qui perpétuent une image de la femme sans cesse victime du mâle dominant
        ces féministes ne se basent sur le viol que pour définir la femme victime de l’homme dominante et ne voient jamais la femme libre
        les autres féministes disent : « comment peut on être féministe en maintenant la femme dans une condition de victime »
        les autres le contraire…

    2. ça a du sens, le machisme n’est en effet pas valorisant pour l’homme : force physique, libido irrépressible, interdiction de montrer ses émotions..
      Pourtant, dans cette affiche, l’homme a l’air sûr de lui, il regarde bien en face. Il ne fait pas « loser », enfin je ne crois pas qu’on le perçoive comme ça. Surtout que c’est une célébrité.

  15. On pourrait aussi parler de l’affiche du Salon du livre et papiers anciens (allez voir dans google images, dans le genre vacuité, ça vaut le coup aussi. Dommage que les com ne prennent pas le HTML)

    Depuis quand la gonzesse ça fait vendre des parchemins? o_0

  16. Si on vendait des produits sur des caractéristiques techniques ça se saurait… Voit-on bcp de pubs de voitures dans lesquelles on voit le moteur et les suspensions. Ce sont des objets de consommation, qu’on peut remplacer par des produits 5X moins cher. Donc on fait des pubs pour vendre de l’imaginaire, un concept, pas des caractéristiques pures dont tout le monde se contrefout.

  17. Le sexisme banalisé ne serais elle pas celui de considérer cette nana comme une salope alors que rien ne le laisse supposé sur l’image ? Ou alors de considéré qu’il y a un rapport dominant/dominé dans cette image.

    Si ça se trouve c’est elle qui lui a mis le grappin dessus et qui va lui arracher ses vêtements et le prendre violemment. Lui est là sans pouvoir faire grand choses il a pas de chance il a son caque autour du cou, ce qui est évident avec son regard blasé ou il aimerais bien se débarrassé de son casque mais il en a besoin pour son metier …

    1. C’est une mise en scène : photos, personnages, dialogues. « Salope » c’est pas l’auteur de l’article qui l’emploie, c’est son personnage (pas si fictif que çà).
      Moi ça me déprime de voir qu’autant de gens sont incapables de saisir le second degré. Lisez des livres bordel !

      Et une meuf à poil collée EN DESSOUS d’un mec habillé, c’est un rapport dominant/dominé.

      1. D’accord avec toutes les remarques de Bilto.

        Pour le dominant/dominé il y a aussi le fait que la femme regarde en direction du mec style « je te veux », alors que le mec regarde la caméra style « j’en ai rien à foutre ». J’vais pas faire un dessin mais ça me paraît clair perso.

      2. C’est pourtant bien l’auteur de l’article qui écrit « salope », surement parce qu’il en voit une et que l’affiche pourrait le suggérer , pour autant, je ne vois pas de « salope » sur l’affiche ni écrit « salope » quand je la regarde. Juste une nana qui minaude.

          1. D’ailleurs la première fois dans l’article que le mot « salope » apparaît c’est pendant la discussion entre marketeux. Le lien est facile à faire je trouve…

  18. Ah, contente de n’avoir pas été la seule à rester perplexe devant cette pub ! D’habitude, ils mettent une meuf à poil, oui, mais de façon presque subtile, en presque rapport avec le produit. Là non, z’ont mêle pas cherché à faire semblant. « Allez, une meuf à poil et on est bons ! C’est entrecôte-frites ce midi à la cantoche les amis, faut y aller vite sinon y’en aura plus ! Zou ! »

  19. Oui, pour l’analyse, on est bien en présence du concept « femme objet pour faire vendre », mais en même temps : est-ce utile d’utiliser le terme SALOPE pour désigner la femme durant toute la durée de l’exposé ??
    La femme-objet, la femme nue exprimant uniquement le désir sexuel dans le but de provoquer la même chose chez le spectateur, ne peut-elle être appelée par son nom, « femme-objet », permettant ainsi de ne pas rajouter une couche de jugement supplémentaire par dessus cette affiche et ainsi tenter de respecter la femme-objet même si elle a choisit d’en être une pour ce spot ?

  20. Et dire que je n’ai même pas vu la nana avec son dos nu et que je n’ai pas reconnu Bob Sinclar!?!

    Ma première réaction a été de me dire: « Tiens, Sennheiser (certainement la meilleur marque pour le son audicasque) sort un nouveaux casque? Je me demande bien à combien il est? »

    Moralité, l’inconscient dans la pub, voit tout, mais ne s’attache qu’au priorité que notre conscience lui donne (Les frustrés verront une nana le dos nu, les midinettes verront Sinclar, les féministes verront encore une nana à moitié à poil, les moches une nana plutôt agréable à regarder et mieux gaulée et moi, qui trouve mon casque audio tout pourri, je vois un nouveau Sennheiser…) CQFD

  21. C’est peut-être idiot ce que je dis, mais cela aurait peut-être tout changé si la « salope » en question avait le regard droit posé sur le casque (celui de droite, pas celui sur Bob Sinclar). Son regard transpirant le sexe serait tout à coup attiré non pas par un pauvre type qui a un super casque, mais par le casque lui-même : je te regarde avec obsession > je te désire plus que tout. Cela renverrai au côté manipulateur de cette femme : je veux ce casque > je séduit le pauvre type qui l’a (parce-que visiblement, elle n’a pas assez d’argent pour s’acheter des vêtements, donc imaginez un casque)…
    Bon okay, ce commentaire ne sert à rien, je voulais juste exprimer ma vision des choses.

  22. Héhé très drôle.
    Pour ce qui est des commentaires sur le mot salope, à part le fait que madame n’est sans doute pas une salope (propos recueillis des inconnus 😉 il n’en reste pas moins que l’image féminine est utilisée à cette fin. C’est loin d’être une première cela fait des éons que l’image sexiste (ça marche aussi pour les mecs désormais) est utilisée à des fins de valorisations marketing…
    Faites un jeu sur une soirée à partir de 20H30 jusqu’à minuit, sur l’ensemble des chaines TNT (faut le faire à plusieurs)recensez le nombre de pub et la part de sexisme total, faites un taux et vous pouvez à mon humble avis commencer à vous marrer/pleurer selon votre état d’esprit.
    Une dernière pour la route ! Ajoutez à ça la part d’émission ou le qualificatif de salope (marche aussi pour les mecs) vous vient de façon immédiate à la tête…faites un taux, cumulez, pleurez (y’a plus que ça à faire).

    Et encore si c’était assumé !

  23. Je pense que tu vas pas assez loin dans ton analyse.
    La salope n’a pas la bouche ouverte pour sucer Bob Sinclar, non, elle jouit déjà la salope, regarde bien elle fait « haaaAAAAOOOOO » avec sa bouche.
    L’accroche je rappelle c’est « Pour l’amour du son ». mais ç’aurait tout aussi bien pu être « Toi aussi, fait hurler une salope »
    Une question demeure, qu’est-ce qui fait vraiment crier la salope: le casque, Bob Sinclar ou l’orthographe de la marque?

  24. Tout à fait d’accord avec cette analyse. Cette pub m’exaspère. Je trouve que la femme ressemble une poupée gonflable avec sa bouche grande ouverte dans une position pas du tout naturelle.

  25. Mon dieu, mon dieu, tout ça pour une nana sur une pub. Je ne dirais pas que cette femme, enfin la représentation de cette femme est une « salope », je dirais que c’est une femme de joie (?!?). Rendez vous compte, elle se fait consciemment payer pour ça! Mais peut-être a t-elle des gosses à nourrir, peut-être a t-elle un Qi de poulpe ou bien pour répondre aux féministes et aux mecs qui se découvrent une conscience anti-sexiste, que, peut-être, le message de la représentation de cette femme est tout simplement: « J’aime ça, et je t’emmerde! ».
    Sérieux, un nom de quel féminisme ou anti-sexisme, une femme ne pourrait-elle pas tout simplement aimer être « une salope » comme vous semblez tous le penser et se comporter ou s’afficher comme telle? C’est étrange ce dédouanement, anti-sexiste, à la mode, voulant à tout prie caser les comportement qui dérangent… Cela me fait un peu penser au croyant qui se croit plus croyant que le curé. Rien à voir, me direz-vous, il s’agit là d’une pub et de l’image dégradante de la femme, etc. Ben, je pense, justement, que oui, cela a à voir. Certaines femmes n’ont pas besoin d’une pub pour donner une image dégradante de la femme. Et de quelle image parle t-on? Comme l’a dit Desproges, il y a très longtemps, dans un « Zénith à moi »; « J’ai plus de respect pour Catherine Ringer qui vient raconter ses films porno (que certains quand je lis les post auraient traité, à l’époque, de « salope » ou de « dégradante pour la femme ») que pour Gainsbourg qui vient faire une leçon de morale, complétement bourré à la télé ».
    Certains parlent de « femme-objet », j’y vois, à la limite, une femme vénale. Et alors? Les femmes vénales n’existeraient pas qu’il faille les cacher? Et les « salope » alors?

    1. Et allez que ça parles tout seul pour rien dire !
      On te demandes pas de définir ce qu’est une salope, ou si t’as le droit d’être une salope oui si une femme de joie est une salope ou pas (tu fais vraiment pas le rapprochement ?)

      On te demandes pourquoi utiliser cette image de la femme pour vendre un casque audio !
      Non d’un ptit bonhomme !

      1. Non. On demande pourquoi on utilise l’image d’une femme qualifiée de salope est nécessaire dans une pub. Si toutes les femmes à moitié nue et maquillées d’un rouge à lèvre rouge sont des salopes dans les pubs, pour les publicistes ou ceux qui les décortiques, que dire des nanas seins nues et maquillées sur les plages? Super salope?

  26. L’usage même du mot « salope » par l’auteur de l’article montre son propre sexisme ou volonté de salir.

    L’actrice sur l’affiche est là pour faire joli et exprimer le désir qu’un homme aimerait voir. Mais en quoi est salope comme attitude ? En quoi une telle attitude (de fiction) serait mal ? En quoi un joli rouge à lèvre serait salope ?

    Pourquoi utiliser une insulte comme salope qui renvoie à la dénonciation de toute femme qui est autre chose qu’une servante dans la cuisine ? Parce que le message critique ici va bien au delà de la simple pathétique pub, mais pour cracher sur une image de la femme.

    Cette pub est mauvaise parce qu’elle ne cherche qu’à me montrer une image vulgairement sexy pour me motiver à lire la marque.

    Elle fera donc connaître la marque, qu’on lira entre deux regards à chercher les seins, ce qui de loin fait penser que c’est une bonne pub. Mais donner envie de claquer l’argent pour les modèles les plus chers et rentables du fabricant ? Non.

    1. Parce que Morue c’est pas sexiste?
      Elle utilise le mot salope pour dénoncer la façon de penser de ces gens là. Et à voir la crise de nerf que tu nous fais, on dirait bien que tu t’es reconnu.
      Tu es très mal placé pour donner des leçons parce que ça :
      « Outre tes fautes d’orthographe humiliantes que tu écris sans hésiter, c’est un peu facile »
      c’est très vilain, je crois bien qu’il y a un problème de syntaxe, alors tu vois la poutre la paille…
      Je crois que le minable qui pollue la toile avec sa beaufitude, c’est toi.

  27. Excellentissime analyse, 1 millions de fois d’accord! Bravo aux quêteurs de vrai sens de cette pub’ô combien élevée d’esprit. Chapeau vraiment c’est juste génial comme présentation, commentaires méga bien pensés: merci de diffuser le plus largement possible et encore Bravo!! par ailleurs vivat Lourdes!!
    Laetitia :):)

  28. ps: ai pas encore lu tous les commentaires dans les cases ci dessus des observateurs extérieurs à l’analyse initiale disons.

  29. D’ailleurs, pour démonter l’argumentation de la pub:
    ELLE:
    « position de soumission sexuelle »: Ou pas! elle est peut-être très échaudée et je ne connais pas cette position sexuelle (…)
    « Bouche ouverte pour une petite pipe rapide »: Ou pas! elle est peut-être très excitée et envieuse (…)
    « Rouge à lèvre de salope »: Salope de luxe alors, surement un rouge à lèvre Chanel ou Dior (merde, ma femme est une salope aussi et puis quelques copines aussi quand elles s’apprêtent pour une soirée chic avec un beau rouge à lèvre très féminin) (…)
    « Main qui veut arracher la chemise »: Lol. Elle est tactile, c’est tout!
    « Gros nichons plaqués »: Retourne jouer aux légo! Une poitrine standard se compresse aussi lorsqu’elle est plaquée contre un torse.
    LUI:
    « Position dominante »: Non, il est plus grand!
    « Regard caméra »: Vaut mieux, c’est une photo…
    « Mal rasé genre baroudeur »: Toi, tu n’a jamais baroudé. Il sort de chez le barbier et est, même, plutôt bien rasé.
    « Porte le casque autour du cou genre accessoire de beauté »: Difficile de se faire des papouilles dans le coup avec un casque sur la tête sans éborgner sa belle. Par ailleurs, le technologie peut-être esthétique (Tu as quoi comme bagnole?)
    Pour le reste, arguments publicitaires…
    … J’adore (DeDior)!

    1. Tiens, et si je me pointais, les seins nus, en ouvrant la bouche, et en plaquant ma main sur votre torse? IL n’y aurait rien de sexuel, bien sûr !

  30. J’ai bossé dans la pub et son analyse n’est pas aussi simplette que cela. (quelques histoires vécues :o))
    Puis arrêtez tous de faire vos vierges effarouchées sur le mot « salope ».
    Il y a une analyse que peu font, pas mal décortiquée et assez réaliste de la manipulation quotidienne que vous fait subir la pub. Pardon… « ceci n’est valable que pour les autres car vous etes plus vigilant que la moyenne n’est ce pas ? » et j’attend de lire le premier « moi je ne me fais jamais piégé par la pub !! etc… » Je vous entends déjà tous dire la même chose lol.

    Comme vous avez raison d’y croire et continuez à le croire. :o) Ceci dit, c’est étrange qu’un truc; comme la pub; où personne ne se laisse « piéger » continue encore d’exister…

    Enfin… j’adore vos lires vos coms car je vois que les mentalités ne changent pas, mais pas du tout.

    1. « Pardon… « ceci n’est valable que pour les autres car vous etes plus vigilant que la moyenne n’est ce pas ? » et j’attend de lire le premier « moi je ne me fais jamais piégé par la pub !! etc… » Je vous entends déjà tous dire la même chose lol. »

      tu as remarqué qu’en vrai PERSONNE NE L’A DIT? en gros toi t’est le mec qui viens qui dit « vous l’avez pas dit, mais vous le pensez quand meme! »

      c’est comme sa qu’ont creer de bon publicitaire, des gens comme toi, qui servent a nous pondre de bonne publicité : je sais que les hommes aime voir des femmes nue! mettons en dans nos pub!

      en gros j’ai envi de te dire : pffff…..

      1. héhé je sais… et personne ne le pense non plus bien sur.

