close
blush

Cher Lush,

entre toi et moi, rien ne va plus.

La première fois que je t’ai rencontré, c’était en 2008 au Canada. Très rapidement, c’est le coup de foudre ! Tes produits, ton éthique, ton design, tes boutiques… tout me plaît dans ce qui me semble être enfin le phare dans la nuit des produits cosmétiques.

Tu me promets des produits sains, tu me promets des produits frais, tu me promets de l’éthique et une vie meilleure… Aussi, tu comprendras qu’après avoir vu l’excellent documentaire de France 5 sur les Gels douches je tombe de haut.

Dans son documentaire, la journaliste tire à boulets rouges sur les industriels des produits d’hygiène en dénonçant les éléments chimiques suspects (au mieux) et irritant (au pire) qui composent en toute légalité les gels douches vendus en grande surface.

Pendant tout le reportage, je fus consterné par ce que j’ai appris et quand les caméras de France 5 sont arrivées chez toi, Lush, mon torse s’est bombé de fierté ! « Enfin, on va voir qu’il est possible de faire autrement » me disais-je. Et là, qu’est-ce que je vois ? Des gels douches bardés de produits chimiques, une communication hypocrite, un concept de frais qui n’a pas de sens et l’impression que tout ça au final ce n’est  que du marketing. 

Quid de ton éthique ? Quid de tes valeurs ? Ce ne serait que du marketing opportuniste parce qu’il y a des pauvres poires comme moi qui sont en recherches de produits sains et qui, hélas, auront envie de te croire uniquement sur parole. Parce que, oui, j’en ai conscience maintenant, dans consommateur il y a surtout CON.

De l’éthique mais pas dans l’étiquette. 

Du paraben dans tes gels douches, ou tes crèmes hydratantes, à vrai dire, je le savais déjà. Je m’en étais étonné et j’étais allé voir sur ton site pour y voir plus clair. Dans un article, tu y expliques que ces conservateurs sont sains, que les études qui ont dénoncés leur nocivités ont été invalidées et que c’est la faute des journalistes, qui n’avaient plus d’intérêt pour le sujet, si le grand public a peur des parabens. Mais que croire réellement ?

Comment puis-je te faire à nouveau confiance quand tu indiques sur ton catalogue que tes produits sont « vegan » quand ils comportent autant de produits chimiques ? Plus grave encore, en préambule de ta partie savons, tu dis que tes produits ne font pas de mal à la planète. Permets-moi sérieusement d’en douter quand dans ton produit phare (et bien d’autres) tu mets du EDTA Tétrasodique ! Je ne suis pacatalogue-lushs chimiste, mais d’après certaines sources d’information, ce produit est un sérieux polluant ! Il est non-biodégradable, se charge de métaux lourds, pollue les rivières et passe à travers les mailles de tous les filtres pour finalement revenir par l’eau potable ! Ce n’est pas ce que j’appelle un respect de la planète, et encore moins un comportement éthique et vegan.

Certains produits sont OK

Lush, je ne t’accable pas totalement parce que certains de tes produits sont effectivement entièrement clean ! C’est le cas de tes pains de shampoings ou de tes crèmes pour le visage. Mais ce que je ne comprends pas c’est, si tu es capable d’une telle prouesse, pourquoi ne l’appliques-tu pas à l’ensemble de ta gamme ?

Pourquoi ne pas aller réellement au bout du concept en créant des produits qui se conservent moins longtemps, mais qui sont réellement ce qu’ils prétendent être ? C’est-à-dire des produits sains, entièrement naturels et sans impact sur l’environnement.