        Si les bonnes créas fonctionnaient, on en ferait.
        Mais s’il y a un retour sans cesse aux basiques, c’est que cela fonctionne mieux. Une cible, un message qui lui plait + ton produit. (Homme ou Femme les mécanismes sont aussi basique et similaire)

        En gros, j’ai envie de te dire : c’est la vie… 🙂

        1. Et donc, en tant que publicitaire, votre métier consiste à constater le machisme omniprésent et la chosification des femmes, et la tendance à les ramener à un statut d’objet sexuel… (on aime la musique aussi, tu sais.. pas que b** et s**)
          Donc vous constater cette tendance et vous vous en servez, donc vous l’alimentez… bravo.

  31. Et sinon, personne pour faire remarquer que Bob Sinclar est un DJ et que la plupart des DJs (un minimum connus) sont toujours entourés de femmes, et que donc, il ne s’agit que d’une illustration liée à son « métier ». C’est donc son métier qui amènerait au raccourci « soyez DJ, vous aurez plein de femmes ». Personnellement, je suis DJ pour le plaisir de passer et faire découvrir la musique, je ne verrai donc que le casque, le reste n’est qu’extrapolation où chacun met ce qui lui tient à cœur.
    Bonne continuation.

    1. La communication ce n’est pas de l’extrapolation, sinon démontre-moi qu’une simple photo du casque en gros plan sur fond rouge ou bien une mise en scène avec des singes astronautes et un décor sci-fi auraient eu le même impact.
      Il faut réfléchir, un peu, avant de déblatérer ce genre d’âneries.

      1. Wahou impressionnant la facilité avec laquelle les gens basculent dans l’agressivité. C’est tout à fait raccord avec cet article.
        À partir du moment où on choisit un DJ comme « emblème » pour vendre son casque, il va de soi qu’il y aura une femme sur l’image. Si on avait choisi un violoncelliste virtuose, je doute qu’elle y aurait été, tel est ma démonstration, mais si c’est trop élaboré comme argumentaire, et pas assez grossier, je vous prie de m’en excuser.

        Bonne continuation.

        1. Pourquoi (l’intégralité de la partie visible de son corps) est-elle dénudée ?
          Pourquoi montrer un bout de sein ?
          Pourquoi la rendre béate de désir/plaisir ?
          Pourquoi la soumettre à l’homme ?

          C’est ce genre de détails ineptes que je cherche à combattre et qui me font enrager quand j’échoue à mettre leur absurdité et leur nocivité en évidence.

          Désolé si, dans l’emportement, il y en a qui prenne.

          1. Pourquoi ?
            Mais parce que ça marche, cher ami. Et si ça marche, ce n’est pas de la faute des publicitaires, mais bien des consommateurs.

      1. Non mais! Il faut arrêter avec le truc du politiquement correct! Bon, essayons de réecrire le truc pour laisser tout le monde content: » Allez les mecs, il faut vendre ce casque, mettons Bob Sinclair totalement habillé, avec un casque au cou et l’air de n’avoir rien à foutre, et mettons aussi une « femme nue mais que de toutes façons a tout le droit d’exprimer librement sa sexualité si cela lui plaît bien, et de se ballader avec une tête de chaudasse (pardon, de « femme avec un seuil très bas d’excitation sexuelle ce qui est tout à fait respectable et normal »)pas possible car elle est en tant qu’individu à part entière totalement libre d’agir comme elle le voudra sans être sujet de jugement ». Ça va comme ça, les politiquement corrects?

        1. ben c marrant de dire « politiquement correct » à tout alors que présicemment tout le monde sort des trucs du genre salope, chaudasse, que c’est tout ce qu’il y a de plus commun dans la tête des mecs et (peut-être) encore plus des meufs qui préfèraient encore cirer les pompes des mecs pour pas avoir l’air de féministes enragées
          qui est politiquement correct en réalité???? où est la démagogie????

  32. Pareil que tout le monde je crois, je n’avais pas fait attention qu’elle était nue. Pour le reste, oui, c’est tellement banal qu’on ne fait plus attention, c’est navrant qu’on appelle encore « créatifs » des abrutis de marketeux pareils (si ça se trouve, y a même des femmes au marketing qui reprennent ce genre de codes, là, on toucherait le fond)

  33. Très bon article.

    La lecture des commentaires est assez affligeante cependant.

    Si tu comprends pas le seconde degré, si tu comprends pas que l’auteur se met dans la peau du pubard lorsqu’il emploie le terme de « salope » et bien la publicité a bien raison de continuer à t’envoyer de la « merde » en 4 par 3 au visage, ya pas risque.

    On parle de l’imagerie qui est vendue par le communicant ici. Et une groupie à moitié nue qui vient se frotter contre le DJ en minaudant peut être considérée comme une « salope » à la fois par les mecs que par les nanas.

    1. Et pourquoi? Pourquoi une nana ou une groupie qui se jette à moitié nue doit-elle être considérée comme « une salope »? En vertu de quoi? Si elle aime se jeter à moitié nue, alors OK, c’est une salope. Si elle aime se mettre en mini jupe ras le minou avec des bottes en cuirs, c’est une « salope », si… etc!
      C’est pathétique. j’ai l’impression que vous n’êtes pas capable d’assimiler qu’une nana qui… allez, employons le mot « est chaude » ou aime le « C** » qui le montre ou l’assume, est une « salope ». Et vous vous (en général, ce n’est pas personnel) dites anti-sexiste?? Mais LOOOOL

      1. Tu te relis des fois ou tu le fais exprès ?

        Depuis quand « une nana qui (sic) « est chaude » ou aime le « C** » qui le montre ou l’assume, » n’est pas considérée comme une salope par les mecs et par les filles ?

        Une salope est une salope point.

        La question est ici de savoir pourquoi on a besoin d’utiliser cette image pour vendre un casque audio ?

        1. donc la « salope » n’a pas son équivalent masculin et ne l’aura jamais?????
          les mecs sont refoulés et passent leur fantasment sur des films de culs, pourquoi sont ils refoulés? parce que justement on stigmatise les femmes qui auraient le même comportement sexuel qu’eux
          l’intérêt est de maintenir ce clivage parce qu justement ça permet de créer du porno et du pognon
          le dissymétrie sexuelle hommes femmes est là pour maintenir un ordre moral dirigées par les classes dominantes
          non mais t’es con ou quoi?
          d’ailleurs le terme salope et les moeurs ne sont les mêmes selon les classes sociales c’est révélateur
          slut like you bite sur pattes

      2. Étymologiquement, une femme à la fois dévergondée et indigne EST une salope. Reste à déterminer l’indignité :
        – d’une femme qui se fait payer pour poser en tant qu’objet bassement sexualisée et dégrader publiquement le rapport homme/femme
        – d’une femme qui se dénude et se soumet aux volontés de l’homme (elle est clairement positionnée en dessous de lui, pendue à ses lèvres, domination/soumission, dans la pub RIEN n’est laissé au hasard) pour ses possessions matérielles

        Rappelons que la publicité modèle l’esprit de nos enfants plus que nous n’en avons conscience et que nous ne cessons pas d’être influencés juste parce que nous devenons adultes.

        1. Problème : la dignité est une notion typiquement subjective, tout comme l’est la notion de « dégrader publiquement le rapport homme/femme ».

          Un souci qu’on peut relever avec cette idée est qu’une femme se montrant nue et/ou couchant avec de nombreux partenaires est considérée comme indigne. Selon quels critères ? Et pourquoi les hommes faisant de même ne sont pas considérés comme indignes ? Pourquoi le mot « salaud » ne correspond-il pas à cette définition et est complétement séparé du sexe ?

          Clairement, le fait qu’une femme perde sa dignité en couchant (« slut shaming ») est tout à fait sexiste.

        2. sauf qu’au final personne n’est dans sa tête à la meuf….Ce qui est sexiste c’est que quelque soit les apparences on ne lui accorde pas le statut d’être humain

      3. Et puis c’est quoi le problème avec les salopes ? J’aime bien les salopes moi.
        Le souci là c’est surtout de perpétuer l’image que toutes les femmes seraient des salopes, et pires seraient des salopes soumises à l’homme qui lui n’est pas un « salop » (parce que lui il est pas tout nu devant la caméra, etc).
        Cette pub essaye de reproduire sa vision de l’incarnation de la femme et de l’homme (ou du couple hétéro), où le rôle de la femme serait réduit à être belle, nue et sexy, et celui de l’homme à posséder (l’objet matériel, et la femme-objet).

        Mais bon, si des femmes veulent être des salopes ou veulent passer pour des salopes c’est aussi leur droit. Mais c’est pas le rôle de la pub que de généraliser ça pour toutes les femmes. C’est aux femmes elles-même et individuellement de générer et gérer leur propre image.

        Bref, c’est presque sexiste que de vouloir stigmatiser les salopes.

        1. What?

          En quoi est-ce que cette pub dit « toutes les femmes sont des salopes » ? En effet, les femmes ont le droit de montrer leur corps ou de coucher avec qui elles veulent, je ne vois pas en quoi le fait d’utiliser cette image pour une pub dit « toutes des salopes » !

        2. en quoi une « salope » est une femme « soumise » à un homme? Regardez Virginie Despentes, marcela iacub, morgane merteuil sont des féministes pro sexe et il n’est nul question de soumission dans leurs écrits. C’est complètement réactionnaire de considérer qu’une femme qui perd de sa valeur en augmentant ses relations sexuelle!
          C’est sûr que ce sont malheureusement les femmes qui vont être les plus enclines à traiter de « salope » même si certains le font aussi. Parce les femmes ont les jetons d’être féministes, elles perpétuent les stéréotypes du patriarcat aux « ordres » inconscients des males, bref elles ont les jetons d’être cataloguées comme telles. Et bien moi je dis que ce sont ces femmes les « salopes » enfin non je vais dire de vraies connasses ( pr pas sortir un terme sexistes depuis de millénaires) parce qu’elles flippent d’être anti-sexistes ( et de se mettre la société bien pensante à dos), elles suivent comme des connes. Pas lus antifeministe que la meuf de base qui cherche « respectabilité » un bon parti, d’être « mariable » et rester dans leur caste de bourgeoises, récationnaires, anti-féministe ou plutôt anti-sexiste.

          1. et puis des femmes qui réussissent passivement dans le showbizz sans rien produire, sans que pour autant on dise rien parce qu’elles ont une pseudo respectabilité, il n’y a qu’a voir une vanessa paradis qui réussit avec ses compagnonages. A la limite une meuf qui vend son cul comme morgane merteuil est plus respectable car elle est indépendante, elle assume et elle est complètement libre affranchie. Elle exploite le patriarcat, dans le domaine de la sexualité positive jusque là uniquement réservée aux hommes.

          2. « Le souci là c’est surtout de perpétuer l’image que toutes les femmes seraient des salopes, et pire seraient des salopes soumises à l’homme qui lui n’est pas un « salop » »

            Où dis-je que toutes les salopes sont soumises ?

            Si je dit « il pourrait se blesser, et pire se faire tuer » est-ce que ça veut dire que se blesser veut dire se faire tuer ?

          3. mon dernier terme anti-sexiste est une erreur, je voulais dire : « Pas plus antifeministe que la meuf de base qui cherche « respectabilité » un bon parti, d’être « mariable » et rester dans leur caste de bourgeoises, réactionnaires, anti-féministe et de vraies sexistes « abstraites ».

      4. Ah, mais je suis complètement d’accord avec toi! Je pense aussi que l’auteur de l’article l’est aussi !

        Il faut arrêter d’extrapoler sur ce que pense l’auteur : il a utiliser ces mots dans la bouche d’un personnage de fiction !

        Maintenant, s’arrêter sur ce mot, ce qu’il représente , et ne pas comprendre le fond du problème, c’est quand même très hypocrite :
        -Tu ne vois donc pas le problème d’utiliser systématiquement des filles à poils pour des pubs qui n’en ont pas besoin?
        -Tu ne vois donc pas le problème d’associer une idée (ici, clairement, le publicitaire doit penser « salope ») à des codes (rouges à lèvre, femme nue), à du sexe et des idées reçu (t’as un casque? la femme couche facilement avec toi si t’as un casque)?

        Ton problème avec ce mot est typiquement le problème de cette publicité : le mot salope est associé avec des clichés justement parce que ces clichés sont omniprésent dans les média, et que le message sous adjacent est clair comme de l’eau de roche (pas besoin d’extrapoler beaucoup sur ce que recherche le publicitaire).

        Et s’arrêter sur ce mot en vain, c’est être complètement à coté de la plaque : la pub me révolte aussi, et j’aurais bien pu être l’auteur de ce post. Et pourtant, je fais partie d’association féministe, et j’ai autant d’amies qui pourrait aussi se trouver dans les situations que tu décris (aimer le sexe, l’assumer, se foutre nue , etc..). La différence, c’est qu’elle ne font pas passer un message pour acheter un casque audio!

    2. Je suis bien d’accord avec vous Peet, moi-même je trouve cet article très bien et les commentaires m’ont énervée, autant ceux qui chouinent sur le terme « salope » que ceux qui trouvent cette pub pas si sexiste que cela.

      A la place de nicomanzin, j’aurai fait exactement la même analyse. Le terme de « salope » est d’ailleurs tellement bien employé, un terme aussi réducteur que cette publicité. En plus, j’ai bien ri en lisant cet article (même s’il révèle la triste réalité).

  34. Bonjour,

    Salope ou pas, je vois aussi que la bouche de la femme est à côté de la sortie du casque, comme un spectre, cette femme représente aussi l’entité du son, de la musique. Et d’un autre côté effectivement, la bouche à pute qui introduit (si j’ose dire), l’aspect érotique de la musique; on peut évidement être choqué par cette énième métaphore (femme_plaisir) mais sa position contre bob incarne plus, il me semble, une entité qui fait partie de lui, Jung dirait plus qu’elle représente l’anima de Bob; soit son énergie créatrice. On a donc plusieurs sens de lecture, la femme n’est ici qu’une entité à la fois anonyme et rabaissé, elle incarne aussi le plaisir, la création. Rien de plus archaïque en fait, mais dans l’inconscient collectif ça passe toujours bien;

    1. Les hommes associent les femmes (notamment nues) au sexe, et le sexe au plaisir. C’est peut-être archaïque selon vous, mais il semble improbable que cela change du tout au tout de sitôt.

      1. « Les hommes associent les femmes (notamment nues) au sexe, et le sexe au plaisir. C’est peut-être archaïque selon vous, mais il semble improbable que cela change du tout au tout de sitôt ».et ben c’est marrant mais ça pourrait être équivalent de la part ds meuf, mais précisemment on sort le terme de salope quand c’est le cas

  35. Ahah on voit bien là l’argument de la nana ^^ bien sur que les nana ça fait vendre c’est pas nouveau. Juste faut pas rager quand on voit du rouge à lèvre ou un dos nue parce que le mec avec son regard de brèze c’est pas pour la nana qui va voir la pub peut-être ?La société à toujours tourner autour de ça pour vendre alors pk rager parce qu’on ne voit pas les caractéristiques d’un casque de Dj alors qu’on sait tous que la majorité n’y comprendrait rien?
    Bref les hommes ça fait vendre des parfums, les femmes ça fait vendre des voitures (et des casques ahah). J’aime les femmes alors tout va bien 😀

  36. Ralala, je suis nostalgique des pub tahiti… Mais bon, je suis d’accord. C’est sexiste.
    Par contre leurs casque sont vraiment de bonne qualité, pas sur de celui ci, mais les HD25 sont une référence dans le milieu du son, audiovisuel et spectacle, c’est un excellent casque.