Parce que, je vais te dire, depuis toutes ces années, moi c’est ce que je croyais réellement acheter. Dans un article de Rue89, ton attachée de presse dit « Nous utilisons une majorité de produits naturels et une partie de produits synthétiques. Le côté épicerie fine de nos magasins et le fait qu’on ne pratique pas de tests sur les animaux peuvent avoir créé une forme d’amalgame. On n’est pas une marque bio, contrairement à ce que certaines personnes croient. » 

Mais de qui te moques-tu Lush ? À qui-vas tu faire croire que cet amalgame, tu ne l’as pas toi-même sciemment créé, ou en tout cas bel et bien entretenu, avec ton branding, ton marketing, tes magasins, le discours de tes vendeuses, les noms de tes produits, les slogans dans les boutiques et même les étiquettes de tes produits. Pas à moi en tout cas, et je ne crois pas que ce soit un amalgame mais plutôt un paradoxe.

Après toutes ces années, je croyais te connaître et je me réveille un beau matin avec le sentiment d’avoir été trahi. Qui es-tu vraiment Lush ? N’es-tu qu’un outil marketing supplémentaire pour un industriel qui ne cherche qu’à s’en mettre plein les poches et tant pis si pour ça il faut tordre le cou à ta fameuse éthique ?

J’ai envie de croire encore en toi, Lush, car il ne manque pas grand-chose pour que tu sois la marque que tu prétends être. Si elles sont réelles, alors va au bout de tes convictions ! Lève-toi Lush, impose de véritables nouvelles normes ! Ce n’est pas parce que les autres sont des menteurs que tu dois l’être aussi !

En un mot, Lush, CHANGE !

En attendant, je vois la honte qui monte à ton visage, et je t’appellerai désormais Blush (rougir en anglais).

blush

 

Sincèrement,

Un fidèle qui y croyait.

Tags : lush paraben
Nicolas

The author Nicolas

Nicolas est un papa, Nicolas est un geek, Nicolas est un papa geek ! Mais aussi journaliste, et photographe professionnel.

37 Comments

  1. Pour avoir moi-même été consommateur de produits Lush, je n’avais finalement retenu que les produits de rasage. Leurs pains de shampooing promettaient, mais après avoir eu des réactions allergiques avec deux d’entre eux, force est de constater que leurs promesses m’ont déçu.
    Moi qui avais quitté the Body Shop déçu (de leur rachat par L’Oré**) et forcé (arrêt de production de produits pour homme sans préavis) et pensais avoir trouvé un échappatoire…

    Nous n’avons plus qu’à recommencer. Inutile d’espérer qu’ils changent, rappelle-toi, ils sont de la perfide Albion (;-) ), ils en jouent même dans leur communication quand ils annoncent qu’ils testent leurs produits sur les anglais. (pour ça, je les crois)

    1. Bonjour Jean-Marc,

      tu as raison, il n’y a plus qu’à recommencer la quête !
      Mais malgré leur anglaisitude, j’espère quand même que le message passera (par moi, ou par d’autres) parce que tout n’est (heureusement) pas à jeter…
      Ou peut être tout simplement parce que ça me ferait mal de me dire que toutes mes croyances en Lush n’ont servi à rien.

  2. Cela ne m’étonne pas personnellement… Cela fait quelques mois que je me dit que pour avoir du naturel dans les produits cosmétiques (crèmes, etc) il vaut mieux se rendre en parapharmacie qu’en grande surface et choisir des marques moins glamour mais plus sérieuse et respectueuse des consommateurs (Aven, La Roche Posay ou des marques bio qui le sont vraiment là pour le coup).

    1. Avène et La Roche Posay sont deux marques qui utilisent des composants chelous dans leurs produits… :/
      Aller en parapharmacie ne veut pas dire sécurité malheureusement.
      Si tu veux être sûre de ton coup, vise les marques réputées bio genre Lavera, Weleda, Melvita, etc.

      1. Pour ce qui est de ma crème La Roche Posay Hydreane Legere en tout cas, j’ai checker tous les composants (grâce au lien sur ton site 😉 ) sur La vérité sur les cosmétique et elle nickel comme je le pensais.
        Après j’avoue ne pas avoir encore le reflex de tout vérifier mais j’essaie.
        C’est surtout pas évident pour ce qui est des shampoing en fait je trouve (celui que j’utilise pour le moment est bien cracra mais je cherche encore la perle rare : je vais regarder dans les marques que tu me dis du coup).

    2. Je me permets de réagir rapidemment, j’utilisais du avène avant, regarde juste les ingrédients et tu verras que c’est généréralement pas jolie jolie. y’a peut-être pas de parfum ou certains autres composants mais on y retrouve souvent du silicone and co.

  3. J’ai découvert cette marque il a seulement 2 ans et j’aime beaucoup leurs produits spécialement ceux utilisable pour les bébés (leur crème phare pour le corps a été la seule qui, en quelques applications, a fait disparaitre les boutons dans le cou de mon bébé) et ceux-là (produits) restent « acceptables » niveau composition (celui au miel le produit synthétique arrive en 3e ou 4e position, quand au shampoing d’une marque « spécial bébé » il arrive en 2e après un ingrédient bien moins « intéressant » que le miel) par contre leur prix est très élevé.
    Après j’ai craqué sur un shampoing pour moi et un après-shampoing pour mon bébé dont j’adore l’odeur.
    Les savons et shampoings solides durent longtemps donc on rentabilise le cout mais ils ne sont pas tous efficaces.
    Après je ne sais pas si on peux parler de marque « connue », « glamour » peut-être, mais pour moi Avène ou La Roche Posay sont beaucoup plus répandues et connues du grand public, justement Lush n’est pas une marque de supermarché.
    Par contre c’est vrai que leur discours est ambivalent et assez flou : comment peut-on parler de produit frais pour des produits qui se conservent plusieurs mois hors frigo ?!
    Et le discours des vendeurs et sur leurs pages facebook laissent penser qu’il n’y a pas de conservateurs synthétiques (bon je ne suis pas née de la dernière pluie je m’en doute et je lis les étiquettes maintenant) !

    1. Je viens de voir la redif de cette émission sur la 5 cette aprem et cool je vois que les produits Weleda sont « bons » mais ils sont 3 fois plus cher (c’est le produit du « si tu n’aime pas le savon classique et solide, qui n’est pas du tout pratique avec un bébé ») ouf j’ai eu 2 gels lavant pour bébé dans une box donc prix réduit ^^

    2. Bonjour Maman arrive.
      On peut parler de produits frais parce que nos produits (je travaille chez Lush) se conservent entre 1 mois au frigo (masques frais), 3 à 4 mois pour un tout petit nombre d’entre eux et 14 mois pour la grande majorité. Pas plus.
      Nous retirons nos produits après 5 mois sur les étagères pour nous assurer que quand le client les achète il ait au moins 9 mois d’utilisation possible.
      Ce sont donc des produits frais parce qu’ils sont faits à base de fruits et de légumes frais, et parce que quand vous les trouvez dans nos boutiques, ils sont faits depuis moins de 5 mois, pas un an ou deux.
      Contrairement à un gel douche de supermarché qui peut avoir traîné en réserve ou en rayon depuis 3 ans avant d’arriver dans votre salle de bains.
      Pour les crèmes visage de marques quelles qu’elles soient, elles restent valables tant qu’elles n’ont pas été ouvertes ce qui veut dire que vous pouvez la garder 3 ans dans votre placard avant de vous en servir (ou le revendeur peut la garder autant de temps dans sa réserve).
      Cela vous laisse imaginer la quantité de conservateurs utilisés.
      Nous c’est 14 mois à partir de la date de fabrication. Pourquoi ? Parce que nos produits sont faits main et donc pas emballés sous vide d’air ni bourrés de conservateurs synthétiques. Nous n’utilisons la plupart du temps que 2 parabens en quantité moindre que ceux présents naturellement dans les fruits ou dans le lait maternel.
      Certains de nos produits (gommage pour le visage, crèmes pour le corps) sont en train d’être reformulés et deviennent auto-conservés, c’est à dire sans conservateurs synthétiques du tout.
      Grâce à leur formule qui change légèrement (ajout de nouveaux ingrédients naturels anti-oxydants) la formule se conserve toute seule.
      Nous conserverons cependant ces mêmes produits en version « avec les 2 parabens » parce que certains clients préfèrent avoir des conservateurs synthétiques dans leurs produits pour être sûrs qu’ils se conserveront de façon optimale.