  37. Petit rappel à tous les rageux qui ne supportent pas qu’on puisse penser différemment d’eux et qu’on puisse l’exprimer, même de façon courtoise, la liberté d’expression ça vous dit quelque chose ?
    Je vous laisse, je suis DJ et je dois aller chopper de la « salope » avec mon casque…Beats by Dre.
    Voilà, ça c’est du second degré 🙂

  38. Ça a peut-être déjà été dit, j’avoue ne pas avoir lu tous les commentaires.

    Je voulais juste répondre à l’affirmation qui veut que le produit est peu mis en valeur, qu’il n’y a pas de caractéristiques techniques.

    Je ne crois pas que ce soit le produit qu’on vend. Pas le casque. Mais la marque.

    Le slogan concerne la marque.
    Le produit en petit dans le coin, c’est le nom à côté qui compte, et c’est juste pour préciser aux plus curieux quel est le modèle que porte le DJ, si jamais le prospect avait remarqué le casque au cou.
    Le produit en petit dans le coin, je le prend comme l’indication de la marque des vêtements dans une soirée de gala (« Ah, voici le commissaire Bialès, très élégant dans son smoking de chez Tchut tchut pas de marque, 8 avenue de la Calanque à Antibes ! ») ou dans les pages des magazines de mode (sauf qu’on y mentionne pas le nom du modèle) : ce n’est pas « la robe Eleganze 27 de chez Duchmol-Paris à 693 euros » présentée et mentionnée que la lectrice achètera, mais simplement la ceinture à 59,90 euros.

    Le casque dans le coin, il dit « Bob Sinclar porte un casque Sennheiser Momentum Black ». Mais si tu en achètes un autre c’est pas grave. De toute façon le Momentem Black est surement trop cher pour toi (300 euros sur Fnac.com), mais comme le dit le slogan, ce n’est pas le Momentem Black qui apporte la pute, c’est la marque.

  39. Je suis tout à fait d’accord. Cette pub me sort par les narines.

    MAIS !!! Prenez garde, car il est tout aussi sexiste d’appeler une femme « salope » juste parcequ’elle montre du désir secuel…
    Cela m’a sauté aux yeux en vous lisant.

    Mais c’est le propre de l’Homme. Ça me fait penser aux gens qui manifestent dans la rue en prônant la tolérance, tout en jugeant ou insultant ceux qui ne pensent pas comme eux…

    Cordialement.

  40. Bonjour,
    Bravo pour votre analyse, c’est pertinent et bien fait.
    Deux points de détails : c’est plus votre génération que la mienne, mais je croyais qu’on disait « cochonne », c’est plus sympa que « salope », non ? C’est vrai, la salope a une connotation morale, on peut la suspecter d’être capable de faire des choses très incorrectes moralement, alors que la cochonne c’est purement sexuel, ça peut être une nana très bien par ailleurs.
    Autre point de détail, dans un des commentaires : « Femme nue + pub pour la mammographie = bien! (c’est une pub oui, mais pas à but financier) ». Comme quoi, on se fait avoir quand on ne sait pas : il s’agit hélas bien d’une publicité à but financier, même si en l’occurrence il s’agit d’utiliser des fonds publics pour enrichir ou augmenter la notoriété de certains professionnels. En effet, la mammographie à titre systématique est très discutée en ce moment : pour faire très simple (en réalité c’est beaucoup plus complexe), on pense que les femmes dont on dépiste le cancer par cette méthode se font opérer pour rien 🙁

    1. pour avoir fait une étude là-dessus en M2 de sciences sociales, je ne peux que dire que c’est vrai. La mammo est effectivement un très bon moyen pour certains de s’engraisser (pour ces gens : « heureusement qu’il y a des malades et un bon système de santé »).
      ps : tout ce que je dis entre guillemets est à prendre avec des pincettes (pour ceux qui ne comprennent pas les messages autres que premier degrés).
      en tout cas, je partage ton point de vue bluerhap 🙂

  41. PAS D’ACCORD
    Effectivement c’est un peu pathétique d’utiliser des femmes nues pour vendre tout et n’importe quoi.
    L’absence d’arguments sur le produit dénote un grande tendance à prendre les gens pour des cons.
    Néanmoins, l’article fait ici, me paraît également sexiste la femme a une attitude dénotant qu’elle éprouve du désir. Cela ne la met pas en position de soumission car, oui les femmes éprouvent du désir et c’est naturel et pas dégradant. Mettre du rouge à lèvre rouge ne transforme pas non plus les femmes en salope, au passage, mais bon pas le temps de tout lister. La pub est naze mais le commentaire qui en est fait s’il a le mérite d’attirer l’attention aurait du être mené avec plus de subtilité.

  42. Dites, il me semble qu’il y a 2-3 trucs un peu oubliés dans l’article et tous les commentaires, donc permettez-moi une « contre-analyse » :

    -Le regard sexiste du « publicité »
    Alors qu’on s’acharne sur à quel point les vilains marketeux sont sexistes, on oublie qu’ils ne font que passer un message, et que si ce message nous parait sexiste, si une femme nue montrant du désir nous parait inadéquat dans certaines situations, c’est bien que notre référent à nous est sexiste. Après tout, cette rébellion contre la « femme objet » est très proche du « slut shaming » : en quoi est-il inapproprié de montrer une femme exprimant du désir sexuel ?
    Si l’auteur a mis le mot « salope » dans la bouche du publicitaire, ça n’en vient pas moins de l’auteur, de son interprétation de ce que montrer une femme nue implique. Il n’y aurait pas de problème si le cerveau du marketé (de la cible) n’inférait pas qu’une telle femme est une « salope », un objet. En voilà un sexisme bien ordinaire.

    En clair, si les publicitaires ont certainement des intentions d’utiliser la femme comme objet, l’analyse qui en est faite ici est tout aussi sexiste, car se calquant parfaitement sur les mêmes valeurs de ce qu’est la femme montrant du désir : une salope, un objet.

    1. [suite]

      -Le sexisme sous-jacent (contre les hommes !?!)
      Eh oui, l’autre face du sexisme, si souvent négligée, elle aussi très ordinaire, montre aussi son nez ici. En effet : si les publicitaires utilisent ce type de campagnes, c’est bien parce qu’ils pensent que les hommes sont assez idiots pour être influencés par celle-ci. Si cette publicité utilise la femme comme objet exclusivement sexuel, elle utilise l’homme comme sujet exclusivement sexuel. Après tout, le seul message que cette publicité passe, comme illustré dans l' »analyse » est « achetez notre casque et vous obtiendrez une belle femme nue », impliquant que la seule chose désirable pour l’homme est le sexe de la femme, et pas un bête casque, peu importe la qualité. Regardez l’ami Bob : il ne le porte pas sur la tête, son casque, comme on ferait pour écouter de la musique, mais autour du cou, comme on le ferait d’un accessoire de séduction.
      Quand on analyse une communication, il parait important de se souvenir qu’une communication est toujours faite vers une cible, et que l’image que l’émetteur a de cette cible a un reflet important sur le message passé.

      En clair, cette publicité en dit surement plus sur l’image que les publicitaires ont des hommes que sur celle qu’ils ont des femmes.

      1. oui on peut voir ça comme ça, sauf que le mec a l’air complètement indifférent
        cette femme est un boulet dans son parcours de DJ, une fatalité qu’il supporte
        mais c’est que les clients ça les fait passer pour des bites sur pattes ou de gros connards, pas glorifiant tt ça

    2. Monsieur de Bretagne^^ là vous vous trompez, c’est que vous faites comme si l’auteur était idiot et qu’il n’arrivait pas à parler un autre langage que le sien. Mais je crois que vous allouez de telles intentions à l’auteur parce que vous croyez que les gens en général sont très intelligents !

      La plupart des gens qui passent devant une telle pub n’en font ni l’analyse, ni la critique. D’ailleurs, une telle pub n’est pas vouée à des gens comme vous, l’auteur de cet article ou moi, puisque nous essayons d’intellectualiser les choses. Il s’agit bien d’une pub destinée à un public qui ne se pose pas la question du sexisme, puisque ce sont eux qui seront « sensibles » à ce message.
      Ici, selon moi, la pub lance une illusion(voir CCL de l’article « hé salut petit moi c’est Bob Sinclar », qui est très juste). Tout l’art de la pub (et de la société d’image-consommation dans laquelle nous vivons) c’est justement de dire sans rien dire, puisque le jour ou quelqu’un dit à la place de celui qui ne dit rien, il suffit de dire que c’est faux sous l’argument « mais ça c’est vous qui le dite ! » Quand j’y pense, je trouve cela tellement ingénieux, car de la sorte, on peu dire des choses qu’on n’osait pas dire avant.
      Mais revenons à nos moutons : je ne crois pas être sexiste et je ne crois pas que l’auteur le soit (s’il l’était, il n’aurait pas pu écrire l’article puisqu’il n’aurait pas décelé le sexisme et le jeu de cette pub). Je pense qu’il ne l’est pas et qu’il traduit la pub, il met des mots dessus. Moi qui ne le suis pas, je peux vous assurer que tous les matins, quand je vais au boulot, je vois cette pub sur le mur et ça m’agace. Parce que ce n’est justement pas l’image que j’ai de la femme (celle qui est sans nom), ni du djing (je suis dj). Ca me révolte même. Cette pub réduit la femme à l’état de « salope » ou, plus correctement parlé, de femme vulgaire, dégueulasse, avare, requin, sans caractère ni dignité (bref, un objet quoi) et le dj à l’état de beauf qui fait ça pour les nanas, le pouvoir et l’argent (et l’amour de la musique alors, l’amour du son, le vrai ??). C’est ça que dit la pub, peut importe qui met les mots dessus, si ces mots sont justes, ils sont justes.
      Ici, l’auteur choisis d’utiliser satire et ironie (l’utilisation du mot salope par exemple) pour mettre cet effet en exergue, c’est son choix, le fait est qu’il le met en exergue avec beaucoup de justesse !

      Du coup, à la relecture de votre raisonnement, je trouve particulièrement tordu de dire que parcequ’on dénonce quelque chose de sexiste on est soi-même sexiste, c’est absolument étrange !!

      1. Ce que vous dites est assez juste, mais il n’est pas nécessaire d’analyser consciemment une publicité pour la comprendre et être influencé par elle.

        En effet, le consommateur moyen ne va pas se poser la question « est-ce sexiste ? » (quoique, ne nous prenons pas trop pour des exceptionnels génies), mais il va très souvent se dire « c’est une salope ». Le fait qu’il interprète l’image d’une femme exprimant du désir comme étant une « salope » (une femme dévergondée et indigne) n’est pas de la responsabilité du publicitaire, même si c’était son intention (comme vous l’avez bien dit, l’intention est de vendre des casques, pas de rabaisser la femme), mais de la responsabilité de celui qui voit cette pub.

        « Cette pub réduit la femme à l’état de « salope » ou, plus correctement parlé, de femme vulgaire, dégueulasse, avare, requin, sans caractère ni dignité (bref, un objet quoi) »
        Ce qu’il y a de sexiste là dedans, c’est que vous ne condamneriez sans doute pas un homme pour les mêmes caractéristiques.

        « Du coup, à la relecture de votre raisonnement, je trouve particulièrement tordu de dire que parcequ’on dénonce quelque chose de sexiste on est soi-même sexiste, c’est absolument étrange !! »
        Pas faux, c’est un peu étrange, mais pour recevoir un message pleinement, il faut partager le référent de l’émetteur. Un message est interprété selon notre référent, et la manière dont on interprète ce message dépend plus de notre référent que de celui qui exprime le message.
        En clair : si vous ne considériez pas une femme extrêmement sexuée comme « indigne », alors vous ne considéreriez pas cette affiche comme sexiste.

        1. Ben… si. IRL une femme fait ce qu’elle veut.
          De là à se servir de cette image, de ces femmes, pour vendre un casque audio, c’est tellement pas en rapport que c’est vulgaire.

          Sucer toutes les bites qu’on a envie : c’est bien, moi j’adore les pépitos, je ne veux pas qu’on me juge pour ça.

          Mettre la photo d’une femme qui semble aimer les bites pour vendre un casque : je vois pas le rapport.
          C’est pour plaire aux instincts de chasseur de l’homme. OK. Alors on pouvait mettre un noir dans une cage ou un arabe avec des menottes aussi : ça aurait fait vendre auprès des racistes.
          Ou Frigide Bargot, ça aurait fait vendre auprès des homophobes.

          Mais certaines choses se font et d’autres non. Certaines sont choquantes, d’autre non.

          1. Okay, sûr, ya pas de rapport, comme il n’y a pas grand rapport entre les pubs et les produits en général.

            On utilisait bien des singes pour vendre de la lessive, les anglophones utilisent un gecko en images de synthèse pour vendre des assurances, alors que Coca nous vend du bonheur et des amis plus qu’ils ne nous vendent un soda et les constructeurs automobiles nous vendent un statut social plus qu’ils ne nous vendent des voitures… Rien de nouveau sous le soleil et rien qui choque… tant qu’on n’insère pas une « salope ».

        2. je ne considère pas cette femme sexuée comme indigne du tout, elle est un peu grotesque, ce qont les commentaires sexistes qui en découle et et tous les stéréotypes que ça véhicule chez la majorité des gens profondemment sexistes sans vraiment s’en rendre compte. d’ailleurs à chaque fois que je demande ( souvent à des femmes) : et à un homme vous diriez la même chose : et là bizarrement regard torve, fuyant, gêné avec un petit sourire pourri en coin ( bien au courant des petits arrangements que chacun et chacunE se fait avec la réalité pour éviter d’être féministe ( la trouille de pas mal de donzelles, elles auraient trop à perdre finalement de refuser le sexisme et le conscensus)

        3. c’est un peu facile, comme argument, de dire que dès qu’on dénnonce du sexisme, on est forcément dans un même référent que l’emmeteur, et donc sexiste!

          Désolé de vous le dire, cher monsieur, mais la référence à beaucoup de gens, sexiste ou pas, c’est la vie quotidienne !

          Non, en effet, comme je l’ai dis, l’inverse ne m’aurait pas dérangé , car actuellement, il n’y a pas de problème inverse à ce que vive les femmes en sociétés ! Il faut arrêter de croire à l’égalité, les chiffres sont là, en terme de salaire, d’agression en tout genre (oral ou physique), de place dans la société ! Qu’on me fasse une société égalitaire, et je crierais plus au sexisme dans cette pub !

          Tant que je saurais que mes contemporains se vautre dans une absurdité de symbole tel que « fille à poil= salope », encourager ce symbolisme par une pub est idiot, grotesque, révulsant et sexiste!

          Et s’évertuer à attaquer ad nominem pour « défendre ce genre de pub » n’est pas de bon gout, à moins de vous définir vous aussi sexiste !

          Et non, ce n’est pas parce qu’on ne considère pas le genre de femme représenté sur la pub comme une « salope » qu’on est dupe sur la signification de celle-ci !

          1. « la référence à beaucoup de gens, sexiste ou pas, c’est la vie quotidienne ! »
            Vous touchez un point très important de ce que je voulais dire: ce qui est sexiste n’est pas tant cette publicité que la vie qui l’entoure.