  4. Ben oui, on y a cru… Et je continue à utiliser des pains de savons et shampooing. Avec parcimonie. Parce que finalement, si on veut du naturel et du bio en cosmétique c’est simple : pierre d’alun, savon d’alep et autres savons maison. (en plus financièrement c’est tout bénef) Donc de temps en temps, un pain de shampooing qui sent bon chez Lush.
    Et quand il parle d’un amalgame que les clients ont pu faire… Finalement c’est peut-être là que ça me déçoit le plus. Pas d’excuses, c’est toi client qui est bête ! 🙁

  5. j’ai découvert ça cet été pour lush et les autres … je savais que les parabens et autres merdes c’était pas bon donc on faisait attention sans paraben sans phtalate et compagniemais c’était pas assez !! sans compter ma puce qui fait de l’eczéma depuis sa naissance mais depuis août bizarrement elle n’a plus rien !!
    pas de miracle pour des cosmétiques propres il faut lire les étiquettes !!
    voilà comment j’ai découvert tout ça http://bigmamaleblog.wordpress.com/2014/01/08/bien-choisir-ses-cosmetiques/

  6. Cet article est superbement bien rédigé et résume parfaitement la situation, ainsi que ce que je pense. Je me sens comme toi: prise pour un énorme pigeon bien grassouillet qui roucoule à l’idée de s’étaler sur le corps des produits naturels, et qui nargue les autres marques en se disant « mon savon est mieux que le tien ». Quel mensonge honteux de la part de Lush !

    1. Je trouve ça un peu facile, la jeune fille qui écrit l’article se dit cliente chez lush depuis 2008, quand on apprécie une marque, les produits on s’y intéresse, les étiquettes sont assez claire (et si il y a un ingrédients qu’on ne comprend pas on peut aller vérifier on est en 2014) crier aux mensonges et à la tromperie après un reportage à la tv alors qu’on sait très bien ou en tout cas devrait savoir que la tv nous dis ce qu’elle a envie de dire, combien d’heure d’interview pour les 2 min montré à la tv ?
      Ne soyez pas des moutons, réfléchissez, nuancez les propos qu’on vous donne. Lush n’a jamais prétendu être une marque sans conservateurs sans ceci sans cela, si vous demandez à une vendeuse si il y a des parabens elle vous diras « oui » et vous expliquera pourquoi. Il y a eu une étude sur les parabens qui a engendré la mode des sans parabens pourtant il y’a eu une contre étude prouvant que l’étude mené n’était pas fiable mais étrangement personne n’en a entendu parlé. En tant que client, vous avez la responsabilités de vérifier. C’est simplement beaucoup trop facile.

      1. Le jeune homme qui a écrit l’article 🙂 Merci pour lui. Et puis encore une fois, comme je le dis dans mon article, le paraben je le savais déjà. Les polluants, non. Et la communication de la marque est quand même très ambigüe. Ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas fautif de mon erreur à un moment donné, oui, bien sûr. Mais je crois que la marque joue aussi de cette ambiguité bien pratique. Elle ne va pas la contredire.
        Je dirais même plus qu’elle l’alimente en précisant que ses produits sont « vegan » ce qui est assez flou tout de même.
        ça fait beaucoup de choses qui induisent en erreur les consommateurs, même avertis.
        Enfin, je trouve.

        1. Je suis assez d’accord avec le commentaire de Pauline. Je ne connais pas lush depuis très longtemps (je vis au fond du grotte, je n’en sors qu’une fois par siècle) mais je n’ai pas attendu le reportage pour me demander ce qu’il y a dans les produits. Entrer dans une boutique est un pur délice olfactif et je doute que rien qu’à ce niveau déjà, tout soit hyper clean. Bref, j’ai essayé quelques produits en connaissance de cause, j’en ai apprécié ou pas mais je sais à quoi m’en tenir dès le départ. Je sais que vegan ne veux pas dire bio mais « ne contient pas de produits animaliers » (faut pas tout mélanger!!!).
          En fait aller chez lush en pensant n’avoir que du hyper clean c’est un peu comme aller chez kfc en espérant manger du poulet avec de vrais morceaux de poulets dedans….

  7. Ah, c’est tout moi lorsque j’ai commencé à me pencher sur les étiquettes de mes produits cosmétiques… Ça fait plus d’un an maintenant, et je me rapelle que j’avais dû chercher sur le net les noms des différents composants utilisés par Lush, car cette chère marque n’utilisait pas l’appellation INCI – obligatoire pourtant !
    Selon moi, Lush est une marque qui a surfé sur les envies écolo du public, a promis pas mal de choses, mais sur papier n’est rien de plus qu’une marque de cosmétiques comme les autres.
    Leur éthique est aussi vaseuse que celle d’Yves Rocher ou The Body Shop : beaucoup de bruit pour pas grand chose ! Leurs produits sont polluants, leurs campagnes de soutien envers les droits des femmes paradoxale lorsqu’on voit qu’ils s’implantent au Sri Lanka, et leur fameux argument « pas de tests sur les animaux » veut dire « pas de tests – des produits finis – sur les animaux ». Bref, de la blague, qui m’a fait rire jaune.

    1. Bonjour Morue Moderne,

      Vous avez l’opinion que vous avez de Lush (pour qui je travaille), cependant je ne peux pas ne pas réagir aux propos infondés que vous diffusez.
      En ce qui concerne le fait de ne pas tester les produits sur les animaux, vous avez tout faux. Contrairement aux autres marques, nous ne testons à aucun moment de la chaîne, c’est à dire que bien évidemment nous ne testons pas le produit fini sur les animaux mais nous ne travaillons qu’avec des fournisseurs qui ne testent pas sur les animaux, que ce soit pour nous ou pour d’autres marques et que ce soit pour des raisons cosmétiques ou autres (médicales…).
      Lush a été créé par une famille de hippies végétariens et en Angleterre où la marque est née, beaucoup de nos clients sont vegans, c’est pourquoi nos produits le sont aussi à 75% (approuvés par la Vegan Society), le reste d’entre eux étant végétariens.
      Ce qui signifie pas de rouge carmin issu de la cochenille dans nos baumes à lèvres tintés ou nos gloss.
      Le fait de ne pas tester sur les animaux à aucun moment de la chaîne est le fondement même de Lush, ce pour quoi la marque a été créée, notre valeur principale.
      Nous refusons de travailler avec certains fournisseurs qui testent et à l’inverse, chacun de nos fournisseurs doit signer une charte quand il commence à travailler avec nous, dans laquelle il s’engage à ne tester ses ingrédients ni pour nous ni pour d’autres et sous aucun prétexte.
      Merci donc de vous renseigner avant de diffuser de fausses informations sur le seul principe de ce que vous pensez.
      Bonne soirée.

      1. Bien bien, Adeline.
        Que Lush fasse attention au bien être animal, tant mieux. Mais je note que seul ce point a relevé votre attention.
        Les ingrédients polluants, comme l’EDTA dans vos savons, on en parle ? Le fait que votre marque présente ces produits comme ‘sans danger’, on en parle ? Le fait que le ‘Dic-o-Lush’ soit approximatif, comporte des omissions ou soit carrément mensonger, on en parle ? Le fait que les produits ont une liste INCI approximative, voire illégale, on en parle ? Le fait que la marque fasse tout pour que l’amalgame « naturel/frais/fait main = bio » se fasse dans la tête des consommateurs, on en parle ? Ahbahnan, c’est tellement mieux de ne mettre en avant que ce que vous faites ‘vraiment’ bien. Histoire de mieux cacher ce qui pue. 🙂

    2. Co,uLelrnolla é aquele ou aquilo que no meu tempo era giria entre os jovens: um aborto do azar…. ou da sorte dependendo do caso.Por enquanto o home tá com sorte mas não há bem quie sempre dure nem mal que nunca se acabe…