            En effet, c’est la société qui souffre de sexisme, la publicité n’est qu’une conséquence, et s’en insurger n’a que peu de sens si on le fait d’une manière qui renforce certaines des causes.
            Par ailleurs, comme je l’ai dit dans un autre commentaire, traiter la sexualisation de la femme comme une cause directe des violences et inégalités ne me parait pas sain ou juste.

            Notez que je ne cherche pas à traiter qui que ce soit de sexiste. C’est vous qui le prenez ainsi, mais ce n’est pas mon intention. Ce que je cherche à dire c’est que le référent dans lequel nous vivons tous tend à amener à penser qu’une femme se montrant nue est une « femme de peu de vertu », sans valeur. Plutôt que de dénoncer le message, je pense qu’il faut dénoncer le référent qui rend ce message, selon vous, si dangereux.

            Notez également que je ne suis pas dupe sur les intentions des publicitaires d’utiliser le sexe pour vendre un produit, je signale simplement que si cette utilisation est si fréquente malgré qu’elle parait si choquante, ce n’est pas un hasard, et n’est pas prête de s’arrêter si l’on continue de diaboliser ou sacraliser l’image sexuée de la femme.

            Enfin, si les hommes ne connaissent en effet pas de problème diamétralement inverses à ceux que vous mentionnez, il ne faut pas croire que nous n’avons pas également des problèmes que vous ne connaissez pas, et nous vivons également avec nos clichés.

  43. C’est vraiment surprenant le nombre de personnes (commentaires) qui se sont sentis offusqué de l’utilisation par l’auteur du mot « salope » ou rouge à lèvre de « salope »… Ça démontre, selon moi, à quel point de nombreuses personnes sont soit des misogynes et sexistes refoulés, soit des gens que manquent de discernement. Oui oui, de discernement, je l’ai bien dit. Ce n’est pas une insulte, mais un simple constat:
    quand on voit une telle pub, qui rabaisse la femme à ce point, les créa lui affecte une image. L’auteur à choisi d’interpréter ça avec le mot « salope », et bien oui, c’est précisément ce que la pub fait : mettre en scène une femme de sorte qu’elle soit une « salope ». ET le tout sans le dire (c’est l’art de la communication contemporaine, dire quelque chose sans le dire, car en général ça passe mieux).
    Il faut regarder les choses en face : regardez cette pub et pensez à ce que vous évoque cette femme. Alors ? Femme sensuelle ? Intelligente ? Drôle ? ….(tous les mots que vous voulez)… ou encore… Salope ?

    Pour moi (et pour d’autres gens de mon entourage aussi), l’auteur de cet article met en avant la mise en scène de cette pub. En plus avec humour^^ Une telle mise en scène dans laquelle, excusez moi de le répéter : la meuf est une salope. Mais ce n’est même pas la finalité ! C’est un instrument comme Bob Sinclar est un instrument (un gros beauf, shooté, pédant et sur de lui, enfin bref, au dessus c’est le soleil quoi) L’objectif : vendre en faisant croire qu’effectivement avec un tel casque, on devient comme Bob Sinclar (une star), l’air décontracté et désinvolte, et surtout qu’on peut s’entourer (pour le dire poliment, même si le vrai message est plutôt « choper ») des femmes pareilles.

    Et quand on regarde de prêt, c’est sur cette corde que joue cette pub (et l’auteur l’a bien démontré).

    1. pour aller plus loin :

      La question est « quel est le public visé » et « quel est la partie » d’un public peut être plus réfléchis au départ qui va rentrer dans l’effet mouton ».
      Mais c’est une facette de notre société (que je n’aime pas du tout) : celle de faire dans le n’importe quoi pour attirer l’attention, celle de vouloir vendre, avant de vouloir répondre à un vrai besoin. Celle de programmer l’obsolescence des produits et de prendre les consommateurs pour des cons-sommateurs. Certains de nos frères humains sont quasiment réduits à cela : consommer. Ils n’ont plus de cerveau, plus de plaisirs véritables (sauf celui de consommer), plus de personnalité à eux, une grosse frustration envers ceux qu’ils ne connaissent pas et surtout ils ne vivent que pour consommer (on peut tout consommer, des produits, du sexe, des vacances etc..).. enfin consommer est un moyen d’obtenir FACILEMENT (important) et rend accros (sans qu’on s’en rende compte)à plusieurs sentiments : la soif la reconnaissance, l’illusion de la gloire, l’envie de pouvoir. Ces sentiments en remplacent d’autres beaucoup plus seins et profonds que nous avons tous et qui fond de nous des êtres sensibles : la recherche de l’acceptation d’autrui, la sociabilisation, l’amour des autres… Mais c’est toute la magie de cette transformation : avoir réussi à faire passer la recherche d’acceptation d’autrui et la sociabilisation comme arriviste, conformiste, hypocrite ou naïf (« elle vit dans le monde des bisounours celle-là »), la recherche d’amour des autres comme faiblesse, naïveté, idéaliste voire utopiste. En somme, ces sentiments sont marginalisés au profit de la recherche de ce qu’il y a de mieux uniquement en termes d’image (au nom de certains codes imposés par la consommation alias les clips musicaux, les magasines comme Entrevue etc., la pub):belles fringues, belle caisse, beaucoup d’argent, une (ou plusieurs) belles nana, « super bien gaulées » (toujours selon les mêmes codes) etc. Cette recherche, générant frustration et envie (et donc envieux), mène à la perdition de l’esprit, à l’illusion, à la médiocrité et à parfois (mais plus rarement) à la violence des mots et des gestes. Le tout dans un monde tout pourri dont on s’en fout, duquel personne n’est en position de nous faire une leçon (puisqu’on cherche à se calquer à un idéal). Dieu n’est plus Dieu, ni Allah, ni même la science, c’est l’illusion que donne la consommation : que Dieu c’est soi.

      1. Ce qui est triste là-dedans, c’est que comme le montre cette pub, beaucoup consomment pour augmenter leur « valeur sociale », c-à-d être plus désirables aux autres.

        Jolie verve en tous cas.

    2. Désolé, mais non, ce qui rabaisse l’image de la femme n’est pas tant de la montrer comme désirant le sexe, mais le fait que cela fasse d’elle pour vous (et tant d’autres), une salope, une femme indigne.

      Ce qui est offusquant n’est pas tant le terme « salope », mais le sous-entendu l’accompagnant qu’une femme exprimant du désir est une femme indigne.

      Le sexisme peut être de considérer la femme comme une entité totalement sexuelle, ou encore de considérer la femme comme une entité complétement dénuée de liberté sexuelle.

      Oui, le message que cette pub fait passer est sexiste, car il montre une femme matérialiste, attirée par les possessions de l’homme, mais considérer qu’une femme qui séduit et qui couche elle veut est « indigne » l’est tout autant.

      1. je crois que c’est le meilleur résumé.
        Ceux que ça fait ricaner sont décérébrés et affligeants. Effectivement comme je l’aie lu plus haut il n’y a de guillemets à salope et ça, ça change tout. Et c’est volontaire de la part du publiciste qui joue à fond le conscensus social et la démogogie habituelle.

      2. Ouf, enfin quelqu’un qui résume ce que j’ai ressenti en lisant cet article.
        « Ce qui est offusquant n’est pas tant le terme « salope », mais le sous-entendu l’accompagnant qu’une femme exprimant du désir est une femme indigne. »

        Merci !!

    3. je ne considère pas cette femme sexuée comme indigne du tout, elle est un peu grotesque, ce sont les commentaires sexistes qui en découle et et tous les stéréotypes que ça véhicule chez la majorité des gens profondémment sexistes sans vraiment s’en rendre compte. d’ailleurs à chaque fois que je demande ( souvent à des femmes) : et à un homme vous diriez la même chose : et là bizarrement regard torve, fuyant, gêné avec un petit sourire pourri en coin ( bien au courant des petits arrangements que chacun et chacunE se fait avec la réalité pour éviter d’être féministe ( la trouille de pas mal de donzelles, elles auraient trop à perdre finalement de refuser le sexisme et le conscensus)
      punaise des réflexion comme la vôtre plein de filles en bavent et j’en aie bavé tte mon adolescence, alors merde au sexisme quelqu’en soit la forme.

  44. J’ai le scoop qui va calmer cette discussion sans fin.
    Allez voir cette page : http://queen.fr/2013/02/04/bob-sinclar-ven-29-mars-2013/
    Donc voilà, vous avez votre réponse, la pub critiquée n’a rien à voir avec l’équipe de publicistes qui vend le casque, mais avec la ligne de comm de Bob Sinclar.
    Maintenant, on peut attaquer Bob Sinclar lui-même, mais la marque n’a fait que reprendre son « imagerie » en essayant de la lisser un peu pour qu’elle soit moins « sexe ».
    Allez, bon week-end 😉

    1. Merci LG,
      comme quoi, quand on n’a rien à dire ni rien à foutre on peut passer des heures à inventer des histoires de publicitaires lubriques et cyniques tout en projetant ses fantasmes sexistes sur des interprétations sociologiques à 2 balles !!!
      Car, réveillez vous, ce n’est pas la pub qui fait du désir et de la satisfaction sexuelle le principal moteur du besoin de domination et de l’instinct de survie des mâles. Le monde animal est rempli de contre-exemples de votre théorie tirée par les cheveux.

  45. Je suis d’accord que l’argument de vente est léger, mais il ne faut pas oublier un truc : au final ce genre de casque est plus un accessoire de mode qu’autre chose ! A quoi ca sert de parler des caractéristiques techniques du produit quand on sait pertinemment que 95% des gens qui vont l’acheter vont écouter leur musique… en MP3 !!!
    C’est comme acheter un écran plasma pour regarder des films en divx
    Du coup, c’est plus intéressant de dire que ca va plaire aux femmes.
    A partir de la, il faut dénoncer toutes les pubs de parfum pour homme. Vous croyez vraiment que si vous vous passez du Axe sur la plage, des filles en bikini vont vous sauter dessus ? Mais le publicitaire ne peut pas juste dire « Axe… il sent plus bon que les autres » !

  46. Je trouve que le problème ne vient pas des gens qui font ces pubs, mais du fait que ces pubs fassent vendre. Ce sont les mentalités qu’il faut changer pour que ce style de pubs ne se voient plus, car devenues inefficaces. Elles sont un symptôme mais ne sont pas le problème. Ce n’est pas en enlevant le symptôme qu’on enlève la maladie.

  47. Bon j’ai acheté le casque et…. rien ! Même pas une petite pipe rapide….

    A part ça presque 2 milliards d’humains ne mangent pas à leur faim et presque qu’autant cherchent juste de l’eau potable alors autant de bave pour ne rien dire forcément ça me désole un peu. Attendez que la charia s’applique et vous aurez tout le loisir de regretter le temps ou nous pouvions encore mettre n’importe quoi sur nos affiches….

    1. Encore le fameux refrain « c’est pire ailleurs donc on n’a pas à se plaindre ». Toi, si ton voisin est un con fini, tu vas simplement te contenter d’être un peu moins con pour te sentir bien? Quand ton gosse te ramène un 5/20 en math, tu vas sans doute lui dire : « Oh c’est parfait mon chéri, parce que ton copain, lui, n’a eu que 2/20 ». Viser le 18 ou le 20/20, ça ne sert à rien sans doute, il suffit de faire un peu mieux que l’autre pour pouvoir se vautrer dans la complaisance. Ça, pour moi, c’est désolant. Mets toi dans la peau d’une femme 5mn et tu comprendras sans doute qu’il n’y a pas besoin qu’on en arrive à la charia pour vouloir changer certaines choses. Et puis ton humanité pauvre qui n’a pas à manger, c’est en majorité des femmes et leurs enfants, parce que tu sais quoi? Partout, ce sont les laissées pour compte. Nulle part, une femme ne vaut un homme. Sur une affiche de pub non plus, donc ne viens pas nous dire qu’on perd notre salive à commenter une affiche sexiste. M’énerve…

      1. « ton humanité pauvre qui n’a pas à manger, c’est en majorité des femmes et leurs enfants »
        2 choses :
        – Ces enfants sont aussi les enfants des hommes. Ils sont des laissés pour compte, en effet, mais cela n’a pas grand chose à voir avec la question de féminisme.
        – Sans vouloir faire dans la comparaison de viles statistique, si les femmes meurent plus souvent de faim (sans doute, je ne connais pas les chiffres, mais je vous crois sur parole) ainsi que de violences conjugales, les hommes meurent toujours plus à la guerre, dans des accidents de travail (car ils sont plus nombreux à faire des métiers dangereux), de maladies liées au stress et/ou au travail, de suicide (très largement), … sans compter la criminalité. N’oublions jamais que l’inégalité a toujours 2 faces. Mettez vous également à la place d’un homme et réalisez que la société a parfois des attentes envers nous qu’elle n’a pas envers vous, en tous cas pas aux mêmes degrés.

        « Nulle part, une femme ne vaut un homme. »
        C’est absolument faux d’un point de vue juridique, et, selon les situations, une femme a plus de pouvoir qu’un homme dans notre société moderne.

  48. Pour ma part, je m’insurge fortement, aussi, contre ce terme de salope !!! non mais franchement… un peu de respect pour cette femme sur la photo qui semblerait, hautement probablement à tord, être une femme objet (…)
    si nous prenons la définition quasi étymologique, et non populaire (indigne, etc…), de ce terme disgracieux… il s’agirait d’une jeune femme sale, malpropre, répugnante… or… il va sans dire que nous lui sauterions bien tous dessus, nous primates primaires, après avoir assidûment constaté l’absence de terre sous ses ongles ou de crasse derrière les oreilles…

    Maintenant, en voyant la pub, j’étais intimement persuadé qu’il s’agissait d’une jeune femme glamour officiant sur un autre plateau de shooting, qui avait trébuché dans le long câble du casque, atterrissant inopinément sur le torse glabre de bob, au moment de la photo… Eh bien nan, quel candide je fais!!! c’était un coup monté ! ils l’ont préparé la bougresse ! elle était là, de son plein gré lucratif, pour mettre en image l’indispensable et sensuelle présence féminine pour la promotion d’un tel casque audio…
    en effet… jouer sur les capacités techniques (pour le commun des mortels : nombre de décibel, petits boutons qu’on aime bien manipuler, petit coussinet en sky pour nos oreilles et j’en passe…) ne semblait pas assez aguicheur, non pas pour les concepteurs du casque, qui j’en suis sûr (ou presque) croient en leur produit… ni même pour les officiels publicitaires de la marque, mais plutôt pour les gentlemen qui ont été payés pour mettre Bob et son casque en avant, dans cette masse audiovisuelle indigeste qui nous entoure…
    … et…. Je dois avouer que cela marche, elle capte mon attention… pas le casque hein… la demoiselle (que je m’en insurge ou que je m’en excite)!!!

    Peut être qui j’irai, par la suite voire ce fameux casque et ses caractéristiques sur le net si l’envie me vient un jour de faire l’acquisition d’un tel produit !!! c’est pas fairplay de jouer avec nos inconscients formatés ainsi!