  8. Bonjour!
    Du coup est-ce que vous savez quels gels douche sont vraiment bons pour la peau ? 🙂 Sans isothiazolinones et sans EDTA Tétrasodique ?

    merci d’avance!
    Elise

    1. Le reportage cite Weleda, qui est une bonne marque, bio pour la moitié de ses produits, mais 3 fois plus cher. J’ai eu la chance d’avoir 2 gels lavant pour bébé dans des box donc rentables ^^

  9. Donc le gars il achète des produits de la marque depuis 2008 sans creuser. Ça en dit long ^^ et le rapport avec vegan, je vois pas trop.
    Encore un qui veut surfer sur la vague pour se faire mousser…
    Ce blog est autant ridicule que le sujet initial.
    Tu veux pas de produit Lush ben tu n’en achetés pas et tu fais pas chier les gens qui aiment…
    Puis au fait il n’y a pas de « s » à trahi…
    Ridicule

    1. …dit le troll qui écrit « achetés » pour « achètes », « autant ridicule » pour « aussi ridicule » et qui n’aime pas les virgules.
      Si tu ne veux pas lire de critique sur Lush, tu peux aussi fermer cette page sans revenir.

  10. « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent » dit-on.

    Il est si facile de céder aussi sirènes du marketing et si difficile de faire l’effort de décrypter la composition des produits qui est juste totalement hermétique pour le commun des mortels. Avouons que ça tombe plutôt bien pour toutes ces marques adeptes du marketing émotionnel.

    En cherchant, on trouve des artisans (comme moi) qui font l’effort de composer des vrais produits naturels et qui prennent même la peine de traduire la liste INCI en français. Mais ça reste très marginal… hélas 🙁

    Continuons à informer, sensibiliser, décrypter, et espérons que la pression fera bouger les lignes.

  11. Dans le monde des cosmétiques, il y a très peu de compagnies qui utilisent que 2 agents de conservation. C’est le methylparabene et le propylparabène qui sont utilisés et ils sont de niveau alimentaire. De plus, c’est un coup de marketing de dire , mais vous êtes vous déjà poser la question « qu’est ce qu’il mettre à la place » ? Ça fait depuis les années 30 que les parabene sont utilisés et les nouveaux cela fait peu être 5, 10 ans… Bref, l’union européenne prescrit une quantité à respecter de 0,4%, LUSH en utilise 0,2%. Donc, avant de dire que les gels de douches sont erronés car ils sont frais et bio, renseigner vous, et désolée pour vous si la conseillère n’a pas su bien vous répondre.

    1. Bonjour Mathilde,
      merci de ton commentaire 🙂
      oui Lush est bien moins pire que d’autres marques de cosmétiques, et ce n’est pas ce que je dénonce. Je dis simplement que la marque joue sur l’ambiguïté de certains termes (frais, bio, vegan) laissant alors supposer l’absence de tout agent chimique de synthèse, ce qui n’est pas le cas. Et je persiste à dire qu’un produit ne peut être « vegan » s’il intègre dans sa composition des produits chimiques de synthèse, c’est tout simplement incompatible avec l’esprit vegan.

  12. Très bon article ! Il fait remonter à la surface ce que beaucoup de personnes pensent, càd ce sentiment d’escroquerie lié au marketing de Lush. Et comme chacun sait que le consommateur lit très peu les étiquettes (qui, entre nous, sont illisibles par le commun des mortels), les industriels en jouent.
    ma part, j’ai fait le choix d’apprendre à les décrypter et même si certaines choses m’échappent encore, j’ai pris conscience de la rareté des marques existantes à proposer des cosmétiques sains. Après avoir beaucoup cherché, j’ai apprécié Logona, mais surtout Sativa qui proposait entre autres des shampoings solides. Là, les ingrédients sont rigoureusement sélectionnés et les savons et shampoings 100% naturels et sans ingrédient réputé néfaste (ni pour la santé humaine, ni pour l’environnement).
    Voilà, c’est une expérience parmi d’autres, et j’invite ceux qui ont aussi de bonnes adresses (sûres) à les diffuser, car toutes n’ont pas le même pouvoir marketing que Lush pour se faire connaître.