    Après je suis bien curieux de connaitre la réaction d’un échantillon de femmes face à cette photo, mon petit doigt me dit que cela serait bien moins glorieux que les propos des gentlemen de ce forum défendant l’honneur des femmes (et l’existence de cette techniques de « communication » ???), il me semble que, peut être à tord, que la critique serait plus rude… (en tout cas, c’est ce qui ressort de certains com…)

    Bref… pour ceux qui aiment le move :

    http://youtu.be/oGOxolFHP0s

    (Sexxheiser 😉 J’aime aller chercher plus loin aussi^^) on en conclura qu’en fait, elle est tout à fait d’ac pour faire cette pub^^

    Merci pour ces commentaires distrayants et chronophages… mais distrayant !!! 😉 j’aime la manière dont les gens essaient de se convaincre! tellement que je m’y prend au jeu! d’ailleurs… j’ai trouvé ça ce matin… distrayant aussi !!!

    http://www.informationisbeautiful.net/visualizations/arguments-rhetologiques-fallacieux/

    Au fait… mon avis ? je suis d’ac avec l’auteur de ce post… la fille n’est pas forcement utile à l’image du produit… ni même pour l’image d’un DJ… c’est pas que moi qui le dit… c’est la marque…

    http://assets.streetpress.com/system/files/1650/video/david_guetta-casque-sennheiser.jpg?1268303503

    1. J’avais perdu ce site (argument falacieux). Merci de m’avoir retrouvé le lien ;).

      Sinon, tant que vous êtes d’accord avec le fond du message (utilisation de la femme-objet pour vendre un casque => Inutile et ridicule), je crois que le principal est là ….

  49. Bon allez je vais faire le « relou »^^
    Lamarque à une égérie et ce qu il represente (dj—> teuf—-> meuf et oui vive la caricature) la comm est donc tournée autour de ça. ..
    C est pas sur une affiche que tu marque les caractéristiques.
    Maintenant les gars qui bossent sur ces pubs ce mettent à la place du public, en gros le coeur de cible veut voir quoi??
    Aujourd’hui le casque audio est devenu un objet de mode donc c est ca valeur d image qui importe on s en fou du son il faut le casque qu utilise tel ou tel mec
    Je dir1is donc qu au dela d etre sexiste cette image reflète plus le côté matérialiste de notre société ou on dit « je possède donc je suis »

    1. Dans ce cas on ne montre pas la photo d’un type a l’air plutôt crétin avec une bonne femme visiblement là pour servir de faire valoir. Personnellement je me suis demandée qui était l’abruti sur la photo et ce que la femme faisait là et ça ne m’a pas du tout envie d’acheter le casque. Parce que bon, c’est le produit que j’achète pas le crétin de la photo.

  50. Il me semble qu’il y avait la même en version Asiat’, il y a quelque temps. Ils prévoient peut-être d’en faire une version par « gout » (à quand le gay Bear façon cuir moustache?)

  51. Absolument parfait.
    J’en discutais hier avec mon cher et tendre, on était en face de l’affiche en attendant le train. Il me disait qu’elle n’était probablement pas, et je lui demandais : « mais elle est de quelle couleur sa robe? et ses chaussures? et sa montre c’est quelle marque? mais à part son rouge à lèvres et son vernis à ongles, tu peux me dire ce qu’elle porte d’autre? »
    Voilà voilà, je viens de lui pinguer l’article, merci 🙂

  52. La pub est PARFAITE, il n’y a pas a débattre! Casque audio, on pense a tout sauf sauf Sennheiser (Parrot, Beat by Dre…) des arguments vendant le produit ça aurait été bidon. Une star dans la musique et la dite « salope » ça passe NIKEL. Cette analyse aurait été plus sympa et instructive sur les meufs à poil qu’on met en affiche dans le métro pour vendre collant, yaourt ou ce sac Maboussin, parce que la je comprend rien :/

    http://www.brain-magazine.fr/images/stories/PAGE_PUTE_7/MAUBOUSSIN-sac.jpg

  53. J’avais fait la même analyse MAIS
    pub=susciter le DESIR
    Quel meilleur déclencheur que le SEXE
    Drôle de découverte dans cet article.
    Donc oui c’est basé sur le raccourci tu veux être DJ pour les filles ça marche
    Tu désires ça pour être qq’unde meilleur.VOILA le message des créas.
    Si ça se trouve c’est comme la pub pour lascrème fouettée ma femme je la lie et je la bats… qui a été une idée trouvée par des nanas bref.
    C’est surtout l’occasion dans l’analyse d’écrire s#*ope sur un modèle photo un peu comme un taggeur se lâche dans le metro nan??

    A quand une analyse aussi poussée d une pub parfum pour homme?? Genre le beau gosze torse nu ? Avec les cercles rouges sur ses pectoraux et plein de sous entendus ?
    C’est moins amusant sûrement. Quoi que. Essayez ^^

  54. allez encore un post d’analyse: je me permet d’ajouter mon grain de sel!
    si l’on tente de decrypter les code couleur de l’affiche, on remarque que le rouge à levre et le vernis est de la meme couleur que les ecouteurs du casque. une seule couleur qui attire et lie le tout; je vous le donne en mille:
    c’est le rouge passion associé souvent à la seduction ou aux instants pulsionnels/passionnels et parfois au coté demoniaque…
    histoire de bien donner envie de posseder (le male? le casque? la fille?)
    en bref, il faut courir aller acheter, et c’est le but recherché non?
    moi je dis ça, je dis rien 😉

  55. Faut arrêter de chercher la petite bête. La pub est sexiste à 10 000%. On ne critique pas uniquement le fait qu’elle ouvre la bouche, mais la façon, le regard et tout le contexte de l’affiche qui va autour. Y a aussi les regards : elle n’a d’yeux que pour lui, là où lui est le héros qui regarde à l’horizon avec son regard profond (et surtout profondément débile ^^)

  56. Ah oui et « rouge à lèvre de salope » c’est pas sexiste comme cliché? Sinon si on décrypte à fond cette image on s’aperçoit que le dégradé de fond représente une pyramide, cette pub est donc une pub sexiste des illuminatis.

    1. Ah? Donc si je fais un livre sur Staline, en le faisant « parler », vous allez me traiter de communiste aussi?

      Que les gens sont saoulant à ne jamais faire la différence entre un personnage de fiction et les certitudes de l’auteur! Ca vous arrive de lire? non? Parce que je vous le conseille aisément, histoire de vous familiarisez avec la différence…

  57. Je trouve l’analyse intéressante mais un peu biaisé car fort orienté.

    Le concept salope pour le personnage féminin est un poil réducteur , pour moi c’est plutôt une référence explicite aux égéries des cosmétique et/ou des parfums.
    L’objectif est de faire de se produit un produit de luxe , être vulgaire serait contre productif (d’ailleurs la pose reste assez sage comparativement à d’autre pub).
    La femme ici symbolise le luxe et la classe.

    Pareil sur l’analyse sur le rouge à lèvres de « salope » , il aurait été plus intéressant de se pencher sur la pigmentation de cette image : On a une dominance Bleu/noir ponctué de touches de rouge intense.
    3 grands zone de rouge pour être précis : les ongles et la bouche de la femme , le nom « Bob Sinclair » et le produit.
    L’association entre les 3 est vite fait : ce produit symbolise la réussite social et matériel (jolie femme et Dj reconnus)

    Pour ce qui est des caractéristiques du produit ça fait longtemps que les publicitaires ont zappé cette partie , partant du principe que le produit n’a pas besoin de vanter ses mérites tant c’est évidant. Suffit de voir les pubs pour auto où l’on parle de moins en moins des caractéristique.
    C’est une méthode de vente comme une autre.

    Bref c’est une pub classique même plutôt gentillette en terme de femme objet puisque ici elle est plutôt associée au symbole de luxe

  58. Amour, gloire et vérité ! Bcp d’humour! J’aime bien ! Je ne parlerai pas de sexisme mais plutôt de la force de persuasion. Vive markting & comm !

  59. Typique le genre d’analyse bateau qui fait que ce genre de pub continuera d’exister ad vitam : Il y aura toujours des MLF pour hurler au scandale…. Alors….ALORS qu l’on pourrait faire l’analyse INVERSE : sans la femme à poil, cette publicité ne vaut rien, le casque ne vaut rien, Bob Sinclair serait un crétin perdu dans une affiche. Donc la femme à poil qui désir est la nouvelle reine des temps moderne, c’est elle qui donne le sens à tout mais c’est la femme qui refuse de prendre et/ou d’utiliser ce pouvoir en voulant avoir le même statut que les hommes (c’est à dire : le crétin qui ne sait plus quoi faire pour trouver une superbe femme à poil ? ) Allez comprendre. A bon entendeur.

  60. Je pense que cela serait bien de cite nommément l’agence de publicité qui a réalisé ce visuel, et le responsable de cette campagne.

    Parce que le client n’est pas le seul responsable de ce « style » de pub.

  61. Ce que veut la femme moderne, libre et émancipée, c’est pratiquer la polyandrie : avec un petit singe goguenard à grosse bite pour lui donner du frisson, un micheton de luxe mené par le bout de sa bite pour lui payer ses breloques, un demi-pédé intello à fleur de peau pour lui faire la conversation.
    Les femmes qui ont bien compris le féminisme ont toutes pratiqué la polyandrie de cette façon, à fortiori quand elles se sont suffisamment déniaisés en soirée et qu’il leur est mentalement acquis qu’un homme : ça vous paye le verre pour vous baiser.
    N’oubliez pas qu’à chaque fois que vous payez pour une femme en système « égalitariste » (comprendre : dans un système où elles vous sont juridiquement supérieures), vous ajoutez une brique supplémentaire à la prison vaginocratique dans laquelle vous allez croûpir.
    Cette idée qu’il faut s’abaisser devant la femme pour obtenir son cul (rouler des mécaniques par le « game », c’est aussi une forme d’abaissement), c’est un signe d’orientalisation de notre civilisation.
    Car dans l’histoire, ce n’est jamais la femme qui est lésée (qui a passé plus de 3 heures de sa vie à discuter avec une morue sait de quoi il retourne) mais l’homme qui perd son temps et son argent dans la conquête d’un « trou » (où il n’a à gagner que du vide).
    Que l’on songe un instant aux milliards d’euros perdus pour entretenir des poufiasses, aux milliards de minutes accordées pour soigner l’égo meurtrie de millions de connasses constipées.
    Songez seulement aux sommes astronomiques englouties dans la prostitution.
    Vous aurez une vision panoramique de la nature du « trou » que la femme représente…

    1. « La » femme moderne polyandre, vénale et juridiquement superpuissante, cette créature mythique forgée par un petit esprit sans doute frustré. Merci, ce commentaire dégoulinant de vide m’a fait rigoler 5mn.

      1. Dans le genre sexisme, se moquer d’un homme pour sa frustration sexuelle, c’est un peu comme se moquer d’une femme parce qu’elle est laide. C’est un coup dans les parties.
        Votre condescendance ne fait vraiment pas avancer le débat.

        Si Arsene Youpin va dans l’hyperbole, il n’a pas tout tort non plus : les femmes ont toujours bénéficié de certains pouvoirs (sexuels) sur les hommes, et échanger ces pouvoirs contre des faveurs a probablement participé à construire l’image des relations homme-femme que l’on a aujourd’hui.

        Sachant que de nos jours, la femme est l’égal juridique (au minimum, selon les cas) de l’homme, et que les valeurs de réussite sociale des femmes changent, on pourrait penser qu’il serait temps pour les femmes d’elles aussi partager le pouvoir là où elles le détiennent. Sinon, on est au risque en effet de faire face à une société inégale à nouveau.

        Un court essai de Marcela Iacub sur le sujet : http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20120625.OBS9501/rousseau-et-la-femme-par-marcela-iacub.html

        1. J’ai certes parlé de frustration, mais la frustration sexuelle, c’est vous qui l’inventez. Quant à faire « avancer le débat », je ne vois pas où le commentaire de cette personne appelle au débat. C’est une logorhée dégoulinante de sexisme et de haine. Expliquez-moi donc quels étaient ces fameux pouvoirs sexuels de la femme sur l’homme? Jusqu’à preuve du contraire, c’est la sexualité féminine qui est contrôlée dans les sociétés patriarcales, et non le contraire. Que je sache, l’homme a toujours pu baiser qui il voulait sans souci, quand les femmes étaient enfermées à la maison en tant qu’épouses, ou enfermées dans des maisons closes en tant que putes. Et puis excusez-moi du peu, mais s’offrir une femme avec de l’argent est un comportement masculin, qui bizarrement jusqu’ici ne dérangeait personne et en arrangeait pas mal. Si ce monsieur pense que pour séduire une femme il faut s’abaisser devant elle ou avoir un portefeuille plein, c’est qu’il a une expérience bien triste des relations humaines.

          1. « J’ai certes parlé de frustration, mais la frustration sexuelle, c’est vous qui l’inventez »
            De quelle autre frustration parliez-vous, alors ? Quel type de frustration concernant les hommes et les femmes, pourrait, selon vous, amener un homme à avoir une plume si acerbe à l’encontre du beau sexe ?

            « Expliquez-moi donc quels étaient ces fameux pouvoirs sexuels de la femme sur l’homme? »
            N’avez-vous jamais séduit quelqu’un ? Ou faites-vous juste semblant de ne pas comprendre ?
            La femme a un plus grand pouvoir de séduction que l’homme (ou alors l’homme est plus sensible/faible face à la séduction, ça revient au même). Il est clair, d’après moi, que c’est la femme qui choisit son conjoint, et non l’inverse.

            « c’est la sexualité féminine qui est contrôlée dans les sociétés patriarcales »
            Ce qui montre que c’est une force. On ne cherche pas à contrôler ce qu’on considère maitriser.

            « Que je sache, l’homme a toujours pu baiser qui il voulait sans souci »
            Absolument pas. Vous confondez les hommes de pouvoir et les hommes en général. Si ce que vous dites était vrai, le viol n’existerait pas.

            « s’offrir une femme avec de l’argent est un comportement masculin, qui bizarrement jusqu’ici ne dérangeait personne et en arrangeait pas mal ».
            Euh, certes. N’oublions pas qui est/était séduit(e), tout de même… Si ça n’avait pas été une tactique fructueuse, je doute qu’elle aurait été si présente.

            « Si ce monsieur pense que pour séduire une femme il faut s’abaisser devant elle ou avoir un portefeuille plein, c’est qu’il a une expérience bien triste des relations humaines. »
            Je suis d’accord avec vous sur le principe, simplement, dans les faits, force est de constater que le statut social d’un homme (que ce soit argent, pouvoir, stabilité financière, …) reste un « argument de vente » déterminant dans la séduction, sans doute car l’on attend toujours de l’homme qu’il puisse subvenir aux besoins de sa famille (éventuelle).

            Bien sûr, on peut blâmer les hommes qui utilisent cet « argument », mais alors on doit aussi blâmer les femmes qui se laissent convaincre par celui-ci.

    2. Je cite : « Les femmes qui ont bien compris le féminisme ont toutes pratiqué la polyandrie de cette façon, à fortiori quand elles se sont suffisamment déniaisés en soirée et qu’il leur est mentalement acquis qu’un homme : ça vous paye le verre pour vous baiser.
      N’oubliez pas qu’à chaque fois que vous payez pour une femme en système « égalitariste » (comprendre : dans un système où elles vous sont juridiquement supérieures), vous ajoutez une brique supplémentaire à la prison vaginocratique dans laquelle vous allez croûpir.
      Cette idée qu’il faut s’abaisser devant la femme pour obtenir son cul (rouler des mécaniques par le « game », c’est aussi une forme d’abaissement), c’est un signe d’orientalisation de notre civilisation.
      Car dans l’histoire, ce n’est jamais la femme qui est lésée (qui a passé plus de 3 heures de sa vie à discuter avec une morue sait de quoi il retourne) mais l’homme qui perd son temps et son argent dans la conquête d’un « trou » (où il n’a à gagner que du vide).
      Que l’on songe un instant aux milliards d’euros perdus pour entretenir des poufiasses, aux milliards de minutes accordées pour soigner l’égo meurtrie de millions de connasses constipées ».heu ben là on est en plein dans les clichés sexistes et pas du tout dans un système égalitarisme. Le féminisme aurait mener à l’anti-sexisme justement et ne pas se faire payer un verre, ne pas faire raquer les mecs, comme si elles n’étaient pas foutues de gagner leur vie. Les profiteuses alimentent le sexisme et je peux vous assurer que ce genre ne sont féministes.
      Quand à la prostitutions, celles qui sont syndiquées dans des mouvement anticapitalistes, ( desentes, merteuil, iacub), elles ne prônent la prostitution justement pour enrayer ce genre de sexisme : puisque la femme qui se comporte comme un homme au niveau sexuel est considérées comme une salope, autant faire payer. Mais ce genre de prostituées à la limite je les trouve honnêtes par rapport aux femmes bien planquées. Le féminisme n’est en rien responsable de ce que vous décrivez, enfin les féministes, non. Après les dérives ce sont à mon avis le lot de femmes qui n’ont rien appris de l’histoire du féminisme.

      1. Vous pouvez parler de cliché sexistes si vous voulez, n’empêche que des femmes entretenues, des femmes qui utilisent leur pouvoir de séduction pour obtenir ce qu’elles souhaitent d’un homme, y’en a encore des tonnes.
        Une femme entretenue qui bénéficie des mêmes droits (voir plus) que l’homme qui l’entretient, ça la met clairement en position de force vis-à-vis de cet homme.

        Je ne dis pas que nous devrions rétablir une inégalité juridique en faveur des hommes, mais il faut réaliser que le pouvoir social des hommes est aussi une forme de réponse (inadéquate, certes) au pouvoir sexuel des femmes.
        Après tout, si vous avez le beurre, l’argent du beurre, et la baratte, quel pouvoir de séduction reste-t-il au crémier ?

        Là où je veux en venir, c’est que certaines valeurs traditionnellement masculines qui sont appropriées par les féministes, notamment la réussite sociale, ont été des instruments de séduction pour les hommes à travers les siècles. Mais puisqu’aujourd’hui ces éléments ne sont plus typiquement masculins, il nous faut trouver d’autres modèles ; d’où l’anxiété, voir la colère de certains de mes congénères. Pour illustrer : la voiture de luxe a longtemps été un signe extérieur de richesse utilisé dans la séduction, mais quelle valeur peut-elle avoir si la femme a elle aussi une automobile de luxe ?

      2. [suite]
        Bien entendu, il peut sembler souhaitable que les relations hommes-femmes tournent mois autour des questions de réussite sociale, mais ce que souligne (maladroitement) Arsene Youpin, c’est que, paradoxalement, les codes et valeurs de séduction n’ont pas tant changé. Du coup, pour séduire, l’homme doit se montrer plus fort, plus riche, il doit rester l’homme qui contrôle du modèle traditionnel, mais encore meilleur, il doit continuer à offrir des cadeaux à une femme qui gagne autant d’argent que lui.

        On oublie souvent qu’un refaçonnement des relations hommes-femmes affectent non seulement les femmes, mais aussi les hommes. Si en effet dépasser la femme objet, la femme n’ayant de valeur que par ses attributs sexuels, est nécessaire, il serait peut-être aussi temps de redistribuer les responsabilités et que l’homme ne soit pas celui qui porte autant la responsabilité de la réussite sociale en tant que valeur de séduction. Tant que le statut social d’un homme aura une grande importance dans le processus de séduction, les hommes voudront, d’une manière ou d’une autre, un statut social supérieur aux femmes.

        1. Je ne vois pas comment une femme entretenue aurait le pouvoir sur l’homme, puisqu’il suffit qu’il la jette dehors pour qu’elle se retrouve sans rien. Je pense au contraire qu’une femme entretenue est une femme dépendante. La vraie égalité, c’est quand chacun des partenaires est indépendant financièrement, à mon avis. Et soit dit en passant, vous fustigez les femmes entretenues, mais si elles le sont, c’est qu’il y a quelqu’un pour les entretenir. Ne venez pas me dire que les hommes qui entretiennent des femmes sont de pauvres innoncents manipulés, ils doivent y trouver leur compte aussi. Quant à la réussite sociale comme valeur de séduction, je vous rejoins totalement. Mais ce qu’il faudrait comprendre, c’est que les injonctions sociales qui demandent à l’homme d’être fort, de réussir, et aux femmes d’être des objets se laissant entretenir, lèsent tout le monde. Mais ça, ce n’est pas la faute des féministes, mais du patriarcat, contre lequel elle se battent. Alors quand je lis un commentaire dégoulinant de haine envers les femmes, je me dis que celui qui a écrit ça n’a rien compris du tout.

          1. Personnellement, je n’attend pas d’un homme qu’il m’offre des cadeaux (ou du moins pas plus que je ne lui en offre) alors que je peux subvenir toute seule à mes besoins. Mais vous avez raison, ce type de femme existe bel et bien, mais c’est typiquement le genre de comportement contre lequel, en tant que féministe, je me bats également.

          2. Comment, d’après vous, si la femme n’a pas de pouvoir sur l’homme qui l’entretient, l’a-t-elle convaincu de l’entretenir ?

            « La vraie égalité, c’est quand chacun des partenaires est indépendant financièrement, à mon avis. »
            Nous sommes d’accord là-dessus, mais ce n’est pas suffisant. Il faudrait également une égalité dans la séduction: l’homme doit faire le premier pas (et les suivants), doit faire une « danse » de séduction (ce qu’Arsene appelle « Game ») et la femme a en général à décider si elle est séduite ou non. Comprenez-moi bien : la femme a le pouvoir sur les hommes lorsque l’on parle de séduction, elle a le pouvoir de décision final.

            « Ne venez pas me dire que les hommes qui entretiennent des femmes sont de pauvres innoncents manipulés, ils doivent y trouver leur compte aussi. »
            Oui, ils y trouvent leur compte : le sexe. Et oui, parfois une domination malvenue, mais il existe également des femmes entretenues qui n’ont pas besoin d’être entretenues : elles ont un travail, gagnent bien leur vie, mais dépensent quand même l’argent d’un homme. Le pouvoir de l’homme de la « jetter dehors » est très réduit, ici.

            Loin de moi l’idée de fustiger qui que ce soit, nous reproduisons un vieux modèle, je ne crois pas que les individus soient nécessairement fautifs.

            « Quant à la réussite sociale comme valeur de séduction, je vous rejoins totalement. Mais ce qu’il faudrait comprendre, c’est que les injonctions sociales qui demandent à l’homme d’être fort, de réussir, et aux femmes d’être des objets se laissant entretenir, lèsent tout le monde. Mais ça, ce n’est pas la faute des féministes, mais du patriarcat, contre lequel elle se battent. »
            Eh. Oui et non. Je suis d’accord qu’idéalement la séduction devrait être basée sur des qualités humaines (et des phéromones, bien entendu), mais je doute que l’on puisse totalement supprimer les critères socio-économiques de l’équation.
            Quant à « qui la faute », je me refuse de porter le blâme, on en arrive à une histoire de poule et d’œuf au final : l’homme a-t-il réprimé la femme socialement pour obtenir un pouvoir sur l’objet de son désir ? Ou la femme a-t-elle développé ses qualités de séduction pour pouvoir prendre un peu de pouvoir dans un monde où elle était opprimée ? Quelle part de tout cela est naturelle et quelle part est acquise ?
            Je veux simplement signaler au féministes militantes qu’il existe une autre face à cette histoire, et que lorsque la condition féminine évolue, la condition masculine également. Nous sommes tous concernés par ces évolutions, il ne faut pas se tromper d’ennemi, et le recours à un mauvais objet sur lequel passer sa colère n’est pas constructif. Certes, il est des traditions que l’on peut considérer comme archaïques, mais il faut bien se souvenir que lorsque l’on « casse » un système de société, un autre système se crée. Il me paraitrait sain de réfléchir à comment amener un modèle de relations hommes-femmes satisfaisant avant de détruire complètement le modèle actuel. C’est très bien de vouloir supprimer le patriarcat si vous le souhaitez, mais pour le remplacer par quoi ?

  62. @Breyzh : la séduction dont vous parlez et que mentionne Arsène Youpin, ça ne marche pas avec toutes les femmes, désolée. Les voitures de luxe, ou les rolex, je m’en tamponne le coquillart, et les filles que je connais aussi. Le problème de pas mal d’homme aussi, c’est qu’ils pensent que c’est toujours en affichant des signes extérieurs de richesse ou de réussite qu’on séduit, et quand ils ne sont ni riche ni accomplis, ils rejettent la faute sur les femmes, ces créatures vénales qui ne leur jettent pas un regard. C’est certainement vrai concernant un type de femme (il y a des abruti(e)s partout) mais pas toutes. Il y aura toujours des femmes pour attendre autre chose d’un homme, mais bizarrement, les hommes frustrés par leurs ratages semblent toujours mettre les femmes dans le même panier et en deviennent des misogynes finis.

    1. Hmmm. La question n’est pas tant de savoir si « ça marche » avec toutes le femmes, mais bien de dire que, dans notre société, c’est ainsi qu’on donne estime la valeur d’un homme, par ces quelques critères, bien plus liés qu’il n’y parait :
      – le nombre de femmes qu’il met dans son lit et leur beauté ;
      – son argent et les signes extérieurs de richesse qui y sont liés ;
      – son pouvoir.

      Par ailleurs, la question n’est pas la montre de luxe, mais ce qu’elle représente : la richesse, et donc la sécurité financière.

      SVP, cessez d’être tant sur la défensive. Je n’accuse pas les femmes d’être vénales, simplement le système a fait que pour garantir sa sécurité et sa santé, pendant longtemps, la femme a dû compter sur l’homme et échanger sa liberté contre la sécurité. Il est normal qu’il y aie des restes. je ne dis pas que c’est le seul et unique critère, ou même qu’il est déterminant pour toutes les femmes, mais c’est clairement un critère important.

      1. Selon certains anarchistes ce sont les femmes des classes bourgeoises qui ont commencé à raréfié les rapports sexuels afin de dominer les hommes divisant ainsi les femmes en deux catégories : les putes et les femmes mariées embourgeoisées. Ainsi, elles ont pu dominer à leur tour les hommes qui ont profité de la grossesse pour créer un société et des outils que les femmes ne pouvaient utiliser…..
        Les putes ont tenté de récupérer en quelques sorte le pognon de cette « double domination »

    2. [suite]

      Prenons un exemple et répondez-moi honnêtement : d’après vous, lequel de ces 2 hommes autrement similaires aura le plus de succès avec les femmes:
      – François, le meilleur jongleur du monde qui gagne 3000 euros par mois ;
      – Jean-Paul, un politicien local qui gagne 7000 euros par mois.

      Et voyez votre sexisme ordinaire : selon vous, un homme qui critique les femmes doit être frustré et avoir échoué avec les femmes. Vous considérez donc cet homme comme n’ayant pas de valeur dans la discussion car n’ayant pas su séduire une femme. C’est typiquement équivalent à dire « les féministes sont toutes des moches frustrées ».
      On ne devrait pas évaluer la valeur d’un être humain par sa capacité à séduire, qu’il s’agisse de beauté/sex-appeal pour une femme, ou d’autres critères pour les hommes. Vous vous rendez coupable du crime que vous dénoncez.

      Je vous trouve injuste envers les hommes.

    3. c’est clair! le nombre de connard qui draguent en sortant leur fiches de paient en sortant des merde du genre : « c’est ce que cherchent les femmes c’est la sécurité financière masculine » alors qu’on leur a rien demandé! Ce genre de mecs sont pathétiques et c’est dingue comme pas mal de mecs sont également surpris qu’on en aie rien à battre ( enfin je parle pour moi et pour pas mal de femmes aussi). On dirait qu’ils rencontré Alien.
      Y a comme un pb : la catégorisation hommes/femmes, façon mars/ vénus, ça empêche de se voir soi-même dans le miroir en tant qu’individu. Trop facile.

        1. Oui, je considère qu’un homme qui critique « les femmes » pour être comme ceci ou comme cela ont échoué quelque part, car on leur a renvoyé une image d’eux dévalorisante. Vous comprenez à l’envers : je ne dis pas qu’un homme qui n’a pas de succès avec les femmes n’a pas de valeur, je dis qu’un homme qui n’a pas de succès avec les femmes va désigner les femmes comme coupables (c’est ce que fait Arsene Youpin avec son « les femmes sont ceci cela, ce sont de grosses connasses ») et les rendre responsable de son « échec », ou de son mal être, ou que sais-je, et c’est ça que je trouve complètement con. Vous dites qu’il ne faut pas se tromper d’ennemi, vous croyez sans doute que Youpin et consorts ne se trompent pas, eux? Parmi ces femmes coupables, il y aura en première ligne de mire les féministes, évidement, parce que ce sont… des femmes. Notez par ailleurs que les féministes ne critiquent pas « les hommes » mais un système qui aliène tout le monde, alors que quand on s’en prend aux féministes, on s’en prend systématiquement à leur sexe.

          Ce qui me semble dingue, moi, c’est que quand les femmes pénètrent enfin les chasses gardées masculins (travail, politique, etc), certains homme se sentent directement menacés « oh mon dieu au secours elles ont maintenant plus de pouvoir que nous, qu’allons-nous faire ». Vous retrouvez face à une égale que vous imaginez devoir encore, comme au bon vieux temps, couvrir de cadeaux, enrober, à qui vous devez ouvrir la porte et aider à mettre son manteau vous pousse à dire « les femmes veulent tout, le beurre et l’argent du beurre ». Il me semble que c’est aussi aux hommes, à un certain moment, de renoncer à répondre à ces injonctions idiotes. De même que je fuis les machos et paternalistes en tout genre qui s’imaginent que l’home doit encore être supérieur socialement à la femme, vous avez le droit de renvoyer les princesses et les grognasses fabriquées par le patriarcat chez elles à coup de pied au cul, en leur expliquant qu’elles ont des mains pour ouvrir la porte et un salaire pour se payer ce qu’elles veulent. C’est ce qu’à fait un ami à moi il y a peu et il s’en porte très bien, je vous assure, il ne sent pas dévalorisé de ne pas répondre au cliché de l' »homme parfait » (fabriqué par le patriarcat également).