  13. Comme beaucoup, j’ai eu ma phase Lush addict, après les produits cracra de supermarchés, mais ça n’a pas duré, j’ai aussi ouvert les yeux. On me l’avait dit, on m’avait prévenu, mais je me disais que c’était toujours moins pire qu’avant. Oui mais en fait non. J’avais toujours des boutons sur la figure (passé 20 ans), des cheveux gras en racines et méga secs aux pointes, la peau qui tiraille sans crème et j’en passe. Un jour je suis tombée sur le blog des cheveux de Mini, que j’ai bien dévoré et là, ça a enfin fait tilt. Enfin presque, c’est quand j’ai voulu m’acheter un gommage en supermarché pour 10€ que je me suis dit que c’était trop, qu’on nous prenait pour des vaches à lait et que le marketing vert s’appelait le greenwashing et que ça, c’était vraiment la goutte d’eau.

    J’ai vidé mes placards, j’ai viré la totalité des produits du commerce et je me suis penchée sur la slow cosmétique. Désormais, je vais dans ma cuisine avant d’aller dans ma salle de bain, je prépare mon shampoing et mon gommage à l’aide d’argile, d’huile, de bicarbonate de soude, de vinaigre, de sucre, de sel, de fécule de pomme de terre, de cacao, d’huiles essentielles… Et le tout en 5 minutes maximum ! Je ne dépense plus rien en cosmétiques toutes prêtes qu’elles soient bio ou pas, je fais quasiment tout moi même, au moins, je sais ce qu’il y a dedans ! Je ne fais pas encore tout, mais c’est sur la bonne voie et ça me rend un peu fière de moi aussi 🙂

    Quelques liens :
    Les cheveux de Mini : http://www.lescheveuxdemini.com/2011/12/hehehe.html
    La slow cosmétique : http://www.slow-cosmetique.org/
    Expliquée et « mise en scène » par Julien Kaibeck : http://www.lessentieldejulien.com/tag/slow-cosmetique/

  14. Pour ma part j’utilise depuis des années les produits weleda e j’en suis pleinement satisfait. Certes il y a moins de choix mais ce que je demande avant tout à une crème hydratante c’est d’hydrater , à un gel douche de laver … Et pas forcément de sentir la myrtille, la tarte aux fraises ou autres parfums complètement débiles.
    Lush comme d’autres marques surfe sur le côté naturel mais c’est du bidon. Il faut devenir des consom’acteurs et lire les étiquettes puis fuir ces marques qui mettent sans doute plus d’argent dans leur marketing que dans la conception de leurs produits.

  15. Toutes ces marques: Lush, Yves Rocher etc mentent par omission:
    Non testé sur les animaux…sur les produits finis et donc bien testé sur les composants.
    Si ils sont retiré systématiquement des listes sans cruauté c’est qu’il y a une raison.
    Pour être certain d’acheter naturel, BIO et VEGAN donc ne contenant aucun produit animal et d’origine animale (miel, lait etc) et NATUREL, il faut se tourner vers des produits certifiés: VEGAN, VEGAN society, CRUELTY FREE, PETA etc…et labellisé BIO pour la plupart.
    Un site de référence:
    https://www.vegan-mania.com/fr/
    Vous noterez que chaque produit indique la liste précise des ingrédients ne nécessitent pas de traduction car claire et sans ambiguïtés.
    J’ajoute qu’ils sont redoutablement efficaces (je crois avoir testé une bonne partie des produits proposés par le site!)
    En ce qui me concerne, j’ai enfin trouver le graal 🙂
    Bonne journée à tous.