          Vous confondez vraisemblablement aliénation et oppression. Dans nos sociétés, les deux sexes sont aliénés (ex: les hommes meurent à la guerre / les femmes doivent faire des enfants pour fournir à la nation son contingent de soldats, ou les hommes doivent se montrer fort / les femmes doivent se montrer douces) mais seules les femmes sont opprimées, et ça, ça semble vous échapper. Sérieusement, ça a le don de me gonfler : nous les femmes (du moins mes aînées, je n’étais pas là) avons dû nous battre, nous faire insulter durant un siècle pour grapiller le droit de travailler, de disposer de notre corps, d’étudier, de voter, peu à peu, en un long combat, nous avons dû investir des sphères qui nous étaient interdites à la force du poignet et de la revendication, alors qu’en tant qu’être humains nous n’aurions jamais dû en être exclues. Encore aujourd’hui on doit se farcir des réflexions qui nous renvoient perpétuellement notre sexe dans la gueule comme si nous devions prouver, tout le temps, que nous ne sommes pas un sexe, mais des êtres à part entière. La réalité c’est ça, et vous n’avez PAS ce problème. L’argument du « nous aussi on souffre » est un argument de mauvaise foi, car les problèmes que vous avez (et je ne nie pas que les hommes ont leur problèmes), nous en avons d’équivalents, mais en plus, on se farcit la discrimination sexuelle.
          Puis comparer le pouvoir de séduction au pouvoir réel, c’est à dire le pouvoir politique et économique, c’est n’importe quoi. Ce n’est pas le pouvoir de séduction qui donne le droit de vote, le droit de disposer de son corps, le droit de faire carrière dans les plus hautes sphères. Le pouvoir de séduction donne juste le droit de séduire, ce qui implique encore un lien avec un homme. Je ne sais pas si vous saisissez la nuance entre les deux. Dans une société où une femme n’a ni le pouvoir politique, ni économique, et se refuserait à user de son prétendu pouvoir de séduction, il ne lui resterait rien, au final. La séduction est un « pouvoir » qu’on développe quand on n’a rien d’autre, de façon à obtenir de l’autre ce qu’on ne peut obtenir par soi-même, c’est le pouvoir des faibles positionnées depuis des millénaires en objet de décoration et de désir. Qui plus est, la séduction n’est pas nécessairement un pouvoir : j’ai usé de séduction non pas pour manipuler mon conjoint, mais parce qu’il me plaisait et que je voulais l’attirer à moi. Il me semble qu’il y a une différence de taille. Je n’en use pas pour le dominer, de plus lui aussi exerce sa séduction sur moi.
          Alors non, je ne me sens pas injuste envers les hommes, ils n’ont qu’à ouvrir les yeux et s’apercevoir qu’ils n’ont pas à répondre à ce que la société leur demande, et qu’ils ont le droit de se sentir bien avec ça. Ils ont le droit de montrer les crocs et d’envoyer se faire voir ceux/celles qui leur demande d’être ce qu’ils ne sont pas. « Je ne gagne pas assez pour toi? Tu es une connasse et passe ton chemin. » Voilà.
          Et franchement, « par quoi remplacer le patriarcat? », le fait que vous posiez la question me laisse franchement perplexe : par un système égalitaire, où chacun aurait l’opportunité de s’accomplir par soi-même, pour soi-même, sans avoir à répondre à des injonctions débiles sous prétextes qu’on est représentant d’un sexe ou de l’autre. Et contrairement à la croyance répandue (qui pousse des tas de neuneus à se sentir menacés), non, les féministes ne veulent pas remplacer le patriarcat par un martiarcat et renverser le système de domination, elle veulent ELIMINER la domination.

          1. « Oui, je considère qu’un homme qui critique « les femmes » pour être comme ceci ou comme cela ont échoué quelque part, car on leur a renvoyé une image d’eux dévalorisante. Vous comprenez à l’envers : je ne dis pas qu’un homme qui n’a pas de succès avec les femmes n’a pas de valeur, je dis qu’un homme qui n’a pas de succès avec les femmes va désigner les femmes comme coupables (c’est ce que fait Arsene Youpin avec son « les femmes sont ceci cela, ce sont de grosses connasses ») et les rendre responsable de son « échec », ou de son mal être, ou que sais-je, et c’est ça que je trouve complètement con. »
            Ne réalisez-vous pas que c’est exactement le coup bas que les misogynes faisaient aux féministes ? De dire que si elle n’aimaient pas les hommes c’était car elles étaient frustrées que les hommes ne les aiment pas ? En quoi est-il inimaginable qu’un homme ayant du succès avec les femmes puisse également être en colère contre elles ?
            C’est un argument totalement sophisitque : argument circulaire (c’est un misogyne car il est frustré, et les misogynes n’ont jamais de succès avec les femmes, ce qui les rend frustrés) et argumentum ad personam.
            Moi, ce que je considère con, c’est que vous considériez qu’un homme frustré n’aurait pas son mot à dire sous prétexte qu’il ne séduit pas assez de femmes.

            « Vous dites qu’il ne faut pas se tromper d’ennemi, vous croyez sans doute que Youpin et consorts ne se trompent pas, eux? »
            Certainement… Il me semble toutefois que c’était vous qui disiez « on ne doit pas se contenter d’un 5/20 parce que c’est mieux qu’un 2/20 ». À bon entendeur.

            « Parmi ces femmes coupables, il y aura en première ligne de mire les féministes, évidement, parce que ce sont… des femmes. Notez par ailleurs que les féministes ne critiquent pas « les hommes » mais un système qui aliène tout le monde, alors que quand on s’en prend aux féministes, on s’en prend systématiquement à leur sexe. »
            C’est un peu facile, vous ne trouvez pas ? Tout ce qui peut être dit sur les hommes est en réalité une attaque contre leur système, mais toute attaque contre le féminisme est une attaque personnelle contre les femmes ? En clair, les femmes peuvent dire ce qu’elles veulent des hommes, elles font avancer le système, mais dès qu’un homme se plaint de sa place dans la société, c’est un horrible réactionnaire qui en veut aux femmes ?
            Pour quelqu’un qui en parle autant, le concept d’égalité n’est pas votre fort.
            Sans oublier bien entendu que de nombreuses femmes, ainsi que certaines féministes, sont très critiques de la manière dont le féminisme a évolué d’une libération de la femme dans les 70s à une quasi-castration de l’homme au 21e siècle. ça amène à penser qu’on peut critiquer le féminisme sans détester les femmes, contrairement à ce que vous semblez penser. Last but not least : même s’il était vrai qu’Arsène Youpin est frustré et déteste les femmes, en quoi cela vous dispense-t-il de considérer son avis comme valorisable ? Après tout, il existe de nombreuses féministes énervées contre les hommes, mais on n’avancera pas beaucoup dans le débat en disant « c’est juste des grosses lesbiennes frustrées ».
            Il faut savoir accepter que les avis des autres, peu importe à quel point il nous déplaisent, ont autant de valeur que le notre. Imaginons que vous ayez raison, et que tous les hommes « anti-féministes » soient des frustrés : en quoi cela rend-t-il leur avis sans valeur ? Je crains malheureusement qu’Arsène Lupin ne représente une frange non-négligeable de la population dans ses propos, et, qu’ils soient misogynes ou non ne change pas le fait que nous devons vivre ensemble.

            « Ce qui me semble dingue, moi, c’est que quand les femmes pénètrent enfin les chasses gardées masculins (travail, politique, etc), certains homme se sentent directement menacés « oh mon dieu au secours elles ont maintenant plus de pouvoir que nous, qu’allons-nous faire ». »
            Dingue ou pas, raisonnable ou pas, c’est un fait que de nombreux hommes se sentent menacés par le « nouveau féminisme ». De quel droit poussez-vous cela de côté sous prétexte que vous n’êtes pas concernée ?

            « Vous retrouvez face à une égale que vous imaginez devoir encore, comme au bon vieux temps, couvrir de cadeaux, enrober, à qui vous devez ouvrir la porte et aider à mettre son manteau vous pousse à dire « les femmes veulent tout, le beurre et l’argent du beurre ». »
            À nouveau, soyons réalistes : cela fait toujours partie des attentes de nombreuses femmes, et plus largement, de la société.

            « Il me semble que c’est aussi aux hommes, à un certain moment, de renoncer à répondre à ces injonctions idiotes. De même que je fuis les machos et paternalistes en tout genre qui s’imaginent que l’home doit encore être supérieur socialement à la femme, vous avez le droit de renvoyer les princesses et les grognasses fabriquées par le patriarcat chez elles à coup de pied au cul, en leur expliquant qu’elles ont des mains pour ouvrir la porte et un salaire pour se payer ce qu’elles veulent. »
            À nouveau, je suis d’accord avec vous sur le principe, mais nous savons tous deux que dans les faits, cela ne représente pas la majorité des cas, et que pour certains hommes (pour être clair, les moches et les crétins), il s’agit de leur seul pouvoir de séduction. Et parallèlement des nombreuses femmes ont toujours ces attentes. Au risque de finir en « homme frustré et énervé contre les femmes », il nous est parfois nécessaire de répondre à ces attentes.
            Mais vous avez tout à fait raison : les responsabilités de cette situation sont partagées, et il serait injuste de blâmer un sexe en absolvant l’autre.

          2. « cliché de l’ »homme parfait » (fabriqué par le patriarcat également). »
            Mais qui donc est ce patriarcat contre lequel vous passez votre colère, si ce ne sont les hommes ? « Patriarcat » signifie « hiérarchie du père », en gros, pour rappel. Je crois qu’il est irresponsable d’attribuer la situation actuelle à un mauvais objet, à un ennemi invisible responsable de tous les maux (le patriarcat pour vous, les juifs pour les complotistes professionnels, les immigrants pour les racistes, …), plutôt que de chacun assumer nos torts personnels et collectifs dans ces problèmes.

            « Vous confondez vraisemblablement aliénation et oppression. Dans nos sociétés, les deux sexes sont aliénés (ex: les hommes meurent à la guerre / les femmes doivent faire des enfants pour fournir à la nation son contingent de soldats, ou les hommes doivent se montrer fort / les femmes doivent se montrer douces) mais seules les femmes sont opprimées, et ça, ça semble vous échapper. »
            Je vous demande pardon ? Les hommes ont connu des oppressions au fil des siècles eux aussi, non pas pour leur nature d’hommes, mais ils ont été oppressés dans des domaines ou vous, mesdames, ne l’avez pas été. On croirait, à vous lire, qu’aucun homme n’a jamais été esclave, et que les serfs avaient le pouvoir.
            Nous (nos ainés) avons également dû nous battre (pendant bien plus d’un siècle) pour obtenir ce que vous décrivez (droit de travailler, de disposer de notre corps, d’étudier, de voter, …).

            « L’argument du « nous aussi on souffre » est un argument de mauvaise foi, car les problèmes que vous avez (et je ne nie pas que les hommes ont leur problèmes), nous en avons d’équivalents, mais en plus, on se farcit la discrimination sexuelle. »
            Sous-entendu que les hommes ne connaissent pas de discrimination sexuelle ? Sérieusement ?
            Dois-je sortir les chiffres des gardes en cas de divorce ? Ou encore mettre en évidence le fait que la société et ses individus sont plus enclins à venir en aide à une femme dans la merde qu’à un homme dans la même situation (voir le taux homme/femme des SDF).

            « Puis comparer le pouvoir de séduction au pouvoir réel, c’est à dire le pouvoir politique et économique, c’est n’importe quoi. »
            Vraiment? Il me semble que ce n’est pas une histoire de négoce, mais bien les beaux yeux d’Hélène que la guerre de Troie a eu lieu. Le pouvoir sexuel, s’il est bien utilisé, peut surpasser largement tout autre type de pouvoir, selon moi.
            Ma théorie personnelle est que la volonté de l’homme d’obtenir les faveurs sexuelles de la femme a amené l’homme à prendre le pouvoir social. Pour être clair et brut, une fois que l’on va vraiment au fond des choses, LA SEULE CHOSE QUE L’HOMME VEUT C’EST CHOPER. Si l’homme cherche à être riche et avoir du pouvoir, il n’y a pas d’autre raison essentielle à part le sexe. Voyez le fonctionnement alpha/beta des autres primates, notre système de société, bien que plus complexe, reproduit ce modèle du mâle dominant au pouvoir social et, donc, au pouvoir sexuel, que cela soit face aux femelles ou aux mâles dominés.

            « Ce n’est pas le pouvoir de séduction qui donne le droit de vote, le droit de disposer de son corps, le droit de faire carrière dans les plus hautes sphères »
            Certainement, mais le pouvoir de séduction donne une grande influence sur les personnes disposant de pouvoirs politiques. Si le but des hommes de pouvoir est le sexe, alors certainement le sexe a une influence sur eux très importante.

            « Encore aujourd’hui on doit se farcir des réflexions qui nous renvoient perpétuellement notre sexe dans la gueule comme si nous devions prouver, tout le temps, que nous ne sommes pas un sexe, mais des êtres à part entière.  »
            Il est vrai que cela est injuste, mais il ne faudrait pas créer la situation diamétralement inverse.

            J’y reviendrais pour la fin de réponse, j’ai à faire.

          3. [suite et fin]
            « Dans une société où une femme n’a ni le pouvoir politique, ni économique, et se refuserait à user de son prétendu pouvoir de séduction, il ne lui resterait rien, au final. »
            Certainement, mais ce que vous décrivez n’est pas notre société.

            « La séduction est un « pouvoir » qu’on développe quand on n’a rien d’autre, de façon à obtenir de l’autre ce qu’on ne peut obtenir par soi-même, c’est le pouvoir des faibles positionnées depuis des millénaires en objet de décoration et de désir. »
            Possible, mais c’est de la pure spéculation de votre part.

            « ils n’ont qu’à ouvrir les yeux et s’apercevoir qu’ils n’ont pas à répondre à ce que la société leur demande »
            Pareil pour les femmes, mais ça vous empêche pas de râler (voir de vous scandaliser) parce que la société vous attend de vous certaines choses (être séduisante, être douce, …). Je trouve très étrange comme vous semblez appliquer aux hommes ce que vous dénoncez envers les femmes.

            « Je ne gagne pas assez pour toi? Tu es une connasse et passe ton chemin. »
            Très certainement qu l’on peut dire ça, mais vous pensez bien que là n’est pas la question. De même, les femmes pourraient à chaque fois s’égosiller à faire comprendre qu’elle sont une personne et non un cul, mais ça ne règlera pas le problème d’image général de la société.

            « par un système égalitaire, où chacun aurait l’opportunité de s’accomplir par soi-même, pour soi-même, sans avoir à répondre à des injonctions débiles sous prétextes qu’on est représentant d’un sexe ou de l’autre. »
            C’est très joli tout ça, mais ce que j’essaye de dire c’est que ce n’est pas possible.
            Les humains ne sont pas naturellement égaux. La société a énormément progressé pour traiter les femmes également, qu’il s’agisse d’un point de vue juridique ou économique, et c’est plutôt bien. Mais exiger un changement complet des relations hommes-femmes, ce n’est pas possible, à moins de prendre en compte les intérêts des deux sexes, et non uniquement celui des femmes. La domination est un instinct naturel chez tous les animaux sociaux (notamment les primates, y compris les humains), et je ne suis pas sûr que toute la bonne volonté et les lois les plus restrictives du monde suffisent à changer le fait qu’elle est au cœur de bien des relations sociales, y compris intra-sexe.
            En clair, vous ne proposez pas de remplacement, vous proposez une idéale absence de système, qui, par magie, rendrait tous égaux.

          4. [fin]
            « Et contrairement à la croyance répandue (qui pousse des tas de neuneus à se sentir menacés), non, les féministes ne veulent pas remplacer le patriarcat par un martiarcat et renverser le système de domination, elle veulent ELIMINER la domination. »
            Oui et non.
            Il est certain qu’il existe des féministes « matriarchistes » : le féminisme, comme toute idéologie, n’est pas monolithique.

            Plus important, expliquez-moi: comment peut-on s’y prendre pour éliminer tout type de domination ?
            En effet, selon certains, si les humains sont inégaux, alors on a besoin de lois qui compensent ces inégalités (discrimination positive). Mais ces lois ne font que créer des nouvelles inégalités, celles-ci juridiques.
            Qu’attendez-vous, exactement ?
            Une égalité devant la loi ? C’est le cas (quoique, les femmes sont parfois avantagées).
            Une égalité génétique ? Ce ne sera jamais le cas.
            Une égalité sociale sans doute, mais comment forcer la main à la société sans créer de nouvelles inégalités ? Ou comment amener une réelle égalité sociale sans forcer qui que ce soit ?
            Vous parlez en idéaux, et c’est bien, il faut être un peu idéaliste, mais il faut aussi voir la réalité en face : râler et pester sur le vilain patriarcat ne fait pas plus avancer le schmilblick que de se plaindre des femmes comme Arsène.
            Pointer les problèmes du doigt, c’est bien, définir quelle forme aurait la solution idéale (selon vous), c’est mieux, mais tout ça n’avance à rien si ce n’est pas applicable.
            ça me semble un peu similaire à dire « c’est injuste que certains soient grands et d’autres petits, tout le monde devrait faire 1m78 ». Certes, si vous voulez, mais comment ?

            Pour référence, je pense également que nous devrions tâcher d’atteindre une meilleure équité sociale, mais rendons-nous bien compte que cet idéal est limité, et que la seule égalité parfaite, c’est que l’on soit tous les mêmes.

  63. Je ne voudrais ternir votre travail de décortication des plus instructif mais je ne suis pas d’accord avec un petit détail. Je trouve au contraire que ce concept développe un argumentation de vente des plus efficace. Éculé mais il contient son lot d’intérêt pour le mec ordinaire tout de même: Si ce casque d’écoute me permet de me taper une salope soumise à gros seins qui veut mon corps tout entier, il vaut certainement le coup. Tout simplement. C’est l’argumentaire de vente numéro pour toutes campagnes destinées aux jeunes hommes.

    1. Le problème est justement là…

      Personne ne questionne que le concept fonctionne, mais on se demande à quel prix doit-on accepter tout ce qui fonctionne? Au prix de doucement tordre les esprits?! Au prix de restreindre le respect de la femme, qui devient un accessoire décoratif, tout d’abord, mais qui reste diminuée au quotidien aussi, dans la pensée collective? Au prix de manipuler l’homme en le laissant frustré de ne pas avoir ce qui lui était promis?

  64. Yo.
    J’irais pas parler de sexisme. Je parle de « placement de marchandise » (je n’ai pas fait de commerce, je parle dans ma langue).
    Les commerciaux ils s’en foutent de la nana. Ils savent que ça attire l’oeil d’un mec, et comme les mecs aiment les casques stylés, ils y mettent une nana. Juste pour que ça attire l’oeil. Dans mon cas, une affiche comme ça je la regarde un haussant un sourcil, puis m’en désintéresse. Je ne trouve ça ni choquant, ni dégradant. C’est juste une jolie femme (très photoshopée je suppose) utilisée sur une affiche. Elle a été payée pour ça et tant mieux pour elle.
    Pas de quoi en faire un scandale.

  65. Très bon article. C’est marrant quand j’ai vu cette pub j’avais pensé « pff quel beauf, ce Sinclar » et je m’étais sentie irritée sans savoir vraiment pourquoi. Ca m’a dégoûtée du produit, mais bon les femmes n’aiment pas la technologie c’est bien connu 🙂
    D’ailleurs n’est-ce pas un autre présupposé sexiste qui explique la sexualisation de cette pipe euh pub ?

  66. Je me demande si on peut trouver exactement le même genre de pub avec les rôles inversés pour dire de vendre le dernier aspirateur en vogue. Quelqu’un aurait déjà vu une pub avec l’homme à poil en position de désir et soumis? Ce qui veut dire qu’il serait à poil mais non ridiculisé (ce qui est généralement le cas quand on le trouve à poil), attirant, etc… Une idée, je suis curieuse?

    1. C’est clair qu’un homme a poil reste un homme a poilS!!! Mais faut pas oublier que les femmes aussi ont des poilS meme si c’est pas trop la mode de les laisser!!!

  67. Bonjour,
    Merci pour cet excellent article. J’avais en effet remarqué cette pub dans le métro parisien et avais été dégoûté par la présentation de la femme (et donc de l’homme), où on nous prend vraiment pour des quiches. Je viens de déposer une plainte au Jury de Déontologie Publicitaire (http://www.jdp-pub.org/) dont c’est le boulot, en citant votre article! Bravo pour l’analyse!!

  68. Si tu avais réellement des connaissances en com, tu saurais que l’unique but d’une campagne comme celle-ci, c’est de faire vendre. Si ça marche mieux avec une fille nue, la campagne est réussie, point barre. Y’a fort à parier que les premières campagnes de Beat se sont résumées à coller la photo de Dr Dre sans bien + parler du produit.

    Hé oui, l’argent est roi, hé oui la Femme fait vendre, hé oui la terre est peuplée de crétins et de crétines. C’est pas la découverte de l’année…

  69. On arrêtera de faire des pubs sexistes pour les casques audio le jour où les gens achèterons le casque pour le son qu’il produit et non pas comme un accessoire de mode !
    Pour la petite info il est difficile de parler des qualités d’un casque, c’est comme pour les enceintes en fait il faut écouter et « voir » si le rendu plait. Dans le même ton on parle de musique à l’aide d’une image. Bref partant de ma première affirmation ils ont pas trop le choix !

  70. Excellente analyse, même s’il y a eu beaucoup de commentaires agressifs, et qui en plus n’ont pas compris grand chose… A priori cette pub est limite féministe/non-sexiste pour beaucoup, et bah ça montre le niveau d’analyse intellectuel de chacun :p

  71. Pour ma part, si j’estime qu’une femme (ou un homme) peut mettre le rouge à lèvre qu’il/elle veut (ou ne pas en mettre), il ne faut pas non plus oublier la raison pour laquelle ce rouge à lèvre est employé ici. Vous, vous penserez peut-être, comme moi, qu’il ne devrait rien signifier de particulier. Mais pour d’autres, c’est l’image de la « salope » qui est utilisée. Ce visuel est donc clairement sexiste, utilisant une femme nue dans le simple but de faire associer aux potentiels acheteurs le plaisir de posséder l’objet et le plaisir de posséder la femme (objet). Parce qu’il ne faut pas se leurrer : si le public visé avait le choix entre un casque et une belle jeune femme nue empreinte d’un désir torride… il choisirait le casque ! (lol) Ne pas se cantonner à sa propre vision du monde, mais savoir comment les autres le perçoivent, c’est très important. Ah, et dernier argument (usé jusqu’à la corde mais efficace) pour ceux qui ne verraient toujours pas le problème de cette publicité : remplacez la femme par un homme et questionnez-vous une nouvelle fois sur la pertinence du visuel

  72. Mais c’est qu’ils ont probablement des stats qui indiquent que la majorité des gens qui achètent leur casque audio sont des hommes. Donc ils font une pub ciblée. Ils sont la pour se faire du fric, pas pour faire plaisir aux féministes, il faut se mettre un peu à leur place.

  73. Je trouve que l’article est intéressant, l’analyse assez juste, mais je trouve qu’elle est écrite vulgairement. Parler d’une femme, aussi anonyme soit-elle, de cette façon démontre autant de sexisme de la part de l’auteur.

    Désolée, ça m’a fait débarquer…

  74. L’inconscient est lui aussi parfois aveugle.
    Parfois c’est dans l’autre sens. (les hommes attirés par un objet mode de femme par exemple)

    Enfin tout cela pour dire que oui c’est moche,
    Et non ce n’est pas si grave.

    Le mec qui croit « péché » avec ce produit, verra son erreur et progressera.
    Le mec qui croit qu’il péchera pas plus, ne sera pas déçut.
    Le mec qui croit qu’il péchera moins en achetera pas.
    Et enfin le mec qui ne pense rien sur l’attractivité du produit, ira soit lire les détails techniques, soit prendre un autre produit.. Soit aucun.

  75. Bonjour,

    Belle analyse. Faudrait faire de même avec d’autres pub, ou le sexisme est un peu moins évident 🙂 Ou alors avec les pubs Axe, elles sont magnifiquement sexistes 🙂 🙂 🙂

    j’attends avec impatience d’autres analyses …………

    a plus

    1. Concernant les pubs Axe, outre le fait qu’elles soient d’une qualité moyenne, il semble évident qu’il s’agit uniquement de second degré: on force le trait de la publicité habituelle pour s’en moquer.

      Je trouve pour ma part bien plus problématique que les catalogues de jouets à Noël soient repeints en rose pour les filles et en bleu pour les garçons.

      J’ai une petite fille d’un an et j’espère bien que plus tard elle pourra jouer avec une perceuse en plastique si elle en a envie. Et si elle trouve Blanche-neige trop géniale et bien elle aura le droit aussi.

      La pub ne fait que reproduire les diktats de notre entourage (offrez-vous un déguisement de Pirate à votre petite nièce ?)

  76. M’enfin ?!! Comment peut-on parler de dominance en voyant ce type et son expression ? Est-ce qu’on peut vraiment parler de sexisme quand les deux genres sont tout autant rabaissés, réduits à une sexualité fruste et primale, et finalement aliénés par ce genre de pub détestable ?

  77. Salope ça choque tout le monde (sauf ceux qui comprennent le second degré bien sûr) mais beau gosse ténébreux ça gêne personne ?!
    Sérieux, toute cette pub c’est du clichés de marketeux qu’on m’a appris en comm’. Forcément l’analyse n’a pas le choix de s’y référer.
    Moi en tant que femme, je vois bien l’idéalisation d’une chienne (si salope vous dérange) exagérément mal joué de surcroît, plaqué contre un gars qui n’en à rien à foutre. Dégueu mais tellement commune…

    1. ben toi t’e pas une féministe hein! et pas antisexiste! une femme qui fait des avances « chaude » à un mec elle se paie un rateau et la limite elle est ridicule et grotesque; Tout comme un mec qui fait de même avec une femme. point barre. Chienne et salope, encore une fois c’est genre sale le désir féminin, alors que le masculin est dans la norme. Que vient tu faire dans ce forum si c’est pour proliférer des conneries pareilles?
      Limite moi je trouve que c’est les « bonnes à marier » la classe des « non-salope » et non « filles faciles » qui est la plus respectable parce qu’elle n’investit pas son âme et son corps à vie dans un système patriarcal.
      http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Salope

      1. Sauf que t’as tout faux sur mon compte ! Et je précise que c’est la pub qui est dégueue et commune (cette phrase peut effectivement porter confusion). Alors on se calme avant de me dire ce que je fais là (parce qu’il faut avoir des choses intéressantes à dire quand on est sur internet ? Ça se saurait).
        Quand je dis chienne ou quand d’autres disent salope, c’est bien l’image qui est perçu et non ce qu’elle est réellement. Encore une fois, c’est de la pub ! C’est une pub ciblant explicitement un public masculin et donc on joue sur les images qui parlent, soi-disant, à un public masculin. S’ils étaient les seules à le faire, on pourrait crier au scandale et à la mise en scène dégradante pour les femmes (inversons les rôles et qu’un seul d’entre vous me dise que ça ne les choque pas !). Mais pour le coup le problème est ailleurs.

        J’suis réaliste sur ce qu’est le monde de la pub et le monde idéalisé masculin, et tout est résumé en une image. En rien je la cautionne, au contraire c’est une belle représentation de tout ce qu’il faut changer dans ce monde de sexisme ordinaire aussi bien masculin que féminin. La pub ne fait qu’user de nos préjugés pour vendre, mais par ce biais elle les propage. Un beau cercle vicieux en somme.

        Alors plutôt que d’hurler au sexisme à gauche et à droite à la moindre occasion, je fais de l’égalité des sexes un combat de tous les jours autour de moi et quand je peux partout dans le monde par le biais d’associations. Mais quand on se bat contre quelque chose, on essaie de connaitre son adversaire. Et c’est pas en niant tout en bloc et en voulant retourner le système patriarcal du jour au lendemain que ça fonctionnera. Les préjugés sont tenaces et vicieux, il faut l’être plus encore.

        1. moué, ok, ok, ok… ben moi je dis que quand on est anti-sexiste on se fous de ce qui est perçu et des stéréotypes de merde qui au final font autant de mal aux divers genre, on ne les reprend pas. Pub de merde ou pas. Le mieux quand c’est comme c d’employer les guillemets non?
          sinon que pensez vous u soi-disant sexisme considéré comme acquis de brel, ferré, brassens, au final, je n’y aie pas vu grand chose de mal par rapport à aujourd’hui : http://lgbti.un-e.org/spip.php?article95
          à part ferré qui est un peu limite, mais en mttant quand même pas mal de nuance
          non la chanson de brassens est je trouve sexiste au dernier couplet, et comble pour un anarchiste : qui fustige l’amour « sans calculer » et surtout de « GRATUIT » ( bon c’est il ne va pas bien loin de sa pensée quand on sait que les anar sont pro-putes ( question de lutte des classes t d’opression féminine, en ce sens, ils sont féministe), donc il est encore trop étroit d’esprit et pas assez visionnaire pour imaginer une femme libre. limite trop révolutionnaire pour un anar, le comble!

  78. Bonjour,
    merci de cette production. Nous l’avons reproduite sur le site du collectif de Recherche CORTECS, comme ressource pédagogique. Cela vous convient-il ? Voir ici http://cortecs.org/?p=6847
    Merci

    Richard Monvoisin
    Mission « Sciences, esprit critique & société »
    Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences
    Bibliothèque Universitaire de Sciences – Grenoble 1
    40 rue des mathématiques
    BP 66
    38402 Saint-Martin d’Hères Cedex
    France
    http://www.cortecs.org

  79. L’analyse est intéressante (quoique assez facile, une femme nue avec un homme habillé = une femme objet), mais je ne comprends pas l’utilisation du terme « salope »? C’est bien beau de se faire le chantre de la dénonciation du sexisme ordinaire, si c’est pour dans sa critique même se rendre coupable dudit sexisme! Pourquoi cette femme nue à la bouche ouverte serait-elle une salope? Pourquoi le rouge à lèvres rouge est-il un rouge à lèvres de salope? (vous pensez réellement en voyant une femme dans la rue qui porte un rouge à lèvres de cette couleur qu’elle est une salope?) C’est assez effrayant.

Leave a Response