  16. Lush ne se revendique en aucun cas bio. Leurs produits sont fait au maximum possible naturel et certains sont totalement NATURELS. La marque travaille avec des fournisseurs qui sont soumis à des règles très strictes. Certes certains contiennent des conservateurs mais ils se veulent les moins dangereux. Quand au paraben sachez que notre corps en fabrique notamment les femme enceinte mais on en retrouve également dans les légumes frais. Ce sont ces paraben naturel qui sont utilise chez la marque. Et pour les produits qui sont « sans paraben » dans le commerce ils contiennent des conservateurs beaucoup plus nossif. Ét pour tout les produits certifiés Bio ils leurs suffit de contenir seulement 20% d’ingrédients bio pour obtenir le label, si les 80% restant sont des produits nossif cela n’a aucune utilité.
    Je vous laisse bien volontiers tout vos autre produits fait avec on ne sait quoi. En magasin les vendeuses insiste bien sur le fait que les produits sont fait avec le moins possible de conservateurs et autre à vous de les écouter. Ét elle mentionnent également que des allergies peuvent arriver si vous êtes allergique à un légumes, fruit, fleurs ou autres alors renseignez vous ét laissez les vous guider au lieu de choisir vos produits vous même sans savoir si ils sont fait pour vous, votre peau ect. Surtout si c’est pour critiquer une des marques qui se démène le plus sur le marché aujourd’hui pour proposer des produits sain avec une réelle vocation écologique et responsable ( pots recyclables et aide au association non subventionner par l’état. )

  17. trop drôle d’imaginer les petits coincés du marketing de chez Lush dans leur bureau en panique a poster des commentaires tout pourris sur une page comme celle la , en se fesant passer pour des vendeuses, en se justifiant d’une manière trop pitoyable .( sisi je vous assures on est des hippie, gentil, vegan,qui fon pas de mal au petits animaux, vive le paraben et les femmes enceintes ^^)des perles je vous dit! tellement rassurant de les savoir si proche des petit gens mouahahah

  18. Nous avons un magasin LUSH dans ma ville, c’est relativement récent, et j’y suis allé pour la première fois en juillet dernier. Je ne m’étais jamais penché sur les étiquettes, et je m’étais dit « Bon, Lush, visiblement c’est du naturel, c’est cher, donc c’est de qualité ».
    Je suis reparti avec un masque et un shampoing solide. 30 euros de dépensés…
    Alors pour la qualité, il y a quand même une part de qualité puisque nous retrouvons une majorité de produits naturels dans la composition de leurs cosmétiques.
    Seulement, peu de temps après, j’ai appris à décrypter les étiquettes et à retenir tous les noms de ces composants nocifs qui irritent, étouffent, bref pourrissent notre cuir chevelu et nos cheveux.
    J’ai aussi fait des petites recherches sur LUSH, et là… Moi aussi je suis tombé de haut !
    Quand j’ai lu que mon masque contenait des sulfates (Sodium Laureth Sulfate, etc..) et des parabens… Euh j’ai un peu déchanté ! Ils garantissent qu’ils ne sont pas nocifs, mais ce sont bien les seuls ! J’ai lu beaucoup d’articles qui disent le contraire et ayant jeté tous mes shampoings sulfatés, siliconés, « parabénés » et compagnies, pour ne prendre maintenant que des shampoings naturels à 100 % garantis sans pétrochimie, je peux vous dire que je sens la différence ! Ces eternelles démangeaisons m’ont enfin quitté, je n’y croyais plus ! Je ne savais plus quoi faire puisque je ne savais pas pourquoi ça me grattait autant depuis tant d’années… Les sulfates sont très irritants… Ils en mettent en grande quantité en plus puisqu’on les retrouve en tête de liste (ou presque) Alors pour moi, l’experience Lush aura été très courte, et OUF tant mieux ^^
    En revanche je vous conseille WELEDA, c’est le top du top, COSMO NATUREL, MELVITA (sauf quelques rares produits comme leur shampoing usage fréquent qui contient des sulfates), ou encore Cé BIO.
    Mais de toute façon il suffit de connaitre les composants nocifs, et de lire les étiquettes.
    Bien sur LUSH cherche à se faire beaucoup d’argent en dépensant le moins possible, mais en mettant des prix toujours élevés bien sûr…

Leave a Response